Vers une nouvelle guerre secrète pour la survie d’Israël

Alain Rajchman

lundi 11 octobre 2004

Un nouveau front vient de s’ouvrir avec les attentats du Sinaï. Le réseau Al Quaeda frappe aux portes d’Israël avant d’espérer pouvoir le faire au cœur du pays. Une course contre la montre a commencé


Les Israéliens auraient voulu que la division du travail dans la lutte contre le terrorisme se poursuive. Les Etats-Unis et leurs alliés se donnant comme priorité l’éradication du réseau d’Al Quaeda, tandis que l’Etat juif se concentrait sur le Hamas et les réseaux palestiniens.

Les coups portés contre ces derniers poussent Al Quaeda à prendre l’initiative contre Israël et à ouvrir un nouveau front. Depuis, la tragédie de Taba, c’est désormais chose faite. Immédiatement, les autorités israéliennes ont pris la mesure du « message » envoyé par cette organisation. Le conflit avec Israël ne sera plus indirect ou lointain. En Israël, le sentiment qui prédomine est que terrorisme de Ben Laden veut frapper au cœur du pays.

Quelle portée donner à cette évolution ? D’abord, les réseaux logistiques et de décision semblent peu atteints par les offensives menées au Pakistan, en Afghanistan ou en Irak. Les difficultés rencontrées par « les croisés » en Irak donneraient même des marges de manœuvres supplémentaires à l’organisation Al Quaeda pour maintenant décider d’accorder plus de moyens à viser « l’ennemi sioniste ». Cette évolution est en ligne avec les déclarations passées et certaines actions ponctuelles comme celle de l’attaque contre le complexe touristique de Mombassa.

Une nouvelle guerre secrète s’ouvre donc pour Israël avec un ennemi très décentralisé, déterminé et particulièrement dangereux. L’expérience acquise par le renseignement israélien et l’armée, tant sur le plan de l’information que de la capacité technologique à effectuer des frappes ciblées, devraient pourtant faire réfléchir l’organisation terroriste. Ses membres n’auront pas à faire à une armée traditionnelle peu organisée pour ce type de combat, mais à des spécialistes sachant porter les coups.

Comme dans toute guerre secrète, c’est le mental qui fait la différence. Les Israéliens ont montré qu’ils ont su résister à la barbarie terroriste de la seconde intifada. Ils savent que la lutte qui s’annonce est une nouvelle fois celle de la survie face à un ennemi impitoyable. Depuis 1948, ces ennemis se sont renouvelés avec des visages différents, mais toujours aussi menaçants. Il est encore temps, pour ces nouveaux ennemis d’Israël, de comprendre que le miracle de sa survie est la somme de courage, de détermination et de foi qui galvanise le peuple juif à conserver le seul bout de terre qu’il leur a été promis.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil