Le ministre de l’Economie palestinien, un fanatique du boycott en Judée Samarie, est un grand pote d’une représentante française pour la paix...

Hélène Keller-Lind

lundi 1er novembre 2010, par Desinfos

Ne cherchez pas à comprendre... Hassan Abu Libdeh est un des grands amis de Valérie Hoffenberg. Autrement dit le ministre qui boycotte avec acharnement les produits fabriqués dans les implantations ou y ayant transité, mettant, au passage, quelque 30.000 Palestiniens au chômage, et la représentante française censée promouvoir la paix entre Palestiniens et Israéliens sont très proches...De toute évidence les buts affichés n’ont rien à voir avec la réalité


Hassan Abu Libdeh, le ministre de l’Economie de l’Autorité palestinienne, détruit 30.000 emplois

Vêtu d’un T-shirt proboycott et portant la casquette ad hoc – un peu ridicules mais que nous finançons- Hassan Abu Libdeh, le ministre de l’Economie de l’Autorité palestinienne, déclare doctement : «  éliminer les ’colonies’ du territoire palestinien occupé est l’objectif national et la base du boycott des ’colonies’ mené par le gouvernement. » L’agence de presse qui rapporte cet ’événement’ titre : « ministre de l’Economie de l’Aurotité palestinienne : faire partir les colonies est une priorité. »

Farce qui appelle plusieurs réflexions :
Cette campagne est la campagne sœur de la campagne BDS initiée par des ONG palestiniennes dans le monde et qui, bien qu’illégale en France y a des partisans dont certains ont été condamnés par les tribunaux.
Couplée à une interdiction faite aux Palestiniens de travailler dans les implantations, elle met au chômage plus de 30.000 Palestiniens dont des femmes qui sont souvent le seul gagne pain de la famille. Qu’à cela ne tienne, disait une ministre palestinienne, elles n’aurant qu’à s’inscrire au chômage...belle perspective, en effet. Qui peut prétendre que cela va dans le sens d’une amélioration des conditons de vie des Palestiniens ? Alors qu’Israël œuvre au quotidien pour ce faire...
D’autant plus que cette campagne d’esbrouffe ne fera certainement pas partir qui que ce soit. Le sort des implantations dépendant de négociations interrompues par Mahmoud Abbas.
Mais ce coup porté à l’économie palestinienne n’est pas le seul car on apprend également de la bouche de Hassan Abu Libdeh que « il y a des investissements palestiniens dans les ’colonies’ mais qu’ils ont une date butoir pour transférer leurs usines et leurs entrepôts en dehors de ces ’colonies’. » Même question : Qui peut prétendre que cela va dans le sens d’une amélioration des conditons de vie des Palestiniens ?
Tout cela a un coût élevé...il n’y a pas que les T-shirts ! Il y a tout l’appareil juridique et de répression, il y a les condamnations, la destruction de produits etc.
Qui paie ? Une Autorité palestinienne sous perfusion ? Il faut rappeler les chiffres : 550 millions annuels versés par la seule UE, un milliard d’€ pour l’UNRWA, etc.
De plus, Hassan Abu Libdeh lui-même déclare, sans rire et sans en penser un mot : « L’Autorité palestinienne doit se concentrer sur une tache : réduire la dépendance sur l’aide étrangère,  » et il ajoutait : « les dépenses actuelles sont intenables et il faut des mesures d’austérité. » Sa logique économique échappe  : est-ce en détruisant plus de 30.000 emplois et des investissements palestiniens qu’il entend améliorer l’économie palestinienne et surtout les conditions de vie des administrés de l’Autorité palestinienne...et ces mesures absurdes vont-elles dans le sens de ce qu’il dit par ailleurs en parlant d’austérité nécessaire ?

Décisions et actions palestiniennes aberrantes sur le plan économique et humain : les bailleurs de fonds s’en moquent et versent des millions d’€

Ces décisions et actions palestiniennes aberrantes sur le plan économique et humain sont d’autant plus incompréhensibles qu’apparemment les bailleurs de fonds, non seulement laissent faire, mais, qui plus est, soit ferment les yeux sur ces aberrations, soit s’en moquent éperdument. En effet, on sait que, côté français, un poste a été créé, officiellement pour promouvoir la paix entre Israéliens et Palestiniens. On n’entend pas un mot sur ce sujet de la représentante dont la manière de procéder est tout aussi incompréhensible que la manière de faire palestinienne.

Le clou de son «  œuvre  » devant être une zone industrielle franco-palestinienne destinée, selon elle, à « montrer au peuple palestinien que le Président de la République française, le ministre des Affaires étrangères et européennes ainsi que le peuple français se souciaient des intérêts quotidiens des Palestiniens. » Alors ne rien dire sur ces destructions d’emplois est étrange et incohérent...

D’ailleurs, quid des Israéliens et de la paix dans tout cela ? D’autant que les éventuels investisseurs ne pourront utiliser de matériaux venus de ou ayant transité par des ’colonies’ ?

Le portrait de cette drôle de repésentante, dressé dans le Figaro, accompagné d’une photo léchée posée, figure en bonne place sur le blog de l’intéressée qui n’en a sans doute pas vu l’ironie. On y sent, en effet, des doutes sur ce parc industriel à venir et les conditionnels sont prudemment utilisés. Pourtant « la plus importante réalisation de ma vie, » déclare l’intéressée. Il en coûtera 10 millions d’€ à l’Agence Française pour le Développement, tout au moins ce qui était prévu en avril 2010. S’y ajoute « un don du gouvernement français de 5 millions d’€ » . Etc. Sans compter tous les frais afférents – salaires, déplacements etc. -

Tonneau des Danaïdes à la française et réel travail israélien

Mais on lit aussidans ce portrait qu’elle est très appréciée du ministre palestinien Hassan Abu Libdeh....Comment, dès lors, se targuer de faire progresser la paix en créant – peut-être - « entre 500 et 1000 emplois, » alors que ce ministre et ami et l’Auutorité palestinienne en détruisent plus de 30.000 ? ! Cela fait irrémédiablement penser au Tonneau des Danaïdes...

Quant au fait que Benyamin Netanyahou ait donné son accord pour la construction de cette zone, cela n’a rien d’étonnant et ne prouve strictment rien. Refuser aurait été contreproductif car vexer la France qui tance dèjà assez Israël comme ça n’aurait servi à rien. Et si le gouvernement français veut dépenser des millions de cette manière, cela ne regarde en rien le Premier ministre israélien, dès lors que cela ne menace ni la sécurité d’Israël ni le travail si postif réalisé par son gouvernement pour épauler l’économie israélienne, en dépit de ces misérables campagns de boycott..

Il suffit d’ailleurs de voir l’étendue du travail autrement significatif réalisé par COGAT, c’est-à-dire par le gouvernement israélien... Mais de là à prétendre que donner des millions supplémentaires aux Palestiniens fera avancer la paix d’un iota....Surtout qu’un langage de vérité minimum n’est pas tenu par la France avec ses interlocuteurs palestiniens...Qui prennent et auraient tort de ne pas le faire, mais n’en pensent pas moins, sans aucun doute.

Ignorer la haine des Juifs de l’Autorité palestinienne est affligeant...

Comme ils n’en pensent sans doute pas moins de cette représentante qui revendique le fait qu’elle est juive, « pratiquante et mageant casher... » ...

Ainsi, le 28 octobre, dans un programme d’histoire, « Témoins et témoignages  » la télévision officielle palestinienne expliquait que les Juifs avaient été boutés hors d’Europe pour avoir « porté tort aux sociétés qui les avaient accueillis et de leur grand amour de l’argent... » entre autres affirmations aussi péremptoires qu’ignobles Et ce n’était pas là une première, hélas...

En passant, on y trouve une justification de la Shoah et cela explique aussi sans doute que Mahmoud Abbas ne veuille voir aucun Juif dans un futur État palestinien... Qui verra la disparition d’Israël, déjà entérinée par cette même télévision... mais pas seulement... Cela explique aussi qu’il se refuse à reconnaître qu’Israël est un État juif. Il ne faut pas oublier que les titres « universitaires » moscovites du Président palestinien lui ont été accordés pour une thèse révisionniste..et qu’il a accusé les dirigeants sionistes d’avoir passé des accords avec les nazis.

Fermer les yeux sur cette dimension est, pour le moins, affligeant.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil