Objet : Demande d’asile pour cause de persécutions racistes .

montsegur

dimanche 6 juin 2004

Madame, Monsieur,
Moi, Moise Israel, Omar Khayam, Jean Moulin, Juif français de cœur, de naissance ou d’esprit, me permets de vous adresser cette lettre, dans le désarroi , l’incompréhension et l’affliction ou je me trouve de voir ainsi mon pays glisser lentement dans l’indifférence, l’hypocrisie, et l’absence de solidarité active, vis-à-vis de l’oppression subie à nouveau par la minorité à laquelle j’ai la faiblesse de m’identifier.


Les faits que je vais exposer ici, c’est aussi en qualité de républicain que je vous les adresse, car, dans mon esprit ces deux composantes de mon identité sont indissociables.

Ainsi, depuis quatre ans bientôt, cette grande Nation que fut la France, patrie des Droits de l’homme et berceau des Lumières, cette Nation qui permit à mes ancêtres de s’affranchir du statut infâmant ou les avaient placé des siècles d’obscurantisme, et d’ainsi accéder à la qualité de citoyen, renoue avec les démons qui ont fait, dans le passé, son malheur.

Ainsi, depuis bientôt quatre ans, une vague antisémite, la plus violente et la plus importante en nombre d’actes anti-juifs depuis la fin de la seconde guerre mondiale, sévit dans mon pays . Ceci, ironie de l’Histoire, alors que nous célébrons la libération de la France et de l’Europe du joug de la barbarie nazie.

Ces passages à l’acte violent ont été précédés d’une libération de la parole antisémite, quand bien même celle-ci a pris et prend appui trop souvent sur l’existence du conflit israélo-palestinien pour s’exprimer et légitimer ce qui ne l’est nullement.

J’affirme ici que le traitement biaisé de l’information, par les médias officiels, de service public, sur la situation au moyen-orient, a contribué à l’émergence de cet antisémitisme nouveau, provenant dans l’essentiel des cas répertoriés, d’individus de culture musulmane qui ne font là que suivre les mots d’ordre de l’idéologie islamiste, dans son acception politico-religieuse . Cette idéologie bénéficie de multiples relais en France et en Europe, et diffuse(via internet, via des radios communautaires, via des associations hors de tout contrôle certaines subventionnés par l’Etat, via également la complicité et la collaboration active d’une part non négligeable de mes concitoyens ), sa lecture des évènements , liés à un conflit territorial et cependant traités sous l’angle manichéen du fanatisme religieux, le plus réducteur qui soit. Et parce que manichéen, et parce que réducteur, lecture la plus criminelle dans ses intentions.

Par ailleurs, outre cette frange de la population acquise aux thèses islamistes, la plus radicalement engagée dans l’oppression anti-juive et dans la contestation des valeurs communes de la République, et dans laquelle, phénomène nouveau et à la pointe de la collaboration nous devons inclure désormais une part de nouveaux convertis, force nous est de constater le silence assourdissant,en dehors de belles déclarations de principe dont nous n’attendons rien, de nombre de nos concitoyens, au premier rang desquels ceux de confession musulmane. Sans doute parce qu’on ne se débarrasse pas facilement, pour les uns d’un antijudaisme de nature culturelle, pour les autres, des effets d’un discours dominant qui tend à masquer la réalité de l’origine des actes anti-juifs commis dans ce pays. Une question, alors, s’impose : y-a-t-il dans ce pays un fascisme acceptable ? On est en droit de se le demander au vue de la faible mobilisation en faveur de celles et de ceux qui auraient bien fait l’économie d’être répertoriés comme premières victimes du racisme en France .

Ou donc sont les foules spontanées au lendemain du désastre moral que représentait le score électoral du front national, le 21avril 2002 ?

Ou êtes-vous, citoyens ?

J’interroge la rue et je ne vous vois pas, splendides d’enthousiasme et de jeunesse, racheter par votre conduite et votre engagement, le déshonneur de ce pays. J’interroge les colonnes des journaux et je ne lis qu’approximations, contre vérités, avec en filigrane du discours le brouillard ou vous voulez nous ensevelir. J’interroge les médias officiels, et je ne vois qu’images manipulées, propos en trompe-l’œil, malaise grandissant. J’interpelle la conscience de ce pays et le cœur de tous ses enfants républicains, toutes confessions ou opinions confondues : ou êtes-vous ?

Qu’attendez-vous ? Des morts ?

Nous sommes passés tout près…

Certains médias, avancent ,dans la tentative de meurtre subie par un jeune adolescent juif, vendredi 4 juin, la thèse du déséquilibré . Aux centaines d’actes anti-juifs commis dans ce pays depuis des années, il conviendrait d’appliquer dorénavant cette explication . Ainsi , cela éviterait de questionner le présent de notre société, et d’y lire ce qu’il a de déplaisant et de repoussant. Quand bien même cette thèse devrait se vérifier et plutôt que de condamner la précipitation dans le traitement de l’information, il conviendrait plutôt de s’interroger sur ce qui la motive : la frayeur,et de lire, dans le climat qui prévaut dans notre pays , un terreau propice à ce type de dérives violentes.

Pour toutes les raisons exposées ci-dessus, je me permets, Madame, Monsieur, de saisir vos services compétents, et fait la demande d’accéder au statut de victime d’actes racistes, du racisme le plus ancien qui soit :l’antisémitisme, et de même au statut de réfugié .

Votre dévoué : Moise Israel, Omar Khayam, Jean Moulin .

Pour toutes ces raisons, je demande à la France républicaine, cette France qui sait être généreuse dans les moments graves, ainsi qu’elle a pu le démontrer dans le passé, et aux citoyens qui la composent et l’enrichissent, de se saisir du problème, sans tabous incapacifiants, dans le souci de la justice et dans l’esprit de la résistance.

La résistance à l’oppression est un devoir .

Elle est aujourd’hui une urgence .


Les textes

Mots-clés

Accueil