Pourquoi Israël a raison de se méfier de la France

Hélène Keller-Lind

mardi 8 juin 2010, par Desinfos

La France « invite M. Netanyahou à donner suite aux demandes du Conseil de sécurité des Nations Unies » et à accepter une enquête non pas sur la composante terroriste du Marmara mais sur l’intervention des soldats israéliens et se dit prête à y participer. Dans le même temps la France « condamne » à ce propos une « violence » israélienne que « rien ne saurait justifier », le proclame et arrose à tout va dans les Territoires palestiniens sans dire un mot de l’incitation anti-israélienne, voire antisémite, qui y fait florès ni de Guilad Shalit


C’est le Président de la République lui-même qui, dans un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien « a invité M. Netanyahou à donner suite aux demandes du Conseil de sécurité des Nations Unies relatives à la mise en œuvre d’une enquête crédible et impartiale sur les conditions de l’intervention israélienne contre la « Flottille de la liberté », le 31 mai au large de Gaza, et a fait part de la disponibilité de la France y participer. » Soulignant dans le même temps « l’urgence d’une solution pour mettre fin au blocus à travers des mécanismes qui permettent de garantir la sécurité d’Israël et d’assurer l’approvisionnement du territoire dans le respect des compétences de l’Autorité palestinienne. » On se demande d’ailleurs quelles compétences l’AP peut bien avoir dans la Bande de Gaza...

Crédibilité et impartialité de la France : là où le bat blesse

Dans le même temps la France par la voix de Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères déclare à propos de « l’opération contre la « flottille de la paix » à destination de Gaza » être « profondément choqué(e) par les conséquences tragiques de l’opération militaire israélienne contre « La Flottille de la Paix à destination de Gaza  ». Le ministre ajoutant : « Nous ne comprenons pas le bilan humain, encore provisoire, d’une telle opération contre une initiative humanitaire connue depuis plusieurs jours. Rien ne saurait justifier l’emploi d’une telle violence que nous condamnons. Dans ces circonstances tragiques, j’adresse toutes mes condoléances aux familles et aux proches des victimes (NDLR : des aspirants au martyre) si cruellement éprouvés.
Toute la lumière doit être faite sur les circonstances de ce drame et nous souhaitons qu’une enquête approfondie soit mise en place sans délai.
Nous sommes pleinement mobilisés aux côtés des ressortissants français qui participaient à cette opération. »
Et où croyez-vous que figure en bonne place cette condamnation sans autre forme de procès ? En « Zoom » sur la page d’accueil du Consulat de France à Jérusalem, autrement dit l’Ambassade de France auprès des Palestiniens....

D’ailleurs, pour mémoire

Par ailleurs, les enquêtes « crédibles et impartiales, » on a vu ce que cela a donné avec le tristement célèbre Rapport Goldstone
Comment la France pourrait-elle garantir cette crédibilité et cette impartialité dès lors qu’elle a accepté en mars 2010 une résolution du Parlement européen condamnant Israël sur la base du rapport Goldstone dans laquelle on lit, entre autres « que la crise humanitaire dans la bande de Gaza s’est encore aggravée en raison du blocus, qui est contraire au droit humanitaire international » et se contentait de s’abstenir lors de l’approbation du rapport Goldstone par le Conseil des Droits de l’Homme en octobre 2009

La France arrose à tout va dans les Territoires palestiniens, y compris des ONG affiliées à la Campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël

La lecture du site du Consulat général de France à Jérusalem, de fait Ambassade de France auprès des Palestiniens, ou plutôt de « la Palestine » comme on le lit, est édifiante. Comme celle de ses communiqués.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil