Glenn Beck, commentateur américain connu pour son soutien à Israël invité par la Knesset

Hélène Keller-Lind

mardi 28 juin 2011, par Desinfos

Homme de télévision, de radio et d’influence, Glenn Beck soutient Israël en remettant constamment les pendules à l’heure : les Américains se doivent de soutenir ce minuscule pays démocratique dans un Proche-Orient qui ne partage pas ces valeurs et a constamment voulu se débarrasser de l’État juif. La Knesset l’invite pour qu’il apprenne aux députés israéliens à combattre la délégitimation anti-israélienne ambiante


Commentateur célèbre qui vient de quitter la chaîne Fox News, a également travaillé pour CNN, entre autres, Glenn Beck avait fait une visite surprise en Israël en mai dernier . Israël, un pays qu’il soutient activement avec humour parfois, comme dans une vidéo dessin animé qui résume à grands traits les réalités de l’histoire, mais avec sérieux aussi comme avec des interviews de Benyamin Netanyahou Donnant l’occasion à celui qui fut Premier ministre une première fois, puis dans l’opposition avant de redevenir Premier ministre, de s’exprimer en détail, Glenn Beck souligne que dans une région où sévit Ahmadinejad la survie d’Israël est bel et bien en jeu.

Il rappelle souvent également que le sort de l’Occident est inextricablement lié à celui d’Israël.

Lors de l’épisode de la «  Flottille  » pseudo humanitaire de 2010, il donnait un cours magistral pour montrer les réalités de l’opération mais aussi les connivences aux États-Unis, son pré-carré.... Analyse qui reste d’actualité aujourd’hui, à quelques différences près. L’organisation terroriste turque IHH ne jouant plus le même rôle moteur dans l’opération de cette fin juin 2011. Mais les rouages, les buts et l’escroquerie intellectuelle – Gaza ne connaissant pas de crise humanitaire et les moyens d’acheminer des aides sérieuses existant - qui sou-tendent cette opération restent les mêmes

Sa marque de fabrique est le franc parler, la clarté et le refus de toute langue de bois. Nous sommes là à des années lumière des circonvolutions alambiquées et déconnectées de la diplomatie – qui s’est lamentablement plantée et continue à se planter sur toute la ligne avec les régimes arabes du pourtour de la Méditerranée au sens large -.

Gageons que son intervention à la Knesset en juillet, au lendemain de l’opération anti-israélienne de la « Flottille » bis et à la veille de l’opération anti-israélienne à l’ONU en septembre, sera triomphale, apportant une bouffée d’air frais bien nécessaire pour un Israël généralement si malmené...

La question qui se pose à nous est de savoir si un commentateur de ce type pourrait avoir une place équivalente en France. Il y en a quelques uns, certes, mais avec une place discrète et surtout dans la presse écrite...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil