De l’assassinat ciblé du droit d’une nation à la légitime défense 2ème partie

Par Stéphane Juffa © Metula News Agency

dimanche 28 mars 2004

Une alternative sanglante déjà éprouvée


S’agissant d’une exigence spécifique faite à Israël et impraticable en temps de conflit, il faut considérer ceux qui l’émettent comme des racistes, que le massacre de nos civils n’empêche pas de dormir.

L’alternative, ce serait de conduire cette campagne conventionnellement ? Comme eux ont conduit leurs guerres ? Au lieu de ne viser que les chefs terroristes, nous devrions ainsi cibler tous les terroristes. Au lieu de faire prendre des risques à nos militaires, qui n’ont le droit d’ouvrir le feu que lorsqu’ils ont identifié positivement le chef terroriste qu’ils recherchent, que lorsqu’ils se sont assurés que leur action ne causera que les dégâts collatéraux les plus minimes, la méthode conventionnelle voudrait qu’ils tirent dans le tas… Gaza-Sétif ? Un bon gras bombardement à l’artillerie, façon Légion, contre tous ceux que beaucoup de Français appellent encore du sobriquet délicat de « Bouniouls ». On pourrait faire un carton, par exemple, contre tous ceux qui levaient le doigt lors des obsèques d’Ahmed Yacin, pour indiquer qu’ils sont, eux aussi, volontaires pour se faire éclater la panse au milieu de nos femmes et de nos enfants. Le beau charnier en perspective, n’est-ce pas ? On pourrait en laisser 10’000 sur le pavé brûlant de Gaza, à la fin d’une seule journée de sétifage. Serait-ce alors une manière intra judiciaire de défendre notre population contre le terrorisme, monsieur de Villepin ?

…qui est exclue par la tradition d’Israël


La revue des infos

Mots-clés

Accueil