Les cibleurs, les cibles, les journalistes et les politiques.

J.O.

lundi 3 mai 2004


On a tous en mémoire, les réactions indignées qui ont suivi l’élimination ciblée des deux terroristes en chef du HAMAS ( que leurs noms soit effacés !) Nos journalistes oublient de préciser ce que veut dire « ciblé », à savoir le souci de TSAHAL d’éviter autant que possible les dommages dits collatéraux.

Il est consternant de constater aujourd’hui le peu de cas qui est fait par nos journalistes, et par nos hommes politiques si prompts à s’indigner, de l’assassinat qu’on pourrait qualifier de « ciblé »,de cette mère de famille enceinte de 8 mois et de ses quatre enfants. Là aussi on a ciblé, en tirant sur les pneus pour immobiliser la voiture et massacrer à bout pourtant la famille ATWELL ( que leur souvenir ne s’efface jamais).

Aux informations télévisées, cela a été présenté, soigneusement mélangé avec la réplique de TSAHAL sur la radio du hamas.(Par contre nous avons eu droit à prés de 5 minutes, ce midi, sur la préparation pour Athènes, de la sprinteuse irakienne.)

Il est vrai qu’il s’agissait de colons et d’une action de résistants palestiniens !

Mais que disent nos acharnés du respect des procédures judiciaires, au sujet de la dépêche suivante : Selon des sources palestiniennes, le plus important collaborateur palestinien, Jihad Hassan Salami, 39 ans et habitant à Gaza, a été éliminé dernièrement de neuf coups de pistolet par un groupe du nom de ’’Nitzei Hafatah’’. (Guysen.Israël.News)

Là encore rien ! Pourtant l’autorité palestinienne a paraît il des tribunaux ! Alors pourquoi n’avoir pas jugé ce palestinien pour haute trahison, ce qui était apparemment possible et avoir préféré une exécution « extra-judiciaire ».

Désinformez ou n’informez que peu ou pas du tout, selon les cibleurs et les cibles ! C’est la nouvelle déontologie de l’information française.


Le courrier des lecteurs

Mots-clés

Accueil