Le choc frontal entre les islamistes et l’Etat saoudien

Par Alain Rajchman

lundi 21 juin 2004

Les tentatives de déstabilisation de l’Arabie Saoudite se multiplient. L’enjeu des islamistes est celui de faire tomber la famille royale et de contrôler ce pays, pivot du monde musulman et du monde producteur de pétrole.


La guerre est désormais totale entre le régime fort d’Arabie Saoudite et les islamistes qui y prônent la guerre sainte. L’importation dans ce pays de la violence islamiste a engagé les autorités de Riyad dans une répression sans merci. Les derniers affrontements montrent la détermination du régime à ne pas se laisser déstabiliser. Les coups sont rudes et les premiers succès saoudiens encourageants.

La décapitation d’un otage américain par un commando se réclamant d’Al-Qaeda a humilié le régime saoudien qui est rapidement parvenu à abattre quatre membres de ce commando, dont Abdel Aziz al-Mouqrin, le chef du réseau dans la péninsule arabique. Ses trois complices avaient tous participé à des actions sanglantes depuis le début du mois de mai. Ce coup de filet vient à point nommé pour marquer les esprits.

Ainsi, le Prince Abdallah, qui dirige le pays depuis près de dix ans, a voulu adresser un message clair aux occidentaux, aux islamistes et aux autres nations musulmanes. Il a rappelé, lors de la séance inaugurale de l’assemblée consultative du royaume « que les saoudiens ne permettront pas à un groupe corrompu dirigé par une pensée déviante de porter atteinte à la sécurité et la stabilité de ce pays ». L’homme fort de Riyad veut faire comprendre à tous que le choc de civilisation, que l’on attendait au cœur même du monde musulman entre partisans et opposants au « jihad », est amorcé.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil