À un copain israélien fourvoyé. Barnavi cautionne la charge anti-israélienne de Debray. Dommage !

Luc Rosenzweig | Causeur

vendredi 11 juin 2010, par Desinfos

Mon cher Elie. Tu es sans doute au courant, car le bruit s’est répandu jusqu’à Bruxelles, où tu demeures désormais : le livre français se porte mal. Pour survivre, les maisons d’édition, même les plus vénérables, sont obligées de faire des “coups”. Cela consiste à monter une bulle éditoriale, comme on monte des bulles spéculatives à Wall Street, pour empocher vite fait les bénéfices avant qu’elle n’éclate. A chaque mois sa bulle : en mars, ce fut Elisabeth Badinter et sa charge au tromblon contre les mères allaitantes, en avril, le dézingage du père Freud par Michel Onfray. On tente, en ce mois de mai, de faire monter en bulle le dernier opus de Régis Debray, intitulé À un ami israélien.


Voir en ligne : Lire la suite de l’article directement sur www.causeur.fr


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil