Intox ou ballon d’essai, Giora Eiland, le président du conseil national de sécurité, présente un plan de paix « audacieux »

jeudi 6 mai 2004

Ariel Sharon a fait tester ces derniers mois auprès des Etats-Unis et de l’Union européenne un plan de règlement bien plus ambitieux que son projet de retrait de Gaza rejeté dimanche dernier par son propre parti, leLikoud, rapporte jeudi le journal Yedioth Ahronoth, dont l’article aurait été confirmé de source politique à Jérusalem.


Le Premier ministre israélien avait chargé de cette tâche Giora Eiland, le président de son conseil national de sécurité, maison ignore encore s’il parraine personnellement ce plan ambitieux qui prévoit un retrait total de Gaza mais aussi de 89% de la Rive Occidentale.

Interrogé par Kol-Israël, Eiland, a laissé entendre que la version révisée du plan Sharon s’inspirerait de ses propres propositions, en affirmant qu’elle serait « d’une plus grande portée » que celle rejetée par le Likoud. « Nous devons travailler à une solution plus générale », a-t-il ajouté.

Soumis notamment dans ses grandes lignes à la conseillère de George Bush à la sécurité nationale, Condoleeza Rice, ainsi qu’au ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer, le plan Eiland évoque des échanges de territoires et une « mise sous surveillance » par l’Egypte et la Jordanie des territoires palestiniens évacués, indique le Yedioth Ahronoth.

L’article du journal ne précise pas clairement si un Etat Palestinien sera créé à ce stade, mais, fait nouveau, ce plan serait présenté comme une initiative européenne acceptée par Israël et ratifiée lors d’une conférence internationale organisée par l’Egypte avec la participation, outre de l’Union Européenne, des Etats-Unis et de la Russie.

Un plan amendable

Voici, toujours selon le journal le plus lu d’Israël, les principaux points du plan :

Un responsable israélien a précisé que le plan d’Eiland, que le dirigeant palestinien Saëb Erekat a présenté comme une diversion israélienne pour ne pas appliquer la feuille de route internationale, est susceptible d’être amendé.

Pour une « dimension internationale » au plan Sharon

Le « quartet » des médiateurs internationaux auteurs de la feuille de route - Etats-Unis, Union Européenne, ONU et Russie - s’est réuni mardi au x Nations unies et a présenté le plan de retrait de Gaza comme une « précieuse occasion », nonobstant son rejet par le Likoud.

Le secrétaire général de l’OnNU Kofi Annan, prenant la parole au nom des quatre, a déclaré à cette occasion : « Nous avons accueilli positivement l’intention affichée par le Premier ministre Sharon de se retirer de toutes les implantations de la bande de Gaza et d’une partie de celles de la Rive Occidentale. Cela devrait fournir une occasion précieuse dans la recherche de la paix au Proche-Orient. »

Mais Annan a précisé que, pour le « quartet », « aucune partie ne doit prendre des mesures unilatérales dans le but de déterminer à l’avance le règlement de problèmes qui doivent être abordés dans le cadre de négociations, et faire l’objet d’un accord des deux parties ».

De source proche de l’ONU, on indiquait que le « quartet » était d’avis que « l’initiative unilatérale de Sharon devait servir de tremplin » pour aller plus loin. « Les Américains font pression sur Sharon pour qu’il lui donne une dimension internationale »,ajoutait-on.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil