De jeunes islamistes français font le coup de feu en Irak

Alain Rajchman

vendredi 19 novembre 2004

Après l’emprisonnement à Guantanamo de jeunes français pris les armes à la main en Afghanistan, trois islamistes français ont été tués en Irak par les forces de la coalition.


Voilà le genre d’information que l’on passe volontiers sous silence. De jeunes islamistes français participent de plus en plus volontiers au combat inspiré par Ben Laden des fidèles contre les infidèles. Une dépêche de l’AFP nous annonce qu’un troisième français vient d’être tué en Irak. Il s’agit de Tarek W. âgé de 24 ans. Il était originaire de la Région Parisienne, tout comme Redouane el-Hakim, 19 ans, et Abdel Halim Badjoudj, 19 ans, récemment tués lors d’affrontements armés avec les forces de la coalition en Irak.

L’apprentissage de l’utilisation d’armes de guerre, la participation au montage d’attentats et l’expérience de la guérilla urbaine tentent visiblement de jeunes islamistes de France.

Alors que l’on sait que de plus en plus d’armes circulent dans les cités, on ne peut qu’être inquiet de cette volonté de se former au combat armé. En Belgique et aux Pays-Bas, des islamistes passent à l’acte en frappant à mort un metteur en scène dérangeant, un juif orthodoxe d’Anvers, tout cela dans un contexte où les menaces de mort se multiplient, y compris contre des élus ou des ministres belges.

L’embarras des autorités à dénoncer l’origine de ces actions exprime l’inquiétude croissante de voir les communautés se dresser les unes contre les autres, mais surtout de susciter une colère incontrôlable des jeunes musulmans.

Sous le couvercle de la cocotte-minute, la pression monte donc dangereusement. L’Europe apparaît dépassée par cette radicalisation qui marque l’échec, mais aussi le refus, de l’intégration.

Aujourd’hui, de jeunes islamistes français ont donné leur vie dans le combat de l’Islam contre les « croisés » américains, ne seront-ils pas non plus tentés de donner aussi leur vie dans le combat à mort qu’ils veulent mener contre les juifs ? Si au plan des mots les intentions sont de plus en plus affichées, espérons qu’au plan des actes, l’exemple des jeunes islamistes de France ne conduira pas à les matérialiser.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil