Le PS persiste et signe

Hélène Keller-Lind

dimanche 10 octobre 2010, par Desinfos

Si le PS arrive au pouvoir Israël n’aura qu’à bien se tenir. Desinfos signalait ses prises de position exprimées dans Le Monde du 10 octobre. Reçu sur Europe1 le même jour Laurent Fabius persiste et signe, n’exprimant finalement que ce que disent certains membres du Quai d’Orsay : il y aurait un bon et un mauvais Israël, le mauvais étant actuellement au pouvoir...


Pas d’indulgence pour les colonisateurs...


Le gouvernement français de Nicolas Sarkozy, selon Laurent Fabius, reçu par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe1, ferait preuve de « beaucoup d’indulgence envers le gouvernement actuel israélien qui continue la colonisation et doit arrêter la colonisation...ce qui est la condition qui est mise... »


Laurent Fabius qui répète une doxa courante ignore sans doute ce que veut réellement dire «  colonisation » ou «  colonie  » et agite un chiffon rouge contre Israël qui ne ressemble pourtant en rien à la France ou la Grande-Bretagne ou le Portugal des « colonies », les vraies. Mais qu’importe, cela rallie les supposées bonnes âmes – désinformées et qui marchent à coup de slogans- autour du P.S.

Bien évidemment cette affaire est une nouvelle condition, comme le rappelle sans cesse Benyamin Netanyahou. Curieusement les Palestiniens ne l’ont jamais évoquée auparavant de cette manière. Pas même avec Ehoud Olmert qui a précédé Benyamin Netanyahou. Et les chancelleries n’en faisaient pas une condition sine qua non...

Et cette nouvelle « condition » est loin d’être la seule. C’est seulement le premier prétexte dont s’est saisi Mahmoud Abbas pour faire capoter ces négociations, bien entendu. Pour ne pas négocier comme le veulent les Américains. Ce que rejettent plusieurs factions palestiniennes, avec en tête le Hamas.

Le prétexte des « colonies »...


Si Laurent Fabius et le P.S. ignorent qu’il y a une quantité énorme d’autres conditions, alors il ne sont vraiment pas dignes de gouverner… Il y a, entre autres, le « droit au retour » de réfugiés héréditaires , le refus palestinien de voir un cordon de sécurité israélien dans la Vallée du Jourdain, le refus de voir le moindre Juif vivre dans ce qui serait un État palestinien Judenrein, la volonté palestinienne d’établir une capitale à Jérusalem, là où il n’en a jamais été question auparavant, pas même lorsque Jérusalem était sous gestion jordanienne, la nécessité d’avoir un État palestinien démilitarisé pour garantir qu’il ne deviendra pas un Gaza bis. Entre autres conditions bien plus majeures que la construction de quelques unités de plus, voire quelques centaines d’unités dans des implantations dont on sait qu’elles resteront israéliennes. Pour la plupart d’entre elles tout au moins.

Et la Syrie ou le Hezbollah ?


On remarque que parmi les personnalités PS qui ont élaboré la déclaration de politique publiée dans Le Monde, figure Elisabeth Guigou, qui a présidé la commission chargée d’un rapport sur la Syrie. Se disant très honorée d’avoir été invitée à déjeuner par la femme du dictateur syrien – c’est vrai- elle estimait que si les Israéliens veulent garder le Golan, c’est pour y faire du ski. Elle démontrait là la profondeur de son analyse politique…

Se fondant sans doute en partie sur ce rapport le Président de la République nommait un ambassadeur spécial pour la Syrie. Sans surprise ses efforts n’auront servi à rien... Et, dans une récente allocution prononcée à la veille de la visite d’Ahmadinejad au Liban, le Secrétaire général du Hezbollah déclarait : « En dépit des difficultés, la résistance du peuple palestinien, du Hezbollah, de la Syrie et de l’Iran et de leur alliance qui se renforce tous les jours davantage contrairement aux illusions de certains, nous sommes aujourd’hui appelés à poursuivre la résistance et à renforcer le front du refus. J’ai l’impression qu’on n’a jamais été aussi proches de la libération d’Al-Quds. La victoire est proche. La disparition d’Israël est une question de temps. »


Le Quai d’Orsay

Enfin il ne faut pas perdre de vue que ces opinions PS ne sont pas nouvelles et sont aussi la marque du Quai d’Orsay. Son consul à Jérusalem loue les valeurs palestiniennes et fustige à Gaza la «  colonisation  » israélienne , y invite Stéphane Hessel, VRP de la campagne BDS ou Régis Debray qui critique violemment aussi les « mauvais » Israéliens.

Quant à l’Ambassadeur aux Droits de l’Homme, François Zimeray, ancien Eurodéputé PS et Président de la communauté rouennaise, qui s’était courageusement battu pour que le Parlement européen ne finance plus le terrorisme palestinien, il déplore aujourd’hui que, selon lui, le gouvernement de Benyamin Netanyahou désespère les amis d’Israël



Toues ces déclarations et prises de position PS ont le mérite d’être claires et les électeurs de demain sauront à quoi s’en tenir...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil