Attentat suicide antisémite et anti-sioniste déjoué à Paris, campagnes anti-israéliennes et antisémites .

Hélène Keller-Lind

dimanche 12 septembre 2010, par Desinfos

Dans une interview de Bernard Squarcini, patron de l’antiterrorisme français, publiée dans le Journal du Dimanche su 10 septembre, fait état de ses craintes de voir perpétrer un attentat terroriste en France. Et il nous apprend qu’un attentat suicide contre une manifestation de soutien à Tsahal a été déjoué Autre volet de la violence antisémite : actes anti-juifs et incitation.


La menace terroriste n’a jamais été aussi grande



Dans l’interview qu’il a accordée au Journal du Dimanche du 10 septembre Bernard Squarcini, qui est à la tête de l’antiterrorisme en France, est très clair : « Nous sommes aujourd’hui au même niveau de menace qu’en 1995. » Année au cours de laquelle une vague d’attentats meurtriers attribués au GIA algérien avaient été perpétrés en France


Il ajoute : « Tous les clignotants sont dans le rouge. Notre dispositif nous permet de pouvoir anticiper et de neutraliser préventivement des projets terroristes. Vous dire que nous sommes infaillibles, non. Que nous faisons énormément d’efforts, oui.....La menace n’a jamais été aussi grande. »

Les raisons en sont notre « histoire, [ notre ] engagement en Afghanistan,... prises de positions fermes en matière de politique étrangère et ... débats de société comme la loi sur le voile intégral. »
A cet égard, Frédéric Encel, spécialiste en géopolitique, maître de conférences à Sciences Po Paris et à l’ESG, soulignait sur les ondes de RCJ le 12 septembre que cet éventail de raisons – prétextes serait d’ailleurs un terme plus approprié – rendait le danger plus grand qu’en 1995 étant donné qu’il n’y avait alors uniquement que les menaces du GIA.


Menaces déjouées


Dans la même interview du JDD, Bernard Squarcini, déclare qu’en moyenne deux attentats sont déjoués par an. Il cite « celui qui visait le 27e bataillon des chasseurs alpins, engagé en opérations extérieures en Afghanistan, Adlene Hicheur, cet ingénieur du Centre européen de recherche nucléaire (Cern) qui avait proposé ses services via Internet à Al-Qaida au Maghreb islamique.  »


Menaces spécifiques anti-sionistes /antisémites



Autre menace terroriste déjouée, à caractère anti-sionite / antisémite, cette fois, : « celui d’un kamikaze qui prévoyait de faire sauter une salle de spectacle parisienne à l’occasion d’une collecte de fonds pour l’armée israélienne… Il avait été interpellé en Egypte et nous venons de le récupérer. »


On sait, par ailleurs, que les menaces de violences contre la communauté juive restent à un niveau préoccupant en France. Elles étaient évoquées, notamment, par le Président des Consistoires, Joël Mergui, et le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, lors de la cérémonie des vœux pour le nouvel an juif. Le ministre redisait sa volonté et celle du Président de la République de combattre les actes antisémites, qui ont légèrement baissé pour le premier trimestre 2010 mais, déplorait le ministre, restent néanmoins de « 47 actions contre la communauté et 190 menaces. ». Un chiffre qui ne porte que sur les actes enregistrés et en dépit « d’un taux d’élucidation qui augmente extraordinairement rapidement.


Lors de cette cérémonie, Brice Hortefeux rappelait également qu’en 5 ans, dans le cadre d’une convention avec le FSJU son ministère « a sécurisé 487 bâtiments, 147 écoles et crèches, 98 associations et 234 synagogues. » Mesures préventives importantes qui jouent leur rôle dissuasif.



Volet d’incitations



On ne peut séparer ces actes antisémites de l’incitation à la violence anti-israélienne et antisémite très présente un peu partout dans le monde, y compris en France. Notamment par le biais de la campagne virulente de boycott anti-israélienne orchestrée par le mouvement Boycott, Désengagement et Sanctions – BDS - . Campagne illégale, comme le rappelait Brice Hortefeux lors de la cérémonie des vœux du Consistoire. Mais qui, paradoxalement, est soutenue indirectement par le Quai d’Orsay qui attribuait, par exemple, le Prix de Droits de l’Homme à un réseau d’ONG palestiniennes affilié à la campagne BDS – en dépit des protestations officielles du CRIF – ou vient d’accorder une subvention importante à un réseau similaire...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil