Un homme se débarrasse de sa grenade à proximité d’une synagogue à Rosny

mardi 9 novembre 2004


Un homme a pris la fuite lundi soir devant la police en abandonnant derrière lui une grenade dans un sac, à proximité d’une synagogue à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris mardi matin auprès de la préfecture du département.« Rien ne permet de dire que des intérêts juifs ou que la communauté juive étaient visés. La synagogue n’est pas visible depuis la rue ou a été découverte la grenade », a précisé la préfecture.

L’information avait été communiquée lundi soir de même source sans préciser le lieu exact de la découverte de la grenade. La brigade criminelle de Paris enquête sur cette affaire.Vers 19H00 lundi, une patrouille de la brigade anti-criminalité remarque le comportement suspect d’un homme contre une palissade, devant une villa inoccupée, à une vingtaine de mètres de la synagogue.Voyant la police approcher, l’homme prend la fuite, la police ne parvenant pas à le rattraper après une course-poursuite.

Dans le sac laissé par l’homme sur place, les policiers découvrent une grenade défensive quadrillée et trafiquée au niveau du détonateur, et « potentiellement dangereuse », de même source.

« La palissade où a été vu cet homme se situe devant une villa inoccupée qui appartient à l’ancien rabbin de Rosny. Et derrière cette villa se trouve la villa du rabbin actuel, et encore derrière cette habitation se situe la synagogue, non visible depuis la palissade », a encore précisé la préfecture.

Selon des premiers éléments, il n’est pas encore défini quel était le comportement précis de l’homme au moment où il a été vu par les policiers, et s’il s’apprêtait à sortir sa grenade ou non.

Le Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme et le Conseil des Communautés Juives de Seine-Saint-Denis (CCJ93), a salué dans un communiqué « les services de police du département qui en patrouillant à proximité de la synagogue de Rosny-sous-Bois le 8 novembre 2004 à 18 heures, ont certainement permis d’éviter un drame de nature antisémite ».

Selon Sammy Ghozlan, président du CCJ93, il s’agit de se demander si le fait de porter une grenade « était ou non inspiré par les prêches antijuifs professés par Hassan Issouquien, prêcheur islamiste appartenant à la mouvance de l’UOIF et souvent invité à Rosny-Sous-Bois ».

Le directeur de cabinet du préfet s’est rendu sur place lundi soir.


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil