L’Europe de Javier Solana parlera-t-elle aussi d’une seule voix pour condamner la reprise du programme nucléaire militaire de Téhéran ?

Par Alain Rajchman

jeudi 29 juillet 2004

Les autorités de Téhéran ont fait briser les scellés apposés par l’Agence internationale de l’énergie atomique sur des pièces maîtresses de la production d’uranium enrichi. L’uranium enrichi est indispensable à produire l’arme nucléaire


L’Iran a donc repris la fabrication et l’assemblage des centrifugeuses qui permettent la production d’uranium enrichi. Cet acte est en totale infraction avec les décisions de l’AIEA. Les experts, de cette instance onusienne chargée de la surveillance des installations nucléaires des pays signataires du traité de non-prolifération (TNP), avaient apposé des scellés sur ces installations pour geler l’activité « militaire » du programme dit civil iranien. En brisant ces scellés, la république islamiste confirme une nouvelle fois ses intentions.

Elles sont claires. Nous les avons régulièrement mises à jour sur ce site en raison du danger mortel que représente pour Israël la détention, par un pays farouchement hostile, de l’arme nucléaire. Il faut rappeler que l’Iran possède des vecteurs (les fusées Shahib) qui pourraient toucher le territoire israélien.

Les récentes menaces proférées par Téhéran à l’encontre d’Israël en cas de destruction de ses centrales ne laissent aucune ambiguïté. Le terme « wipe out » a été utilisé pour signifier que l’Etat juif serait alors tout simplement rayé de la carte. A l’époque de la montée en puissance du programme nucléaire irakien, les alertes d’Israël n’avaient pas été entendues. Aujourd’hui, les fonctionnaires de l’AIEA veillent, mais ils ont besoin d’un fort soutien politique des démocraties.

L’Europe, par la voie des ministres des affaires étrangères de France, d’Allemagne et du Royaume-Uni, ne doit pas céder. On entend déjà des diplomates indiquer que l’Iran n’a pas « d’obligation légale » à suspendre l’enrichissement. Monsieur Javier Solana, qui nous a récemment fait une brillante démonstration de l’unité européenne à l’Assemblée Générale de l’ONU, aura à cœur de faire preuve de la même unité pour soutenir l’agence de l’ONU chargée du dossier nucléaire iranien.

Comme dans le dossier de la barrière de sécurité, l’enjeu est majeur car il touche la protection de l’existence physique d’Israël. Si les visées nucléaires militaires de Téhéran ne sont pas stoppées, le Proche-Orient pourrait connaître de nouvelles et graves tensions. Monsieur Javier Solana, maintenant que vous avez montré la capacité de l’Europe à parler d’une seule voix, il ne vous reste plus qu’à faire - à l’égard de l’Iran - ce que vous avez parfaitement su faire à l’égard d’Israël !


lire le dossier sur « la menace Iranienne » :


La revue des infos

Mots-clés

Accueil