Chantage sur Israël : des concessions aux Palestiniens, en échange d’un soutien à des frappes sur l’Iran

Dr Aaron LERNER -IMRA | Traduction : Marc Brzustowski

dimanche 19 juillet 2009, par Desinfos

Selon des diplomates occidentaux : on exerce un chantage sur Israël consistant à faire des concessions aux Palestiniens, en échange d’un soutien à des frappes sur l’Iran


Voir en ligne : Lire la version en anglais

D’accord. Acceptons la logique selon laquelle, alors que le Monde –et, en particulier, la majorité du monde arabe- partage intimement les préoccupations d’Israël à propos du nucléaire iranien – l’Occident juge approprié d’utiliser cette opportunité pour faire chanter l’Etat Juif en le poussant à faire des concessions aux Arabes.

Mais voici le problème tel qu’il se pose : disons que ce n’est pas près d’être la dernière fois qu’Israël sera confronté à une menace existentielle. En admettant qu’il cède cette fois aux maîtres-chanteurs occidentaux, de quoi s’agira t-il la prochaine fois ? Donner aux Arabes l’autonomie de la Galilée ? Annuler le droit systématique à la citoyenneté pour tout Juif de la Diaspora qui souhaite monter en Israël ?

Ces manœuvres surviennent à un moment où les diplomates occidentaux offrent leur soutien pour un raid israélien sur l’Iran en échange de concessions israéliennes sur l’instauration d’un Etat palestinien.

En cas d’accord, cela rendrait réaliste un raid israélien sur l’Iran “dans l’année”, a expliqué un responsable britannique.

Les diplomates occidentaux arguent qu’Israël a offert des concessions sur la politique des implantations, les revendications palestiniennes et les problèmes avec les états arabes voisins, pour faciliter un raid éventuel sur l’Iran.

La marine israélienne se prépare dans le Canal de Suez pour une attaque éventuelle en Iran.

Sheera Frenkel à Jérusalem. The Times (GB) 16 Juillet 2009

http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/middle_east/article6715412.ece

Deux bateaux de guerre lance-missiles israéliens ont navigué à travers le Canal de Suez dix jours après un sous-marin, capable de lancer une frappe de missiles nucléaires, en préparation d’une éventuelle attaque sur les installations nucléaires iraniennes.

Le déploiement sur la Mer Rouge, confirmé par les responsables israéliens, a constitué un clair signal qu’Israël était capable de lancer sa force de frappe en direction de l’Iran à brève échéance. Ceci est survenu avant des manœuvres de longue portée par l’air Force israélienne aux Etats-Unis, plus tard, ce mois-ci et l’essai d’un bouclier de défense anti-missiles sur une base américaine de missiles du Pacifique.

Israël a renforcé ses liens avec les nations arabes qui craignent également un Iran doté d’armes nucléaires. Notamment, les relations avec l’Egypte se sont considérablement renforcées cette année autour de la « défiance mutuellement partagée à l’encontre de l’Iran », selon un diplomate israélien. Les vaisseaux israéliens passeraient probablement par le Canal de Suez pour frapper l’Iran.

Un responsable de la défense israélienne commente : “Cette préparation devrait être prise au sérieux. Israël investit du temps en se préparant à toute la complexité d’une attaque sur l’Iran. Ces manœuvres sont un message en direction de l’Iran qu’Israël ira jusqu’au bout de ses menaces »

On suppose que les sous-marins israéliens équipés de missiles et sa flotte aérienne avancée pourrait être utilisés pour frapper de toute leur puissance de feu une dizaine de cibles liées aux installations nucléaires iraniennes à plus de 1300 kms d’Israël.

Ahmed Aboul Gheit, le Ministre des Affaires étrangères égyptien a affirmé que son Gouvernement permettrait explicitement le passage des vaisseaux israéliens, et un amiral israélien a témoigné du fait que les exercices « étaient régulièrement menés avec la pleine coopération des Egyptiens ».

Deux bateaux israéliens de type Saar lance-missiles et un sous-marin de type Dolphin ont traversé le Canal de Suez. Israël dispose de 6 sous-marins de type Dolphin, dont on croit savoir avec une quasi-certitude que trois sont en capacité de transporter des missiles nucléaires.

Israël testera également très bientôt un intercepteur de missiles Arrow sur une base américaine du Pacifique. Le système est conçu pour défendre Israël de toute attaque de missiles balistiques de la part de l’Iran et de la Syrie. Le Lieutenant-Général Patrick O’Reilly, le Directeur de l’Agence de Missiles de défense du Pentagone, a déclaré qu’Israël testerait une cible à une distance éloignée de plus de 1000 kms (NDLR : ce qui reviendrait à détruire un missile iranien très peu de temps après son décollage depuis son site de lancement) , par rapport aux précédents sites d’essai du Arrow dans l’Est Méditerranéen.

De plus, l’Air Force israélienne enverra des jets F16C de combat pour participer aux exercices sur la base aérienne de Nellis dans le Nevada, ce mois-ci. L’avion de transport C 130 Hercules participera aux compétitions du Rodéo 2009 sur la base militaire aérienne de Mc Chord près de Washington.

“Ce n’est pas un hasard si Israël s’exerce au vu et au su du public, au cours de manœuvres de longue portée. Il ne s’agit pas d’une opération secrète. C’est quelque chose qui a été publié et qui fera la démonstration publique des capacités israéliennes. » explique un responsable israélien de la défense.

Il ajoute que, par le passé, Israël a mené un certain nombre d’exercices de longue portée sous couverture. Il y a un an, les avions israéliens ont survolé la Grèce lors d’un tel exercice, alors qu’en mai, les reportages faisaient état qu’une escadrille de l’air force israélienne réalisait un stage d’exercices au-dessus de Gibraltar. On a également perçu, plus tôt cette année, l’attaque israélienne sur un convoi d’armes au Soudan, prévu pour ravitailler les terroristes de Gaza, comme une répétition visant des convois en mouvement.

Ces manœuvres surviennent à un moment où les diplomates occidentaux sont prêts à offrir leur soutien pour un raid israélien sur l’Iran en l’échange de concessions israéliennes en vue de l’instauration d’un Etat palestinien.

En cas d’accord, cela rendrait réaliste une frappe israélienne “dans l’année”, selon un responsable britannique.

Les diplomates prétendent qu’Israël a offert des concessions sur la politique des implantations, les revendications territoriales palestiniennes et les problèmes impliquant les Etats arabes voisins, pour faciliter un éventuel raid sur l’Iran.

Un diplomate européen important ajoute : “Israël a choisi de placer la menace iranienne au-dessus du problème de ses implantations »


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil