Pourquoi il faut écouter Tzvi Mazel, ancien ambassadeur d’Israël en Égypte

Hélène Keller-Lind

dimanche 13 février 2011, par Desinfos

L’arabophone Tzvi Mazel connaît bien l’Égypte. S’il approuve toute avancée démocratique il n’en appelle pas moins à la vigilance face à une situation complexe. Quant à certaines analyses occidentales qui imaginent des tendances « modérées » au sein des Frères Musulmans, elle sont, selon lui, tout simplement dérisoires.


C’est à un ancien diplomate en poste au Caire pendant 5 ans en tant qu’ambassadeur d’Israël que la radio RCJ a donné la parole le 13 février, dans une interview exceptionnelle, juste avant le Grand Entretien hebdomadaire. Heureuse initiative . Car, non seulement, connaît-il particulièrement bien l’Égypte et sa classe dirigeante aux commandes jusqu’ici, mais aussi, étant arabophone, il suit donc la réalité des pays arabes dans le texte.

Ce que feraient bien de faire les médias occidentaux, disait-il avec pertinence. Ce qui éviterait des analyses faussées...On note d’ailleurs à cet égard que la plupart des journalistes occidentaux dépendent de «  fixers, » assistants locaux qui ont tout loisir de les manipuler...et ce qui rend d’autant plus crucial le travail d’observation réalisé par MEMRI ou Palestinian Media Watch qui nous donnent une traduction fiable de textes officiels ou non officiels en arabe et apportent un éclairage essentiel pour la compréhension de ce qui se trame dans la région.

Il évoquait les problèmes actuels qui apparaissent aujourd’hui en Égypte et dont on n’entend guère parler : une prison du nord du Caire attaquée le 12 février par des manifestants qui ont fait sortir les membres des Frères Musulmans qui y étaient enfermés. La situation très préoccupante qui prévaut au Sinaï. Vaste région peuplée de Bédouins qui jouxte Bande de Gaza et Israël, on le sait...et d’où partent les tonnes d’armement entrés dans la Bande de Gaza...

Et à propos des Frères Musulmans il qualifiait de dérisoire l’opinion, véhiculée par Tariq Ramadan mais reprises par des médias et dirigeants occidentaux, qui voudrait qu’il y ait parmi eux des « modérés »... « Mettre Frères Musulmans et modérés dans la même phrase est impossible, » disait-il, citant des textes récents dans lesquels ce mouvement estimait que toute nouvelle constitution égyptienne devrait être examinée à l’aune de la Charia...

Et le diplomate soulignait que les Frères Musulmans, depuis leur création voici 80 ans, attendent de prendre le pouvoir. Sans le dire ouvertement pour n’effrayer ni l’Occident ni les manifestants égyptiens qui leur sont hostiles....De plus, il s’agit-là de la seule force d’opposition organisée. Quant aux buts de ce mouvement terroriste, ils sont clairs. PMW vient de donner une traduction de « C’est le Jihad qui est la voie à suivre, » livre de Moustafa Mashhur, qui fut leur dirigeant jusqu’en 2002.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil