La dérive du Marmara s’inscrit dans un processus global de délégitimation d’Israël.

Hélène Keller-Lind

mercredi 9 juin 2010, par Desinfos

Mise en contexte de la provocation du Marmara par le Premier ministre israélien…

Le Premier ministre israélien vient de donner un élément significatif dans le Communiqué du Cabinet israélien du 6 Juin 2010. Évoquant les « des dizaines de voyous appartenant à une organisation terroriste – ou pour être plus précis, une organisation extrémiste, qui soutient le terrorisme – [ qui ] s’étaient préparés d’avance, armés de haches, de couteaux et d’autres armes « blanches »... » Il ajoute : « Selon nos informations.... ce groupe est monté à bord séparément dans une ville différente et est montée à bord selon des procédures différentes. En fait ils n’ont subi aucun contrôle. L’intention évidente de ce groupe était de provoquer un incident violent avec des soldats de Tsahal. » [ les italiques sont les nôtres NDLR ] Il y a donc eu rôle actif de la Turquie qui hurle actuellement au massacre.


Puis le Premier ministre remet cet incident dans son contexte global : «  il faut comprendre qu’il ne s’agit pas d’un incident isolé. Cela fait partie d’un processus continu que les ennemis d’Israël orchestrent depuis des années pour empêcher Israël d’avoir le droit de se défendre . Cela a commencé en 2001 avec une tentative d’arrêter des officiers israéliens à l’étranger et a continué en 2004 avec des tentatives du même genre. Puis il y a eu le Rapport Goldstone, né après l’Opération Cast Lead. Ce processus se poursuit aujourd’hui avec une tentative d’empêcher Israël de faire entrer des missiles et des roquettes à Gaza. » [ les italiques sont les nôtres NDLR ]

Des « humanistes » anti-israéliens et non « pro-palestiniens. »

Benyamin Netanyahou poursuit en réitérant son refus catégorique de voir « l’établissement d’un port iranien à Gaza. » Il précise : « nous ne permettrons pas l’entrée libre de matériel de guerre et de contrebande au Hamas. Par ailleurs nous n’avons nullement le désir de rendre les choses difficiles pour la population civile de Gaza. Nous voulons que les biens qui ne sont ni du matériel de guerre ni de contrebande entrent à Gaza. Ce que nous avons fait dans ce cas également. Je veux souligner qu’actuellement le Hamas empêche l’entrée de ces biens à Gaza ce qui prouve que ce qui compte pour le Hamas ce n’est pas une aide apportée aux résidents de Gaza mais les provocations . » [ les italiques sont les nôtres NDLR ]
On pourrait ajouter, ce qui compte pour le Hamas et ceux qui le soutiennent, à commencer par les organisateurs de la « Flottille » quels qu’ils soient. .

Il faut souligner à cet égard que dans ces 10.000 tonnes de marchandises annoncées chargées sur 20 camions par Israël et bloquées par le Hamas il y a « des médicaments périmés » !


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil