La société palestinienne telle qu’elle est...un constat effarant

Hélène Keller-Lind

vendredi 12 novembre 2010, par Desinfos

Le petit vernis « occidental » des dirigeants palestiniens s’arrête au costume....et les échos que l’on peut avoir des réalités de la société palestinienne, telle qu’elle a été façonnée par l’Autorité palestinienne sont effarants : entre autres, femmes méprisées ou apostasie criminalisée


Autorité palestinienne : la triste condition des apostats

Eh oui !le hasard veut que sorte cette semaine une terrible affaire qui met en lumière un sujet rarement abordé. Non seulement l’Autorité palestinienne veut que le futur État palestinien soit Judenrein, mais il ne fait pas bon y rejeter l’Islam pour un musulman. Un jeune blogger vient d’en faire la cuisante expérience : les services de sécurité de Mahmoud Abbas l’ont mis sous les verrous et pas grand chose, rien en fait sur ses conditions de détention, ne filtre...si ce n’est qu’il a 26 ans, travaillait avec son père, coiffeur à Qualkilya, qu’il a fallu deux mois pour le localiser dans un café Internet où il se rendait pour écrire sur son profil Facebook, puis après que celui-ci ait été fermé à la demande de « centaines de groupes Facebook » furieux, sur son blog appelé « Eclaircissements et raison ». Il y critiquait violemment l’islam..

Et s’expliquait ainsi : « les musulmans me demandent souvent pourquoi j’ai quitté l’islam. Ce qui me frappe, c’est que les musulmans ne semblent pas pouvoir comprendre que renoncer à l’islam est un choix qui est offert à tout le monde et que tout le monde en a le droit. Ils pensent que tous ceux qui quittent l’islam est un agent ou un espion pour un État occidental, précisément l’État juif et qu’ils reçoivent des tonnes d’argent de la part des gouvernements de ces pays et de leurs services secrets. Ils ne comprennent pas que les gens sont libres de penser et de croire ce qui leur plaît. »

Il ajoutait : « j’aimerais souligner qu’en écrivant cet article, je ne voulais pas dire que le christianisme ou le judaïsme sont meilleurs que l’islam et le lecteur ne doit pas se tromper et croire que ce n’est que l’islam que je rejette parmi les religions. Pour moi ce sont toutes des légendes ahurissantes et des inepties qui se font concurrence en termes de stupidité. »

Il semble que sa famille, elle-même, estime qu’il doit être poursuivi et condamné.

Un groupe Facebook, « In Solidarity With Waleed Al-Husseini, » s’est constitué et on y lit que « Critiquer les religions est admis dans les pays à majorité musulmane : les gens critiquent publiquement le christianisme et le judaïsme dans les mosquées, publient des livres, le font dans des stations nationales et pan-arabes et même dans les écoles. Il n’y a que l’islam qui ne peut être critiqué. »

« Permettre ce type de chose ne relève pas uniquement du double langage mais c’est une violation de la Déclaration des Droits de l’Homme. Cela pourrait créer un précédent dangereux qui pourrait ouvrir la porte à plus de persécutions qu’il n’y en a déjà contre les minorités athées ou d’autres religions dans les sociétés qui ont une majorité musulmane. »

Autorité palestinienne : la triste condition des femmes palestiniennes

Palestinian Media Watch vient de mettre en lumière cette triste condition des femmes palestiniennes en mettant en ligne une vidéo programmée à la télévision officielle palestinienne particulièrement édifiante à deux niveaux.

Partie d’un constat, à savoir, la triste condition des femmes palestiniennes, cette vidéo éducative a été programmée quotidiennement à la télévision palestinienne pendant plusieurs semaines.. Réalisée par une ONG palestinienne, financée par un programme de l’ONU avec des fonds espagnols, son but, justement, est de tenter de promouvoir la responsabilisation des femmes palestiniennes sur le plan social, économique et politique et de réduire les violences faites aux femmes, en leur donnant un meilleur accès à une protection et à la justice. Autre aspect : tenter d’améliorer leurs possibilités de trouver un travail convenable et fructueux. Tout ceci étant louable mais attestant en creux de l’ampleur du problème.

On se souvient pourtant que la campagne de boycott interne palestinienne mettra 6.000 femmes de condition très modeste au chômage, chiffre qui avait laissé le ministre des Affaires sociales, Majida Al-Masri, autre forte femme palestinienne, qui hait les « Sionistes », membre du FDLP , de marbre : « elles n’auront qu’à demander des allocations chômage » avait-elle proclamé.

Mais il y a pire dans ce clip. En effet, il est censé faire honte à un homme qui a préféré continuer à regarder la télévision plutôt que d’emmener sa femme en train d’accoucher et qui le supplie à l’hôpital. Par par fatalisme car il aurait eu peur de se faire arrêter à un barrage, non. Pas de quoi se presser, dit-il, « pour une cinquième fille.... » Bon, on ne laisse pas une femme et son bébé en danger sous prétexte qu’elle va encore accoucher d’une fille.....Ce n’est vraiment pas bien...

Lorsqu’ils arrivent enfin à l’hôpital, la mère peut être sauvée, mais pas le bébé. Ce qui laisse le père totalement indifférent. Mais, la chute est pire encore : car....patatras, le bébé était....un garçon. Le père s’écroule...

Moralité : un bébé fille qui meurt, bon...mais un garçon après quatre filles ! Voilà, pour le public palestinien, façonné par ses dirigeants, du vraiment tragique.... On voit que cette campagne à la télévision palestinienne n’a pas grande chance d’aboutir et n’est vraisemblablement qu’une énième opération poudre aux yeux.

Car il ne faut pas se tromper et croire que qui dit femme palestinienne dit une Leila Shahid, qui a dispensé son venin pendant des années en France, y compris au plus haut niveau de l’État et sévit aujourd’hui à Bruxelles. Ou, dans le monde anglo-saxon, une Hanan Hashrawi, qui, gémissait en direct sur CNN depuis sa villa opulente de Ramallah : « ils vont nous tuer tous ! Je sens la terre trembler... » C’était lors d’une attaque ciblant uniquement le commissariat de Ramallah où avaient été lynchés à mort des réservistes israéliens qui avaient eu le malheur de se tromper de route. On se souvient de la photo du barbare qui l’avait torturé exhibant avec fierté ses mains pleines du sang de sa victime à la fenêtre du commissariat.... Croyez-vous que Madame Hashrawi, chrétienne et professeur d’université ait eu le moindre mot pour les victimes ? Comme, bien plus récemment, elle ne répondit pas à Itamar Marcus, directeur et fondateur de Palestinian Media Watch, qui l’enjoignait de dénoncer tout recours à la violence, non pas parce qu’elle est contreproductive, mais parce qu’elle est condamnable en soi...

Pas plus que n’est représentative Hind Khoury, une autre chrétienne palestinienne, qui fut la déléguée palestinienne à Paris mais n’y a pas fait long feu. Sans doute n’était-elle pas assez virulente dans sa manière d’être. Même si elle avait été coachée par le Président de l’APSF Bernard Ravenel, en partie tout au moins. Il est vrai que passer après le bulldozer haineux Shahid n’était pas aisé...

Pourtant, mis à part ces fortes femmes – celles qui le sont pas disparaissant rapidement – l’appareil de l’Autorité palestinienne ne comprend que peu de femmes...et elles ne sont sans doute là que pour la galerie ou parce que leur famille a un poids politique particulier. Elles ne sont que très rarement mises en avant pour leurs qualités propres...

La pauvre Hind Khouty avait déclaré d’ailleurs elle-même, dans une conférence de presse, que cela n’avait pas d’importance si Mahmoud Abbas n’avait toujours pas signé de loi criminalisant les crimes barbares dits d’honneur ou les violences faites au femmes palestiniennes. Car, expliquait-elle, « ce qui compte c’est la lutte contre l’occupation ! »

Des faussaires...

Les images vues ici ou là, les discours, les déclarations à usage occidental font illusion et on est bien loin d’imaginer la réalité palestinienne de la société gérée en très grande partie par l’Autorité palestinienne dans les villes de Judée Samarie. Ses dirigeants seraient tout à fait fréquentables et, finalement, nous ressembleraient. Des personnes dignes de confiance, donc, et avec qui on peut s’entendre, voire être ami...

De ce postulat découle la conclusion pour certains, et pas seulement au Quai d’Orsay, que si la paix ne progresse pas, c’est forcément « la faute à » Netanyahou...et à tous ces « gouvernements de droite » israéliens.

Pourtant ces dirigeants palestiniens sont des faussaires. Le rôle qu’ils jouent, les ronds de jambe qu’ils font, les sourires, les déclarations faites la main sur le cœur sont autant de mensonges. Ils sont dans le double discours, policés avec des Occidentaux quand cela leur sert, notamment pour récolter des fonds indécents, et totalement différents en interne.

Le double langage comme manière d’être et la réalité d’un discours de haine omniprésent

Cela Palestinian Media Watch l’a compris il y a plus d’une décennie et cette ONG s’est donné pour tâche de suivre le véritable discours palestinien en arabe. Que ce soit dans ses médias, officiels ou pas, ses manuels, scolaires, ses prises de paroles, dessins dits humoristiques, noms choisis pour rues et places ou tournois de sport...bref dans toutes les formes d’expression palestiniennes. Ce qu’examine PMW est plus particulièrement le double langage palestinien par rapport à Israël, les Israéliens et les Juifs.

Le constat est épouvantable. Ces dirigeants palestiniens, apparemment si policés, « empoisonnent les esprits », notamment celui des enfants palestiniens, comme a pu le dire Hilary Clinton, alors Sénateur, au vu d’un rapport de PMW. Mais pas uniquement. Un Palestinien entendra bon an mal an que les Juifs représentent le mal, sont des animaux répugnants, propagent des maladies mortelles, que cela n’a été que justice s’ils ont été boutés hors d’Europe, ou, on n’en est pas à un volte-face près, que la Shoah n’a pas existé, qu’ils ont volé les terres palestiniennes pour s’y établir, qu’Israël est donc illégitime et que c’est un devoir religieux de détruire cet État. Les rues qu’il emprunte, les places qu’il traverse, les tournois sportifs auxquels il assiste portent le nom de terroristes qui ont tué des civils et sont présentés comme modèles à suivre.

Une description qui n’est pas exhaustive, hélas, et la lecture attentive de ce site est incontournable pour celui qui veut savoir ce qu’il en est réellement. palwatch.org/ Certains articles sont disponibles en français

Les paradoxes du gouvernement français

De cette réalité pourtant essentielle, vous n’entendrez jamais parler au 20 h, alors que si un terroriste qui va lancer une roquette sur la population du sud d’Israël est tué, de cela vous entendrez parler...sans que, le plus souvent, la cause de la frappe ne soit mentionnée...

Pourtant les Français devraient savoir étant donné qu’ils cofinancent à coups de millions d’Euros le cirque palestinien, incitation à la haine et la violence y compris. Et il est incompréhensible et choquant que, dès lors que Barack Obama critique cette incitation et est donc au courant, les différents acteurs politiques français continuent à ne pas savoir et, pour certains, se pavanent en compagnie de tels personnages...Ce qui revient à se pavaner avec des clones de Hitler...dont le brûlot, Mein Kampf, ne peut être publié en France, sur décision de justice, sans un avertissement mettant en garde contre les résultats qu’ont eus les imprécations de l’auteur...Qui n’avaient rien de différent de celles que l’on trouve dans les médias officiels palestiniens.

Paradoxe à la française....Et cela ne gêne pas non plus les officiels français d’envoyer des personnages comme Stéphane Hessel en mission anti-israélienne dans les centres culturels des Territoires palestiniens, alors que ce personnage est un soutien actif de la campagne anti-israélienne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions illégale en France ! Pas plus que cela ne gêne le gouvernement, qui est responsable, que Hessel et Debray profitent du voyage dans la Bande de Gaza pour aller rencontrer des dirigeants du Hamas, organisation considérée comme terroristes par l’Union européenne et les États-Unis. http://www.desinfos.com/spip.php?pa...

Ce même Hessel aura les honneurs de la 5, du groupe France Télévisions, dans son émission Empreintes du 12 novembre, avec rediffusion et replay sur son site... ...Dès le départ, en dépit de son grand âge, il éructe contre Israël qui, dit-il « a eu le toupet de construire ce mur... » Il parle ici de la barrière de sécurité érigée à l’initiative d’un ministre israélien de gauche, Benyamin Ben Eliezer, pour faire cesser les terribles attentats palestiniens qui tuaient et blessaient des civils israéliens par dizaines...Une barrière efficace, qui n’est pas une frontière et a sauvé des vies, y compris palestiniennes, à commencer par celle du terroriste transformé en bombe humaine par des dirigeants pour qui leur vie n’a aucune valeur, mais aussi la vie des Palestiniens victimes de représailles inévitables et justifiées. On imagine ce qu’est le reste des déclarations de cet homme mû par on ne sait quelle haine...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil