Les images de la haine / Jacky Hougui et Mérav David – Maariv

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

vendredi 16 octobre 2009, par Desinfos

La crise avec la Turquie ne se dissipe pas. Après l’annulation de l’exercice aérien conjoint et l’annonce de manœuvres militaires avec la Syrie, une nouvelle série télévisée intitulée « Séparation » et diffusée sur la chaîne publique turque TRT1 présente les soldats de Tsahal comme des soldats brutaux tirant sur des enfants palestiniens.


La chaîne turque a commencé à diffuser avant-hier un feuilleton dramatique dont l’action se déroule au moment de l’opération Plomb Durci. On y voit des soldats de Tsahal exécuter délibérément des civils palestiniens dont des enfants.

Dans l’une des scènes, un Palestinien essaie de franchir un barrage de Tsahal. « Ma femme va accoucher ! », crie-t-il à un soldat. Celui-ci ne répond pas, et la pauvre femme est obligée d’accoucher sur place. A ce moment-là, l’homme soulève le nouveau-né en criant : « il s’appelle Mazloum et je le vengerai ! ». Le soldat hésite plusieurs secondes avant de tirer sur le bébé et de le tuer.

Suite à la diffusion de cette série, le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, a réclamé hier la convocation de la chargée d’affaires de l’ambassade de Turquie pour protester contre son contenu. M. Liberman a déclaré qu’une telle émission, « qui présente les soldats de Tsahal comme des assassins d’enfants, ne mérite pas d’être diffusée même dans un pays ennemis, et sûrement pas dans un pays qui entretient avec Israël des relations diplomatiques pleines ».

Dans une scène de la série, on voit un officier israélien dire à l’un de ses subordonnés : « Les Palestiniens sont des gens sans honneur. Si tu en croises, où que ce soit, punis-les ». Dans une autre, un comédien qui incarne un soldat de Tsahal tire sur des civils innocents dont une jeune fille debout, le dos à un mur.

Après quatre jours de déclarations contradictoires en provenance de Turquie, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a fini par avouer hier que c’est la situation à Gaza qui a poussé son gouvernement à annuler la participation de l’armée de l’air israélienne à l’exercice conjoint avec son pays. « Lorsque nous avons pris cette décision, nous avons pris en compte la volonté du peuple turc », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le journal turc al-Zaman soutient que l’origine de la crise israélo-turque est le retard pris dans la livraison de drones israéliens d’espionnage à l’armée turque. Un responsable militaire israélien a démenti tout rapport entre la vente de drones à la Turquie et l’exercice qui vient d’être annulé. « Le ministère israélien de la Défense accompagne un marché de vente de quatre drones à l’armée turque. Deux ont déjà été livrés tandis que les deux autres sont en phase de construction », a t-il indiqué.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil