Le gouvernement israélien dit stop

Hélène Keller-Lind

vendredi 5 novembre 2010, par Desinfos

Les dirigeants palestiniens ont pris la désastreuse habitude d’insulter et menacer Israël et les Juifs comme bon leur semble, parfois avec une virulence inouïe..sans qu’il n’y ait aucune conséquence. Quoi qu’ils disent, ils continuaient à être traités avec courtoisie et bénéficiaient de faveurs variées. Mais aujourd’hui Israël leur dit qu’il y en a assez et que l’intolérable ne sera plus toléré.


L’invective et la menace à la bouche

Ahmed Quoreia agitait la menace d’une reprise de la « résistance armée » contre Israël au Caire il y a quelques jours Il ne faisait que répéter ce qu’il avait dit en août 2010, par exemple, en réponse à une question : «  si la résistance [ armée ] m’est favorable et ne me coûte rien, je suis pour. » Al Sharq Al-Awsat, repris par le quotidien officiel palestinien Al-Hayat Al-Jadida.

Il est loin d’être le seul dirigeant palestinien à agiter cette menace au nez et à la barbe d’Israël. Nabil Shaat ou Abbas Zaki, par exemple, en ont fait de même....et ne sont pas les seuls.

Quant aux insultes, elles abondent quotidiennement dans les médias palestiniens. Et l’existence même d’Israël est balayée....pas d’Israël sur les cartes, y compris dans les manuels scolaires.

Trop, c’est trop...ls dirigeants palestiniens ne préparent pas la population à la paix

Jusqu’ici aucune mesure de rétorsion n’avait été prise. Mais en ce début novembre le gouvernement israélien fait savoir qu’il en a assez et que ce type de comportement ne restera pas sans conséquence...Un index pour mesurer le degré d’incitation palestinienne à la haine est mis en place par le Cabinet de Sécurité

Benyamin Netanyahou déclare que toute cette incitation et ce déni de l’existence d’Israël a assez duré et que les Palestiniens ne respectent pas leurs engagements. Ce qui constitue un véritable obstacle à la paix. On ne peut prétendre négocier et éduquer sa population à la guerre
D’ailleurs, un récent sondage palestinien montre que 56 % des Palestiniens ne veulent pas de reprise des négociations...

Le dernier Américain en date à leur dire d’en finir n’est autre que Barack Obama....Et les Palestiniens d’acquiescer mais de continuer à faire ce que bon leur semble...Cette fois le gouvernement israélien ne restera pas les bras croisés.

La première réaction sur le terrain est venue le 3 novembre au Pont Allenby. L’ancien Premier ministre palestinien, Ahmed Quoreia, l’un des bénéficiaires de la manne internationale, y est arrivé en voiture pour passer en Jordanie, en route vers La Mecque. Il a l’habitude de passer les barrages sans attendre et de ne pas descendre de sa voiture. Un privilège....qui cette fois lui est refusé : s’il veut passer, il fera comme tout le monde, descendra de voiture et prendra le bus...Plus de tapis rouge pour les dirigeants palestiniens, à l’exception de Mahmoud Abbas et Salam Fayyad...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil