Opération et opération : c’est selon !

mardi 11 mai 2004

Il y a opération et opération… Nous avons tous reçu l’information de l’opération de la police espagnole visant à mettre hors d’état de nuire les islamistes responsables des attentats de Madrid du 11 mars dernier.


Les versions de l’affaire rendues par les différents médias donnaient à peu près ceci :

« Dans la nuit de samedi à dimanche, la police espagnole est entrée dans la cité de Leganes, et a encerclé la maison dans laquelle se trouvaient les terroristes présumés des attentats de Madrid. Après avoir évacué les résidents de l’immeuble, elle a sommé les suspects de se rendre. Ces derniers ont répondu par des tirs nourris aux cris de » Allah ouakbar « . Après de longs échanges de feu, les islamistes présumés se sont fait sautés. L’immeuble a été éventré par l’explosion. Dans les décombres, on a dénombré cinq morts, dont les quatre terroristes et un policier âgé de 41 ans et père de deux enfants. Le cerveau des attentats de Madrid qui ont fait 200 morts et près de 2000 blessés, figure parmi les victimes. »

Si l’Espagne avait été un état juif, on aurait eu droit à la version suivante :

« Dans la nuit de samedi à dimanche, plusieurs blindés de la police espagnole ont opéré une incursion dans le camp de réfugiés de Leganes, et a encerclé la maison dans laquelle se seraient trouvés des militants présumés, d’après les autorités. Elles ont aussitôt ouvert un feu nourri sur un immeuble qui a fini par s’effondrer dans une explosion. Outre un policier, quatre personnes ont été retrouvées mortes dans les décombres, dont un activiste et trois civils. Les blindés se sont retirés au petit matin, laissant la désolation derrière eux et des dizaines d’habitants sans abri. L’opération espagnole a soulevé un tollé dans la communauté internationale. Sous l’impulsion des pays du Maghreb et avec l’appui de la France, le conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir aujourd’hui afin de voter une résolution condamnant ces pratiques contraires au droit international. Une résolution qui toutefois n’a que peu de chance d’aboutir, les Etats-Unis disposant d’un droit de veto. »

C’est à ces quelques variantes, que l’on réussit à manipuler les esprits, et à faire pencher la sympathie du public dans un camp ou dans l’autre.


Le courrier des lecteurs

Mots-clés

Accueil