La Barrière anti-terroriste a réduit les attaques provenant de Samarie de 90%

israelinfo

lundi 12 juillet 2004

Une comparaison entre le nombre d’attaques perpétrées en Israël à partir de la Samarie avant et après la construction de la Barrière anti-terroriste est édifiante. Elle révèle une baisse de 90%.


Dans les 11 mois entre l’édification du premier segment au début du mois d’août 2003 et sa réalisation finale en juin 2004, les terroristes basés en Samarie ont commis trois attaques où 26 israéliens ont été tués et 76 blessés. Dans deux de ces cas, les terroristes ont réussi à s’infiltrer là où la barrière n’était pas encore terminée. Dans le troisième cas, il s’agissait d’une femme qui avait réussi à passer le check-point de Barta’a en utilisant un passeport jordanien.

Par contre, durant les 34 mois entre le début des violences en septembre 2000 et la construction du premier segment continu de la Barrière à la fin juillet 2003 entre Salem et Elkana en Samarie, on dénombre 73 attaques terroristes (attaques-suicides, tirs, explosion de voitures piégées) en Israël dans lesquelles 293 israéliens ont perdu la vie et 1950 ont été blessés.

La comparaison de ces chiffres révèle :

Avant la Barrière, 26 attaques en moyenne par an

Après la Barrière, 3 attaques

Avant la Barrière, 103 israéliens tués en moyenne par an

Après la Barrière, 28 israéliens tués

Avant la Barrière, 688 israéliens blessés en moyenne par an

Après la Barrière, 83 blessés

Le nombre d’attaques a nettement baissé. Par contre, le nombre d’attaques déjouées est lui resté très élevé. Depuis le début de la construction de la Barrière en 2003, les forces de sécurité ont déjoué des douzaines d’attaques de terroristes basés en Samarie. Ils ont découvert 24 ceintures explosives et bombes.

La conclusion à tirer est claire. Le facteur principal dans la baisse spectaculaire du nombre d’attaques terroristes perpétrées en Israël ces derniers mois à partir de la Samarie est une conséquence directe de l’édification de la Barrière.

Le point de départ des infiltrations terroristes s’est déplacé en Judée où il n’y a pas encore de barrière continue.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil