L’odieux chantage

Par Alain Rajchman

mercredi 12 mai 2004

Le lynchage des soldats israéliens à deux pas des bureaux du Président Arafat avait montré toute la sauvagerie de forces pourtant contrôlées par l’Autorité Palestinienne. L’infâme chantage que tente les fanatiques du Hamas en déclarant détenir des restes de soldats israéliens est tout autant monstrueux.


En suscitant un doute odieux dans la tête des parents éprouvés, les Palestiniens exercent une nouvelle forme de torture : la torture morale à distance. En novembre dernier, le cabinet israélien avait débattu une journée entière pour accepter le prix élevé fixé par le Hezbollah pour récupérer les corps des soldats lâchement abattus sous le regard passif des forces d’interposition de l’ONU.

D’un côté, la vie et la mort n’ont pas de prix pour être sauvée et respectée. De l’autre, la vie et la mort sont sans valeur. Devant un tel fossé, le monde se tait, comme il se tait quand le terrorisme aveugle frappe des femmes et des enfants. Le ressort est toujours le même : tout cela est justifié au nom de la libération nationale. Pourtant, même pendant la période des accords d’Oslo qui étaient destinés à convenir de la création d’un Etat palestinien, les autobus explosaient au cœur de Jérusalem. Le monde demeure insensible à ces contradictions, comme il reste froid face aux pires excès de ses protégés.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil