Petraeus : Les infrastructures nucléaires iraniennes peuvent certainement être bombardées

Rapport spécial de DEBKAfile | Adaptation : Marc Brzustowski pour : http://www.aschkel.info/ et http://lessakele.over-blog.fr/

mardi 12 janvier 2010, par Desinfos

Le déploiement au Moyen-Orient du groupe d’attaque de l’USS Dwight D. Eisenhower durant la première semaine de janvier ajoute de la force aux propos du Général David Petraeus, le Commandant en chef du CENTCOM, le 10 janvier, affirmant que les infrastructures nucléaires iraniennes, bien que renforcées contre les attaques par leur mise en sécurité dans des tunnels souterrains, n’étaient pas, pour autant, complètement protégées.


“ Et bien, je dis que, oui, certainement, elles peuvent tout-à-fait être bombardées », a-t-il confié à CNN. « Le niveau d’impact varierait selon celui qui fait cela, ce que sont les ordres qui ont été donnés et quelle capacité la chasse transporte avec elle. »


L’USS Dwight D. Eisenhower arrive !

Ce jugement contredit les récentes estimations des média américains selon lesquelles les installations nucléaires iraniennes, étant enterrées profondément dans des tunnels fortifiés, sont désormais protégées contre les frappes aériennes et l’envoi de missiles.

Refusant de commenter l’hypothèse d’une frappe israélienne, le Général Petraeus a expliqué qu’il restait encore du temps pour la diplomatie, mais a fait remarquer que : “Ce serait totalement irresponsable de penser que le CETCOM ne doive pas prévoir « ce qui se passerait si jamais » et n’avait conçu de plans précis en fonction d’une palette complète de moyens pour parer à toute éventualité ».

Les sources militaires de Debkafile ajoutent : “Le CETCOM a été substantiellement renforcé par l’envoi de l’USS Eisenhower que le Président Obama a fait se déployer, durant la période du nouvel an, vers le Golfe persique et en Méditerranée pour soutenir les Vè et VIè flottes américaines. Il a ordonné ce déploiement de 6 mois, le premier depuis qu’il a pris ses fonctions il y a un an, en prévision des tensions croissantes autour du Yémen et de l’Iran.

L’Eisenhower embarque à son bord 8 escadrons aériens sur ses ponts.

L’aile aérienne n°7 est constituée de 4 escadrons de bombardiers de combat, dote chacun d’un escadron de surveillance et d’alerte, de guerre électronique et d’avions de soutien aérien et un autre d’hélicoptères anti-sous-marins. Sa force de frappe est constituée du croiseur transporteur de missiles guidés, l’USS Hue City et de trois destroyers lance-missiles, l’USS Mc Faul, l’USS Farragut et l’USS Carney.

Obama a déclaré dans une interview récente, qu’il n’avait pas l’intention d’envoyer de troupes de combat américaines vers les sanctuaires terroristes de Somalie et du Yémen, parce que “travailler avec des partenaires internationaux est plus efficace à ce stade”.

Cette déclaration entre en concomitance avec le gonflement de la force navale et aérienne américaine dans ces deux régions volatiles afin d’éviter d’avoir à envoyer plus de troupes au sol, ce que les Etats-Unis ne peuvent se permettre en ce moment.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil