John Edwards et la question israélienne

Tal Shneider, Maariv

lundi 12 juillet 2004

On connaît le candidat Démocrate comme Vice-président principalement pour son sourire convainquant. On connaît moins sa position, particulièrement sur Israël.


Le candidat du parti Démocrate à la Présidence américaine, John Kerry, a annoncé le candidat au poste de Vice-président la semaine dernière - John Edwards, qui était jusqu’à récemment son concurrent principal pour la nomination du parti Démocrate.

Edwards, dont la carrière comme personnage public date seulement de six ans, a été présenté au public américain d’une manière plus large pendant la primaire du parti Démocrate et a été perçus comme une personnalité gagnante. Cependant, on ne sait pas beaucoup de chose sur l’homme qui, si John Kerry est élu, deviendra le commandant en second de la nation la plus forte du monde.

Un des mystères les plus grands est la position d’Edouard envers Israël. Pendant une conférence des Arabes américains aux Etats-Unis, qui a eu lieu en octobre 2003 au Michigan, l’animateur a demandé à Edwards quelle était sa politique envers le conflit du Moyen-Orient. « Je crois que’il est nécessaire que la participation américaine soit plus forte et plus sérieuse sur la question ». Il a alors ajouté, « si je deviens le Vice-président américain prochain, je voyagerai personnellement au Moyen-Orient et enverrai ensuite le ministre des Affaires Etrangères, pour qu’il s’implique dans les négociations entre les deux parties ».

Quant à la barrière de sécurité, Edwards avait annoncé dans sa plate-forme d’élection, « puisque les Palestiniens ne font rien pour arrêter le terrorisme, alors Israël a le droit de prendre toute mesure pour se protéger ».

Edwards croit qu’il est nécessaire de guider les deux côtés vers des négociations intensives, selon les principes de la Feuille de route. Le « New-York Times » a cité Edwards avec l’annonce qu’ilcroit en une solution de deux nations à côté de l’une de l’autre, mais il a averti qu’il n’aurait pas de pourparlers avec Yasser Arafat.

Il était membre du Comité d’Élite du Service de renseignement au Sénat depuis 2001 et pendant son mandat, il a voyagé dans plusieurs pays étrangers. En août 2001, il a visité Israël, l’Autorité Palestinienne et l’Egypte. Pendant sa visite en Israël il a rencontré le Premier Ministre Ariel Sharon et Shimon Peres. Il n’a pas rencontré Arafat puisque le chef palestinien était au Maroc à l’époque.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil