« Non, non, non » dit Saëb Erekat et l’Autorité palestinienne au vice-ministre Danny Ayalon qui s’étonne de leur refus du débat public qu’il leur propose....

Hélène Keller-Lind

lundi 1er août 2011, par Desinfos

Le vice-ministre Danny Ayalon avait proposé un débat aux Palestiniens sur le droit international, la Judée Samarie et les implantations. Saëb Erekat avait réagi violemment et à coups de clichés mensongers à la vidéo vérité du ministère des Affaires étrangères israélien sur la question : refus palestinien de tout débat public et sincère. Dany Ayalon s’en étonne pour conclure « qu’ils ne sont capables que de débattre unilatéralement. »


Les masques palestiniens tombent à propos d’une vidéo magistrale

L’excellente vidéo inattendue dans laquelle Danny Ayalon rappelle quelques vérités historiques incontournables qui mettent à mal le narratif de la propagande palestinienne, a été vu par des milliers d’internautes. Au grand dam des Palestiniens. Qui, par la bouche du négociateur à vie, Saëb Erekat, a répondu dans un long communiqué de presse que c’était là : « un compte-rendu falsifié de l’histoire et du droit international. » Le type de termes aussi pompeux que creux et faux dont est coutumière la propagande palestinienne.

Le vice-ministre de souligner donc que «  Erekat a l’habitude de dire au monde que la politique d’Israël est illégale et contraire au droit international et je lui avais donné l’occasion d’étayer ses propres déclarations et il se montre incapable de le faire.... »

Danny Ayalon avait invité Saëb Erekat et les dirigeants palestiniens, en effet, à un débat public sur la question, le ministre israélien étant sûr de son bon droit et de la réalité de ses arguments. « Non, non, non » avaient répondu ceux-ci....

Dans un communiqué le vice-ministre s’en étonne. Et note que « Erekat a réagi très rapidement à la vidéo quand elle a été publiée mais sa dérobade actuelle en dit très long sur la direction de l’Autorité palestinienne qui a détourné le débat public depuis bien trop longtemps. » Il ajoutait que « cela démontre que leur discours n’est fait que de mots et de slogans vides qui s ’écroulent comme un château de cartes lorsqu’on les met au défi. »

Somme toute, dit-il, « comme avec sa politique diplomatique, il semble que l’Autorité palestinienne ne soit capable discuter qu’unilatéralement. »


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil