La raison du plus fou : et si l’Iran déclenchait la prochaine guerre en Orient ?

Marc Brzustowski pour lessakele et aschkel.info

vendredi 7 mai 2010, par Desinfos

On doit cette proposition à contre-courant à un Colonel libanais à la retraite, Charbel Barakat. Il la formule dans un article intitulé : « Qui fait rouler les tambours de guerre, à cette heure ? ». Charbel Barakat est un expert renommé du Hezbollah et du terrorisme. Il a, plusieurs fois, témoigné devant la Commission des affaires étrangères du Sénat américain. Il presse le monde libre de prendre en compte l’éventualité d’une attaque commanditée par l’Iran.


Selon lui, l’Iran exerce actuellement sa mainmise sur l’ensemble des groupes terroristes, d’al Qaeda aux Farc colombiennes : opérations, finances, plans, cadres et dirigeants, processus décisionnels. Le Hezbollah est le mieux organisé, très polyvalent dans l’usage des diverses techniques de guerre asymétrique.

Le Liban et la Syrie ne cessent de crier « au loup », dans la crise du transfert de Scuds. La victimisation permet de surchauffer les opinions publiques. L’Etat hébreu met en garde les alliés de l’Iran contre tout franchissement du « seuil critique ». Tout stock d’armes s’inscrit dans un plan, mu par une intention qui opérera en fonction des contingences. Un processus irréversible peut s’enclencher à tout moment par surinterprétation des intentions de l’autre et choix de conserver l’initiative.

La question subsiste de l’identification correcte du théâtre d’opération décisif et de l’ajustement du timing avec l’agenda nucléaire iranien.

Ce projet doit habilement se servir du bouclier des crises frontalières pour conserver la marge suffisante afin de toucher au but. A partir de quel moment devient-il négligeable, pour un gain maximal, de sacrifier une pièce-maîtresse dans l’échiquier de « l’axe » ? Combien de fois peut-on répéter le scénario en l’amplifiant ? Et avec quelles variantes supplémentaires, touchant des points vitaux de l’adversaire ?

Barakat prend à contre-pied les analyses occidentales sur le Hezbollah. Elles pensent que le mouvement cherche à asseoir sa légitimité politique en renforçant son statut « résistant » contre Israël. Il serait passé en mode « défensif » depuis 2006. Ce serait vrai, dit-il, si le Hezbollah était vraiment un parti libanais. Il est, au contraire, totalement inféodé aux Gardiens de la Révolution.

L’élimination d’Imad Mughniyeh en février 2008 a laissé un vide. Il a été comblé par une structure de commandement pasdaran, depuis l’Ambassade d’Iran à Beyrouth. Samir Geagea déclarait récemment que l’armée était sous la tutelle du Hezbollah et non l’inverse. Aucun officier libanais n’ose faire un geste sans l’approbation de Nasrallah. Lui-même en réfère aux gardiens de la Révolution. Les cercles dirigeants au Liban ne peuvent que suivre les impulsions données depuis Téhéran, après s’être prosternés à Damas.

Bachar al Assad est l’homme aux deux visages : il joue le rôle d’entremetteur logistique pour la réalisation de ce plan de rupture progressive de l’équilibre des forces. Damas sert, ensuite, de façade diplomatique pour l’Occident, en lui laissant -comble de cynisme- une « chance » de parvenir à un accord régional, de plus en plus hypothétique… Il est purement instrumental.

Le modèle auquel Barakat demande aux démocraties de réfléchir, ressemble à un mixte d’attaques préventives multi-options. Le Hezbollah aurait pour mission d’inverser et de remixer le schéma de « la guerre des six jours », au détriment de l’Etat hébreu.

L’incertitude règne sur la quantité exacte de Scuds qui a passé la frontière. La question est futile : une petite quantité en pièces détachées suffit. La masse critique peut rester cantonnée du côté syrien de la frontière nord du Liban. Franchir trop tôt le point de non-retour serait contre-productif.

Avant leur entrée en action, on aura pris soin de brouiller les pistes, par des opérations de moindre ampleur, comme des incursions commandos en Galilée, des prises d’otages, des tirs de M-600, bien plus maniables. Au point ultime, des Scuds mis en orbite sur Dimona, l’aéroport Ben Gurion ou des bases aériennes, seraient la cerise sur le gâteau. On peut aussi rebattre les cartes dans l’autre sens, en fonction des mises adverses.

La difficulté reste d’anticiper précisément le moment du passage à la réalisation des intentions initiales, de façon à les déjouer. Si Israël s’y prépare, l’incertitude demeure, quant aux dispositions des Etats-Unis. Les alliés peuvent être confrontés à un plan multi-centré, qui engagerait d’autres zones que le théâtre israélo-libanais :

Deux récents incidents militaires laissent entrebâillée cette fenêtre d’opportunité :


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil