Antisémitisme

Sammy Ghozlan, Président du Bureau National de Vigilance contre l’antisémitisme.

dimanche 4 avril 2004

Après avoir réactivé le service de protection de la communauté juive aussitôt qu’ont commencé les agressions en septembre 200, et m’étant rendu compte que des institutions centrales juives ne suivaient pas mes recommandations, et ne comprenaient pas le phénomène, pensant que les faits étaient l’œuvre de l’extrême droite, j’ai créé ce service qui a acquis ses titres de reconnaissance officielles, et médiatiques nationales et internationales.


La méthode que nous avons adoptée a permis d’identifier les auteurs (français « de souche » et « français musulmans ») de suivre les dossiers au plan policier, administratif, (police, justice, inspection académique), judiciaire et psychologique. Et même au plan politique, puisque dès le début nous avons mis en cause les responsables communistes, élus, maires conseillers généraux , sénateurs qui ont fait de la cause palestinienne leur combat politique quotidien. C’est d’abord dans les villes à direction communiste que se sont produits les actes les plus nombreux et les plus graves. Du fait que ces mairies communistes se trouvent surtout dans les banlieues, « on » a prétendu à tort que les faits étaient un phénomène de banlieue.

Par ailleurs il n’y a pas que des jeunes, et je m’insurge contre l’idée que ce sont des jeunes seulement qui commettent ces agressions. C’est faux et cela pourrait laisser penser que cet antisémitisme est PUERIL et MINEUR puisque commis par des "jeunes, mineurs, donc irresponsables.

Les discours antijuifs répercutés par les médias et chaînes du bouquet arabe satellisé, les prêches antijuifs dans les mosquées, les interventions antiisraéliennes de personnages dans des émissions de grande écoute à la radio et à la télé, ont leur influence, comme récemment le phénomène introduit par l’humoriste Dieudonne qui depuis ses interventions racistes et publiques a déclenché l’antisémitisme provoqué désormais par des musulmans d’origine africaine (maliens, comoriens etc).

Les institutions gagneraient à se documenter, et se munir de pièces probantes comme celles que nous détenons, avant de philosopher seulement sur cet antisémitisme, qui va aller en s’aggravant à la suite de la propagande faite autour du film de Mel Gibson et par sa projection .


Le courrier des lecteurs

Mots-clés

Accueil