Les attentats de Damas : coup monté du pouvoir ou nouvelle offensive terroriste ?

European Strategic Intelligence And Security Center (ESISC)

jeudi 29 avril 2004

L’attaque terroriste qui s’est produite à Damas ce mardi soir est peut-être moins surprenante qu’il n’y paraît au premier abord : certes, a priori, on comprend mal pourquoi la mouvance du Djihad chercherait à frapper un pays qui lui offre de réelles facilités dans sa lutte contre la coalition interna-tionale en Irak ; mais, par ailleurs, la nature même du régime alaouite syrien et la férocité de la répression des mouvements intégristes dans ce pays peuvent malgré tout en faire une cible naturelle pour les Djihadistes sunnites.


Depuis plus de trente ans, le régime en place à Damas a mené, face au terrorisme, un double jeu qui ne pouvait que mal se terminer. En apparence, sur la scène internationale, les Syriens condamnaient le terrorisme, mais dans les faits, Hafez al Assad avait financé, protégé « et utilisé » toutes les factions terroristes palestiniennes, surtout les plus extrémistes : parfois en même temps et dans le même but, parfois les unes contre les autres, souvent contre ses voisins arabes, comme la Jordanie, toujours contre Israël. Ainsi, du FPLP de Georges Habache au groupe Abou Nidal, en passant par le FDLP, ou la faction mercenaire dirigée par « Carlos », la plupart des groupes terroristes de la région ˆet quelques autresˆ ont été, à un moment ou à un autre, les instruments de la politique de Damas dont le seul but a été, pour des décennies, d’une part de maintenir dans la région un état d’instabilité et, d’autre part, d’obtenir et de conserver le contrôle du Liban. Deux des conditions qui permettaient au pouvoir damascène de faire de la Syrie une puissance et d’assurer la pérennité du pouvoir minoritaire des clans alaouites.

Cette politique n’a jamais varié et, aujourd’hui, Bachar al-Assad continue à entretenir les meilleures relations du monde avec le Hezbollah libanais et à abriter, à Damas, d’importantes infrastructures du Hamas et d’autres groupes terroristes.

Après le 11 septembre 2001, Damas a, toutefois, tenté de se rapprocher de Washington en faisant preuve d’une certaine activité contre les réseaux isla-mistes rattaché à Al Qaïda, mais l’intervention de la coalition internationale en Irak a changé la donne:la Syrie y a vu l’occasion de revenir à la politique de désordre régional qui a toujours été la sienne. Elle a, ainsi, favorisé la formation de « volontaires arabes » au Liban « en étroite collaboration avec le Hezbollah », une opération qui a mobilisé plusieurs centaines d’officiers de renseignement et des forces spéciales syriennes, puis les a laissés transiter par son territoire avant de les infiltrer en Irak pour y mener des opérations de terrorisme contre les forces alliées.

Cette attitude n’est évidemment pas passée inaperçue à Washington où, concernant la Syrie, une certaine nervosité est perceptible depuis maintenant plusieurs mois. Ce contexte pourrait expliquer une éventuelle « mise en scène » des services de sécurité syriens qui auraient laissé se produire, suscité ˆ ou monté de toutes pièces ˆ un incident mineur pour pouvoir riposter et démontrer ainsi qu’il est lui aussi victime du terrorisme.

L’hypothèse d’une véritable action terroriste, attribuable à la « mouvance du Djihad », rattachée à Al Qaïda, est toutefois, extrêmement plausible :

On peut penser, enfin, que le double jeu mené par le pouvoir, surtout ces derniers mois, a permis à des réseaux logistiques islamistes de s’implanter et de se développer à Damas, sous couvert de participer à « l’effort de guerre » en Irak.

Quelque soit la réalité concernant l’attentat de ce mardi, la Syrie a beau jeu, aujourd’hui, de se poser en « victime » du « chaos régional » : ce chaos, elle a elle-même participé à l’entretenir depuis 30 ans en étant un « Etat sponsor » du terrorisme. Il ne faudrait pas, aujourd’hui, permettre à Bachir al-Assad d’encaisser les dividendes de cet investissement en s’attribuant le beau rôle.

S’il est important de condamner et de combattre le terrorisme partout, y compris, évidemment, en Syrie, il est tout aussi important de pousser les Etats arabo-musulmans à plus de démocratie et de transparence, car leur gestion des affaires publiques est l’un des éléments qui fertilisent le terreau dont se nourrit l’islamisme militant et armé.

C’est particulièrement vrai de la Syrie qu’il est nécessaire d’amener à rompre avec le terrorisme, sous toutes ses formes et à s’engager, enfin, dans la voie des réformes politiques et économiques qu’attend depuis trop longtemps le peuple syrien.

© ESISC 2004


La revue des infos

Mots-clés

Accueil