Depuis quelques procès, nous assistons au « blanchiment » des propos et actes antisémites en France.

Marc Bennsoussan

samedi 5 juin 2004

Nos politiques nous enjoignent de ne pas hésiter à leur livrer bataille devant les tribunaux en leur faisant confiance pour combattre l’antisémitisme et en faisant confiance à la justice de notre pays.


Pour quels résultats se demandent aujourd’hui les victimes.

Déjà traumatisés par des situations de plus en plus violentes, depuis les propos de parti pris tenus dans les médias au sujet de la situation au Moyen Orient, jusqu’aux soirées où l’on souhaite se détendre devant notre petit écran afin d’oublier cette atmosphère nauséabonde et où l’on tombe sur un Dieudonné caricaturant nos familles éloignées ou non, c’est à dire nous, jusqu’aux profanations, agressions et tentatives de meurtre.

Jusqu’où la communauté juive française pourra supporter de se sentir en insécurité ?

Il va de soit que la majorité ne souhaite pas partir en Israël ou aux USA et que si la justice ne nous accompagne pas en nous rassurant par des sanctions exemplaires contre les auteurs d’actes antisémites, la France connaîtra ce qu’elle ne souhaite pas : de plus en plus de violences, l’augmentation du racisme contre la communauté musulmane qui accompagnera celle contre la communauté juive, de jeunes juifs se formant en groupes d’autodéfense, voire le début d’une guerre civile.

Il est temps que les représentants de la communauté juive de France, malgré tous les efforts entrepris jusqu’à ce jour, redoublent les mises en garde à nos gouvernants sans relâche, réétudient leurs stratégies de communication, bref, nous sommes en droit d’attendre d’eux qu’ils agissent plus efficacement que jusqu’à présent car seuls les résultats comptent, pas les grands discours d’indignation.

Les Juifs croient aux discours de promesse, pas essence, mais plus encore en l’acte de survie.


Le courrier des lecteurs

Mots-clés

Accueil