Le problčme juif permanent du Vatican

Alan Dershowitz - Jerusalem Post | Adaptation française de Sentinelle 5769

samedi 9 mai 2009, par Desinfos

Alors que le Pape Benoît accomplit sa visite historique en Israël, plusieurs cardinaux, évęques et prętres continuent de perpétuer la longue histoire de l’antisémitisme de l’Eglise. Des photographies ont récemment fait surface avec le Pčre Angelo Idi portant une swastika. Il appartient au męme groupe de fascistes comprenant l’évęque Richard Williamson – qui persiste ŕ nier l’holocauste.


Mais le problème juif de l’Eglise n’est pas limité à des prêtres marginaux ou à des évêques excommuniés. Au moins deux des cardinaux les plus influents de l’Eglise, dont l’un était candidat au pontificat et demeure un favori pour le remplacer, sont ouvertement antisémites et fiers de l’être.

Le cardinal Oscar Andres Rodriguez Meridiaga, archevAque de Tegucigalpa, au Honduras, a dĂ©clarĂ© Ă  tous ceux qui voulaient l’entendre, qu’on doit reprocher « aux Juifs » le scandale entourant l’inconduite sexuelle de prĂŞtres Ă  l’encontre de jeunes paroissiens !

Les Juifs ? Comment le cardinal Rodriguez en est-il venu Ă  cette idĂ©e ridicule ? Voici sa « logique ». Il commence par affirmer que le Vatican est anti-IsraĂ«l et pro palestinien. Il s’ensuit donc, que les « Juifs » devaient ĂŞtre Ă©quitables pour l’Eglise catholique, tout en dĂ©tournant l’attention dans le mĂŞme temps des injustices israĂ©liennes contre les Palestiniens.

Les Juifs parvinrent Ă  le faire en s’arrangeant pour que les media, que bien sĂ»r ils contrĂ´lent, prĂŞtent une attention disproportionnĂ©e aux scandales sexuels du Vatican. Ecoutez les propres dĂ©clarations de Rodriguez :

“Cela me fait certainement penser qu’au moment oĂą toute l’attention des mass media Ă©tait concentrĂ©e sur le Moyen-Orient, les nombreuses injustices commises contre le peuple palestinien, la presse et la T lĂ© aux USA sont devenues obsĂ©dĂ©es avec les scandales sexuels survenus 30 Ă  40 ans auparavant. Pourquoi ? Je pense que c’est aussi pour ces raisons Quelle est l’Eglise qui a reçu Arafat le plus souvent, et a le plus souvent confirmĂ© la nĂ©cessitĂ© de crĂ©er un Etat palestinien ? Quelle est l’Eglise qui n’accepte pas que JĂ©rusalem soit la capitale indivisible de l’Etat d’IsraĂ«l, mais qu’elle devrait ĂŞtre la capitale des trois grandes religions monothĂ©istes ? »

Rodriguez poursuit en comparant les media contrĂ´lĂ©s par les Juifs avec « Hitler », parce qu’ils sont « les protagonistes de ce que je n’hĂ©site pas Ă  dĂ©finir comme une persĂ©cution contre l’Eglise »

Quand on lui a demandĂ© s’il souhaitait reformuler son attaque, Rodriguez rĂ©pondit... Je ne me repens pas. Parfois il est nĂ©cessaire de secouer les choses ».

Le principal coupable des media est, selon Rodriguez, The Boston Globe, qui a gagné de nombreuses récompenses journalistiques pour sa révélation et la couverture du scandale sexuel. The Globe est détenu par le New York Times, contrôlé par la famille Sulzberger. Donc de la conspiration juive.
Le problème avec cette théorie farfelue est que la communauté juive de Boston était très proche, et en admiration du cardinal Bernard Law, qui présidait l’archidiocèse pendant le scandale. Law avait construit des ponts entre les communautés catholiques et juives de Boston, et quand le scandale fut révélé par le très non juif Boston Globe, la communauté juive demeura largement partisan de Law.

Aucun des critiques des principaux media, avocats ou politiciens qui s’insurgeaient contre l’Eglise n’était juif. La majoritĂ© Ă©tait catholique. Mais cela n’avait pas d’importance pour le cardinal bigot, qui croit avec d’autres antisĂ©mites, que si il y a un problème, il faut le reprocher aux « Juifs ».

Comme James Carroll, lui-mĂŞme catholique, a dĂ©crit « l’état d’esprit cinglĂ© » de Rodriguez : « Quand l’Eglise a un problème – voilĂ  la première position entre toutes – reprochez-le aux Juifs ». Mais Rodriguez n’est pas le seul cardinal contemporain affligĂ© d’une telle intolĂ©rance.

Le cardinal Joseph Glemp, primat de Pologne, a reproché aux Juifs le communisme polonais, l’alcoolisme, et la collaboration avec Hitler. Il a aussi accusé les Juifs d’essayer de tuer des nonnes. D’autres prêtres de haut rang, particulièrement en Amérique centrale et en Pologne, ont dressé de telles accusations antisémites contre les Juifs et Israël.

Ces pamphlets diffamatoires dĂ©montrent que le Vatican a encore un problème avec l’antisĂ©mitisme au plus haut niveau de sa hiĂ©rarchie, mĂŞme après que Vatican II ait dĂ©clarĂ© que l’antisĂ©mitisme est un « pĂŞchĂ© ». Comment des pĂŞcheurs en sĂ©rie tels les cardinaux Rodriguez=2 0et Glemp conservent leur statut de princes de l’Eglise tout en continuant de prĂŞcher des pamphlets diffamatoires contre les Juifs ?

L’antisĂ©mitisme au sein du clergĂ© catholique transcende les lignes idĂ©ologiques. L’EvĂŞque Williamson et le Père Idi sont des fascistes de la Droite dure. Le cardinal Rodriguez est un thĂ©ologien de la « libĂ©ration » de Gauche. Le cardinal Glemp est simplement un antisĂ©mite polonais Ă  l’ancienne, qui marche dans les pas de ses prĂ©dĂ©cesseurs qui furent aussi Primats de l’Eglise catholique polonaise (Ă  l’opposĂ© de Jean Paul II, qui Ă©tait aussi polonais mais philosĂ©mite).

Le Pape Benoît est un homme bon, qui a généralement poursuivi le bon travail de ses deux prédécesseurs envers les Juifs. Mais le problème de l’antisémitisme empire dans l’Eglise, comme cela se produit dans de nombreuses parties du monde, en particulier en Amérique Centrale et du Sud.

L’influence et le succès croissants du cardinal Rodriguez, et l’échec du Pape dans la condamnation de leur antisémitisme déclaré, contribuent à la légitimation de ce pêché c hez certains fidèles. Le temps est venu, de fait il a même trop tardé, pour que le Pape Benoît s’exprime et prenne des mesures fermes contre les intolérants vêtus de pourpre cardinalice qui souillent son pontificat et portent atteinte à l’autorité morale de l’Eglise.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil