Chronique de Michael Bar-Zvi Aleph Bechvat 5771

jeudi 6 janvier 2011, par Desinfos

Boker amis auditeurs de radio J, depuis vendredi dernier la propagande palestinienne soutenue par quelques militants d’extrême gauche israéliens est en train de mettre en scène un remake de l’affaire du petit Mohammed Al Dura. En effet, un communiqué de l’autorité palestinienne nous annonçait dans la soirée la mort d’une palestinienne Johar Abou-Rahma, d’une intoxication au gaz lacrymogène, suite à une manifestation contre la barrière de sécurité à Blyin. Il faut savoir que chaque semaine, les Palestiniens et des groupuscules d’extrême-gauche manifestent à cet endroit et cherche l’affrontement avec les forces de sécurité israélienne.


L’Autorité palestinienne et Tsahal ont un accord et lorsqu’il y a des blessés, ils sont évacués par l’armée israélienne et en général soignés dans des hôpitaux israéliens. Or vendredi dernier, à la fin de la manifestation, les Palestiniens n’ont signalé aucun blessé grave mais seulement deux blessés légers. C’est seulement neuf heures après que les Palestiniens ont annoncé le décès de Johar Abou-Rahma, martyr idéale puisque son frère est mort dans une manifestation de ce type il y a un an.

Par ailleurs, selon les services médicaux palestiniens, l’analyse de sang qui a permis de connaître la cause du décès a été faite à 14h40 alors que la défunte a été admise à l’hôpital de Ramallah à 15h20, soit 40 minutes après. Il semble improbable que les ambulances soient devenues des laboratoires d’analyse, ou alors ils sont bien en avance sur nous.

Autre élément bizarre de l’enquête, il n’y a aucune odeur de gaz lacrymogène sur les vêtements de la victime, et cela contredit la thèse de la mort par intoxication.

Mais il y a plus grave encore dans cette affaire, c’est que le rapport médical des palestiniens ne mentionne pas que Johar Abou Rahma était suivie depuis plusieurs années pour une leucémie et qu’elle prenait régulièrement des médicaments fournis par un service de cancérologie.

Ces informations ont été rassemblées rapidement par Tsahal qui, ayant tiré la leçon de l’affaire Al Dura, a demandé des explications et exigé d’avoir accès au dossier médical complet de la défunte. Enfin, la manifestation de Blyin étant devenue un rite hebdomadaire, elle est couverte par de nombreuses stations de télévision, par des photographes et des cameraman du monde entier et également filmée par l’armée israélienne, or Johar Abou-Rahma ne figure sur aucune photo, ni aucun film et Tsahal a lancé un appel, afin de faire toute la vérité sur l’affaire, à tous les médias présents de lui fournir une image prouvant sa présence à la manifestation de vendredi dernier.

On attend encore le témoignage d’un journaliste de France Télévision pour éclairer notre lanterne !


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil