Les plages de Gaza offrent cette année de nouveaux équipements touristiques et les touristes gazaouis y affluent

Hélène Keller-Lind

jeudi 30 juin 2011, par Desinfos

La plage a toujours été une destination favorite des Gazaouis. Elle l’est plus encore cette année grâce à des investissements dans le domaine du tourisme. C’est une agence de presse palestinienne qui le dit, photos à l’appui. Pendant ce temps-là de pseudo chevaliers blancs vont voguer sur des navires pour prétendre combattre une crise humanitaire qui n’existe pas...


Des équipements touristiques pour toutes les classes sociales sur les plages de Gaza

On le savait, mais cette dépêche de l’agence palestinienne Maan News le confirme : il fait bon aller sur les plages de Gaza et ce pour toutes les couches sociales. Évidemment les Gazaouis n’ont que rarement la possibilité de faire des voyages à l’étranger. Pour des raisons économiques pour la plupart car ce territoire est certes moins affluent que les territoires sous gestion de l’Autorité palestinienne, d’autant que le Hamas au pouvoir, qui ne manque pas d’argent, dépense sans compter pour acheter des armes et armement servant à agresser les populations civiles du sud d’Israël. Mais il y a quand même bien plus de riches dans la Bande de Gaza que dans les bourgades voisines en Égypte...voire au Caire dont les taudis sont tristement célèbres...

Un récent article du New York Times, que l’on ne peut soupçonner d’être pro-israélien, faisait état de nombreuses BMW dans les rues gazaouies, de nouveaux hôtels de luxe ou d’un second centre commercial en construction...

Et il y a, certes, le blocus israélien imposé pour des raisons de sécurité évidentes pour qui n’est pas d’une mauvaise foi insigne...Blocus imposé également par l’Égypte au sud de ce territoire et qui vient d’être levé en paroles mais d’une manière chaotique et très partielle dans les faits, les Égyptiens ne tenant sans doute pas à être envahis par une marée d’islamistes... et bien qu’ils affirment vouloir honorer leurs promesses d’ouverture et être en train de mettre de meilleurs mécanismes de contrôle en place, les hommes âgés entre 18 et 40 ans ne peuvent entrer en Égypte sans avoir reçu de visa....

D’ailleurs, soit dit en passant, même Mahmoud Abbas et son parti ne peuvent parvenir à s’entendre avec les autorités palestiniennes de Gaza puisque l’accord d’unité signé en grade pompe récemment n’a rien donné....et que les pourparlers entre les frères palestiniens ne reprendront qu’après la grand messe onusienne de septembre. Hamas et Fatah en sont à se parler par l’intermédiaire des Turcs...

Toujours est-il qu’il y a de belles infrastructures touristiques sur les plages de Gaza et les foules s’y pressent, comme le montre cette dépêche ci-dessous . Commentaires en italiques sous la dépêche

Voir aussi sur Bivouac-ID  : Attention, photos insoutenables ! Gaza, un camp de concentration à ciel ouvert.


« GAZA (Ma’an) - Les installations touristiques et les lieux de divertissement dans la Bande de Gaza se préparent à accueillir des personnes appartenant à toutes les classes sociales dans la Bande de Gaza cet été.

Le vice-président du conseil de l’Association palestinienne des restaurants, hôtels et services touristiques dans la Bande de Gaza, Samit Skeik, a souligné que les plages de Gaza sont remplies de visiteurs en raison de la météo calme.

Aller à la plage en été est une tradition importante pour les Gazaouis. Le siège israélien et des restrictions sur le mouvement laisser peu de choix aux Gazaouis pour se divertir et les familles passent du temps à la plage ce qui leur procure l’un de leurs rares répits.1)

Selon Skeik, l’été de cette année diffère des années précédentes en raison de l’ouverture d’ équipements touristiques et lieux de divertissement qui favorisent le développement du tourisme.

Skeik précise que l’investissement dans le domaine du tourisme soutient l’économie palestinienne. Les investisseurs mettent leur argent dans des projets touristiques qui stimulent le développement économique à Gaza.

Il a également parlé de l’importance du secteur du tourisme et son rôle dans la lutte contre certains problèmes économiques. Parce que le tourisme dépend largement du facteur humain, les installations touristiques emploient un grand nombre de personnes, en particulier les diplômés universitaires au chômage. Ce qui finira par augmenter les revenus de ces familles, même si cela n’est que saisonnier. 2)

Il a appelé les autorités compétentes de l’État dans la Bande de Gaza à intensifier ses efforts pour soutenir le secteur du tourisme et soutenir l’investissement dans le tourisme ainsi que pour améliorer l’apparence des plages, en particulier les hôtels, restaurants et du littoral. » 3)

Couplet anti-israélien obligatoire. Et il est vrai que compte tenu d’un taux de natalité élevé, la Bande de Gaza est surpeuplée -.
si le Hamas , qui est au pouvoir, n’est pas en mesure de créer des emplois, alors qu’il bénéficie d’aides internationales importantes et si ses diplômés sont au chômage la responsabilité lui en incombe...-
il semble clair que ces autorités n’en font pas assez dans ce domaine non plus....-

L’UNWRA offre aux enfants gazaouis des vacances que n’ont pas tous les enfants de la terre...

Quant aux Jeux d’Eté proposés à 250.000 enfants de la Bande de Gaza par l’UNRWA, ils devraient leur donner l’occasion de remporter plusieurs records cette année encore. En faisant voler plus de 9.000 cerf-volants simultanément sur une plage du nord de la Bande de Gaza ou en réalisant la plus grande peinture murale qui soit. Et 3.500 enfants vont participer à des jeux de parachute dans le stade de Khan Younis. Des activités que n’ont sans doute pas tous les enfants de la terre, cet organisme des Nations unies, unique en son genre, ayant été créé spécifiquement pour les « réfugiés palestiniens . » Leurs petits-enfants ou arrière-petits-enfants de fait.

Aide conséquente de la France avec participation à l’incitation anti-israélienne

La France, entre autres, aide considérablement les Gazaouis, comme le rappelait récemment le porte-parole du Quai d’Orsay cité par DesInfos : « Enfin, je souhaite rappeler que la France est présente dans la Bande de Gaza, en soutien à la population civile. 30 % de notre aide bilatérale aux Palestiniens y est destinée. Nous y menons des projets de développement - comme la réhabilitation de l’hôpital Al-Quds, désormais achevée, ou encore la construction de la station d’épuration de Beit Lahya - »

Ce qui montre que, contrairement à ce qui est souvent rapporté, les matériaux de construction peuvent entrer dans la Bande de Gaza si leur utilisation est connue et garantie par des organismes internationaux et s’ils ne peuvent donc, en principe, pas être détournés pour renforcer les positions militaires des terroristes du Hamas.

Le porte-parole du Quai d’Orsay détaillait ensuite un autre volet de l’aide de la France : « une coopération dans le domaine culturel à travers le centre culturel français. » A ce propos il faut rappeler que ce centre culturel expose et soutient des artistes gazaouis violemment anti-israéliens, participant de ce fait à l’incitation à la haine et la violence contre Israël et les Israéliens. et que, bien entendu, il n’est fait nulle part mention de Guilad Shalit dans ce centre ou sur le site du consulat français de Jérusalem dont il dépend....

La complexité de cette réalité mise à part, on ne peut que constater qu’on est bien loin de toute crise humanitaire dans la Bande de Gaza...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil