Dan Gillermann, le représentant d’Israël à l’ONU, dénonce la machine de propagande palestinienne. 

jeudi 20 mai 2004

Dan Gillermann, le représentant d’Israël à l’ONU, a rejeté les chiffres avancés par l’Observateur de la Palestine en regrettant que de nombreux membres de la communauté internationale se soient laissés influencer par la machine de propagande palestinienne. 


Il a aussi rappelé que la manifestation, au cours de laquelle des civils palestiniens ont trouvé la mort, avait été organisée par l’Autorité palestinienne, en violation flagrante du cessez-le-feu. 

Tout en regrettant les pertes en vies humaines, le représentant a rappelé qu’elles résultaient d’échanges de tirs auxquels l’armée, pour se protéger, a dû se livrer contre des terroristes palestiniens qui opèrent parmi des civils. 

Il a, une nouvelle fois, regretté que certains membres du Conseil soient prompts à condamner Israël en oubliant les actions qui ont plongé la région dans le désarroi et obligé Israël à prendre des mesures défensives. 

Le Conseil de sécurité n’a jamais traité des menaces à la paix et à la sécurité que représente la contrebande d’armes qui, organisé, à partir de l’Égypte, par le Hezbollah avec l’aide de l’Iran, empruntent les tunnels de Rafah. 

Le Conseil, a poursuivi le représentant, n’a pas non plus pris la peine de condamner la mort de jeunes soldats qui ont été tués pendant une opération de destruction de ces tunnels, ni de s’alarmer de la prise en otage d’une ambulance de l’UNRWA, par des terroristes palestiniens, la semaine dernière.

Après avoir énuméré d’autres lacunes du Conseil, le représentant a décrit, de manière détaillée, la situation sur le terrain, en particulier l’usage fait des tunnels de Rafah. 

Confronté aux manquements du leadership palestinien en matière de lutte contre le terrorisme, a souligné M. Gillerman, Israël est obligé de se défendre tout en respectant ses obligations en vertu du droit international. 

Le but de l’action israélienne à Gaza est de mettre fin au trafic illégal d’armes. 

Cette action, s’est-il étonné, a été présentée comme une punition collective. « Ces tunnels sont collectifs dans le sens où ils nuisent à tous les peuples de la région mais ils exigent une réponse précise et définitive », a précisé le représentant. 

Le droit coutumier ou conventionnel reconnaît que l’utilisation d’objets civils pour appuyer des attaques de guerre constitue un crime de guerre, a affirmé le représentant. Dans ce contexte, Israël peut, en toute légalité, détruire les structures utilisées par les terroristes. 

Malgré ces aspects négatifs, le Premier Ministre israélien a réaffirmé qu’il était engagé à promouvoir son plan de désengagement de Gaza, a-t-il poursuivi, en rappelant le consensus de la communauté internationale sur la faculté de ce plan à améliorer la situation à Gaza aussi bien pour les Palestiniens que pour les Israéliens. 

Malheureusement, a regretté le représentant, la réponse palestinienne a été une intensification de la violence et un engagement renouvelé en faveur de la terreur. 

Si l’Autorité palestinienne avait honoré ses obligations en vertu de la phase I de la mise en œuvre de la Feuille de route, les forces israéliennes ne se seraient livrés aux activités que l’on voit aujourd’hui, a déclaré le représentant. Ce sont les Palestiniens et non les Israéliens qui ont transformé les habitations civiles en cibles militaires, a-t-il insisté.

Israël, a poursuivi le représentant, ne se bat ni contre le peuple palestinien ni contre son aspiration à un État indépendant. 
Israël se bat contre la terreur et contre ceux qui ne veulent pas créer un État palestinien mais plutôt détruire l’État juif. 

Un leadership véritable et responsable, chez les Palestiniens, devrait également pouvoir appeler en des termes clairs et pas équivoques comme ceux de la résolution adoptée aujourd’hui, à la lutte contre la terreur. 

Réaliser la paix n’est tout simplement pas possible dans une atmosphère de violence et de terrorisme. Aucun progrès ne sera possible tant que l’Autorité palestinienne continuera de profiter de sa position et de ses ressources pour promouvoir des campagnes de violence et de terrorisme contre des citoyens d’Israël.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil