Rififi à Gaza City

Hélène Keller-Lind

lundi 28 juin 2010, par Desinfos

La Bande de Gaza, parlons-en : retraits bancaires arme au poing... Un hold-up dans une banque, ça n’a rien d’étonnant. Mais dans la Bande de Gaza ce type de retrait forcé prend une autre dimension.... En effet, le 27 juin la Banque Islamique Palestine a dû fermer ses portes après que 16.000 $ aient été retirés « de force ». Retrait légal selon la police gazaouie , un jugement ayant ordonné que les fonds gelés par la banque et appartenant à un organisme caritatif local, the Educational Teaching Society, lui soient rendus. Second incident de ce type en trois mois selon l’agence de presse palestinienne Ma’an news. Qui précise que selon des clients ces retraits se sont faits l’arme au poing.


Le 26 mars ce sont 260.000 $ qui ont été retirés de la même manière affirme « une autre organisation caritative the Patients’ Friends Society – organisme qui soigne 500 familles de « martyrs » entre autres- . Cet argent était destiné selon elle à une action médicale caritative et si l’argent n’était pas rendu « cela mettrait la vie de patients en danger. De plus, en juillet 2009 l’Autorité Monétaire a décidé de geler le transfert de fonds « pour des raisons politiques qui n’ont rien à voir avec l’organisation elle-même. » Et en mars 2010 ce sont 400.000 $ qui ont été ainsi saisis par la police de Gaza

Ces saisies d’argent par la police de Gaza interviennent alors que la banque numéro deux dans la Bande de Gaza, l’Arab Bank, a licencié des centaines d’employés en avril et fermé deux agences à cause des politiques internes palestiniennes. Le secteur bancaire en serait déstabilisé. Alors que ce système est déjà soumis à des pressions du fait des « officiels israéliens et des entrées ou sorties limitées d’argent, » précise l’agence. Pourtant de l’argent passe bel et bien par les tunnels...par valises entières Mais il est vrai qu’il faut critiquer Israël à tout prix.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil