Après mûre réflexion, je serai à la marche du dimanche 16 mai.

Bernard C.

vendredi 14 mai 2004


Les contre-arguments avancés sont tous recevables.

Mais cet événement sera MÉDIATISÉ par toutes les télévisions.

La France et le monde doivent voir LE MAXIMUM DE PERSONNES UNIES CONTRE L’ANTISÉMITISME, comme UN MESSAGE AUX
ENNEMIS D’ISRAEL.

Si nous n’y allons pas, que se passera-t-il ?

L’impact médiatique sera nécessairement moins important et certains mauvais penseurs pourront arguer du fait que les juifs veulent « garder le monopole de leur souffrance » et « refusent la main tendue ». Cela se retournera encore une fois contre nous.

La plupart des mouvements juifs (CRIF, Young Leadership, UEJF, FFDJ, etc.) ont compris cela et se rallient à cette marche.

Ne mélangeons pas tout ! Si récupération politique il y a, nous serons là pour y répondre.

En attendant, une seule et même voix s’élèvera contre l’antisémitisme.

Pensez-vous que les antisémites de tous poils se réjouissent de cette manifestation ?

Je ne le crois pas. Cette seule pensée aurait suffi à me décider à marcher contre la haine des juifs,
dimanche 16 mai, à partir de 15 h, de la République à la Bastille.

Chabbat Shalom


Le courrier des lecteurs

Mots-clés

Accueil