Echec des négociations Shalit

israel-infos.net

mardi 17 mars 2009, par Desinfos

Un communiqué du bureau du Premier ministre israélien a été publié dans la nuit, accusant le Hamas d’avoir durci ses positions «malgré les propositions prodigues d’Israël», et affirmant que l’échange de prisonniers ne pouvait pas se faire dans ces conditions.


Voir en ligne : Lire l’ensemble de la revue de presse de israelinfos.net

Dès le retour des négociateurs israéliens du Caire, Youval Diskin et Ofer Dékel, une réunion s’est tenue à Tel-Aviv avec les principaux conseillers sécuritaires du chef du gouvernement, à l’issue de laquelle Ehud Olmert a convoqué le conseil des ministres, pour mardi à 14h00, pour faire le point sur la situation, alors que celui-ci devait normalement être consacré au vote gouvernemental sur l’accord supposé être signé.

Toujours selon le communiquĂ© officiel « le Hamas est revenu sur des points convenus pendant l’annĂ©e passĂ©e de nĂ©gociations, et formulĂ© de nouvelles exigences extrĂ©mistes ».

Les parents de l’otage israélien ont été prévenus par le général Meir Califi, le secrétaire militaire d’Ehud Olmert, qu’il n’y avait pas d’accord, pour le moment, permettant la libération de leur fils, détenu par les islamistes depuis 996 jours.

Politique

Netanyahou veut un gouvernement dĂ­union nationale

Benjamin Netanyahou a rencontré lundi le président de lÂ’Etat, Shimon Peres, à qui il a demandé son assistance pour tenter de convaincre Kadima et les Travaillistes de se joindre la coalition gouvernementale en cours de formation, alors que les discussions de la semaine passée entre le futur Premier ministre et Tzipi Livni nÂ’ont pas permis dÂ’aboutir à un accord entre les deux leaders politiques.

Plus tôt dans la journée, lÂ’actuelle chef de la diplomatie israélienne avait affirmé quÂ’il nÂ’y avait pas de nouveau dans la position de son parti. Les points de désaccord essentiels portent sur une rotation demandée par Kadima à la tête du gouvernement et un engagement clair concernant le processus de paix avec les Palestiniens.

Par contre, lÂ’accord de coalition avec le parti séfarade orthodoxe Shas, devrait être signé ce mardi entre le Likoud et Elie Yishaï.


Guilad Shalit

Le chef de la branche armée du Hamas est aussi au Caire

Selon le quotidien londonien en langue arabe , Al Hayat, le chef de la branche armée du Hamas, Ahmed Jabari, est arrivé ce lundi matin au Caire pour diriger, lui-même, ce quÂ’on espère en Israël être le dernier round des négociations pour la libération de Guilad Shalit.

Jabari, qui est le responsable direct de la détention de lÂ’otage israélien dans un lieu secret, de sa sécurité, ainsi que de la liste des noms des détenus dont le Hamas exige la libération, est assisté, toujours selon Al-Hayat, des hauts responsables Mahmoud a-Zahar et Nizar Awdallah.

Les discussions indirectes se déroulent dans un grand hôtel du Caire alors que les Israéliens Youval Diskin et Ofer Dékel, se trouvent dans une chambre, et les islamistes dans une autre, et que les médiateurs égyptiens font la navette entre les deux.


Diplomatie

Discussions israélo-américaines sur le nucléaire Iranien

Pour la deuxième fois en quelques mois, le chef dÂ’Etat-major de Tsahal, Gaby Ashkenazy, se trouve à Washington, où il doit se réunir avec de hauts responsables sécuritaires américains, principalement au sujet de la menace iranienne.

Ashkenazy y rencontrera notamment le Conseiller à la sécurité nationale, le général James Jones, le chef des renseignements nationaux, lÂ’amiral Denis Blair, et le responsable du dossier iranien, Dennis Ross.

Rappelons que lÂ’administration Obama a annoncé être désireuse dÂ’entamer des discussions avec le régime des Ayatollahs, après les élections présidentielles qui auront lieu en Iran au mois de juin prochain. Israël demande de son coté que ces discussions soient limitées dans le temps, et dÂ’envisager dÂ’ores et déjà, lÂ’éventail de toutes les solutions possibles à mettre en Âśuvre pour empêcher Téhéran de se doter de lÂ’arme nucléaire.


Monde arabo-musulman

Le Hamas prêt à briser la trêve

Le directeur du bureau politique et de sécurité du ministère de la Défense, Amos Guilad, qui intervenait lundi soir au cours dÂ’un congrès à Hertzeliya, a déclaré que les organisations terroristes contre lesquelles luttait Israël au Liban et à Gaza continueraient dÂ’agir pour «sa destruction», et quÂ’il était interdit à quiconque de leur accorder la moindre légitimation.

«Ils sont suffisamment honnêtes pour dire ce quÂ’ils pensent : Israël nÂ’a pas le droit à lÂ’existence» a assuré Guilad à propos du Hamas et du Hezbollah, ajoutant : «Il y a là des entités détentrices de positions ultra extrémistes, mais qui ont une souplesse de calendrier. Il nÂ’y a pas chez eux de notions de défaite ou de capitulation. SÂ’ils prennent des coups, comme lors de lÂ’opération Plomb durci, ils sont capables dÂ’accepter un accord temporaire (Â…) quÂ’ils peuvent cependant décider de rompre dès quÂ’ils se sentent assez forts» .


Social

Netanyahou également au Trésor ?

Le futur Premier ministre qui tient actuellement des consultations avec les principaux acteurs économiques et sociaux du marché israélien, a rencontré dimanche des grands patrons, dont Lev Levaïev, Itshak Teshouva, Galia Maor et Elie Horovitz, avant de poursuivre ce lundi par une rencontre avec les dirigeants des principaux organismes sociaux.

Le chef du Likoud, à qui lÂ’on prête lÂ’intention de sÂ’attribuer le ministère des Finances, a notamment déclaré au cours de cette rencontre qui a duré près de trois heures : « Nous sommes au seuil dÂ’une crise économique dure, qui influe déjà sur la situation sociale des Israéliens (Â…) Il ne peut y avoir de société sans économie ni dÂ’économie sans société. Nous devons renforcer les deux ».

Notons quÂ’une récente étude a dévoilé que 4.000 organisations caritatives israéliennes étaient au bord de la fermeture, suite à la crise économique mondiale.


Sport

Pas dÂ’escrime le Shabbat

La Haute cour de justice a refusé de lever lÂ’interdiction déjà faite à lÂ’Organisation sportive israélienne dÂ’escrime, dÂ’organiser les épreuves de championnat le samedi 25 avril, de façon à permettre aux sportifs religieux dÂ’y participer, et notamment le jeune champion de la jeunesse, des moins de 13 ans, Youval Freilich.


Etranger

Menace européenne de boycotter Duban II

Les ministres des Affaires étrangères européens, se sont réunis à Genève pour débattre de la question de leur participation à la Conférence mondiale contre le racisme, qui doit se dérouler le mois prochain dans la capitale helvétique.

Selon un communiqué officiel émis lundi soir à lÂ’issue de cette réunion, lÂ’Europe a menacé les organisateurs de boycotter cette conférence internationale - de crainte quÂ’elle ne serve de podium à lÂ’antisémitisme - si des changements nÂ’étaient pas apportés aux textes des résolutions, dans les prochains jours.


Nouvelles brèves

Israël, le 16/03/09

DIPLOMATIE : Le haut diplomate européen Javier Solana a déclaré que lÂ’Europe considérerait Israël sous un tout autre angle si lÂ’Etat hébreu ne sÂ’engageait pas en faveur de la solution des «deux Etats pour deux peuples».

MONDE ARABO-MUSULMAN : Le Liban a ouvert, pour la première fois de son histoire, une ambassade à Damas, capitale syrienne.

CRIMINALITE : Un acte dÂ’accusation a été déposé au tribunal de Tel-Aviv, contre six jeunes gens soupçonnés avoir lancé des grenades incendiaires contre le concessionnaire Subaru de la métropole, apparemment pour des dettes dÂ’argent de ses directeurs.

ECONOMIE : Les directeurs de la Banque dÂ’Israël ont décidé de réduire leur salaire de 5%, pendant une année, à compter du mois de mars.

CRIMINALITE : Slogans en russe, tags et graffitis ont été peints sur des dizaines de voitures dans la localité de Shlomi. La police a ouvert une enquête.

SOCIETE : Pour la 4e année consécutive, la marche intitulée «Rencontre sur le chemin dÂ’Israël» débute à partir de ce lundi. Cette manifestation qui réunit religieux et laïcs démarre au sud de Jérusalem pour se terminer dans le nord, environ un mois plus tard.

TERRORISME : Aucune piste ne sÂ’offre pour lÂ’instant aux enquêteurs, dans lÂ’attentat terroriste perpétré dimanche soir dans la vallée du Jourdain, au cours duquel deux policiers israéliens ont été assassinés.

SECURITE : Onze Palestiniens recherchés par les forces de sécurité ont été arrêtés par Tsahal au cours de la nuit passée en Judée-Samarie.


Nouvelles brèves, International

Monde, le 16/03/09

AUSTRALIE : La police australienne craint quÂ’une fillette de 12 ans, disparue samedi à proximité de la ville de Darwin, nÂ’ait été attaquée par un requin. Un cas semblable sÂ’était déjà produit dans la même région il y a plusieurs semaines.

IRAN : LÂ’ex-président iranien, Mohammad Khatami, a annoncé quÂ’il retirait sa candidature pour les prochaines élections présidentielles.

AUTRICHE : Le procès de Josef Fritzl accusé dÂ’homicide, esclavagisme, viol, séquestration, et inceste, sÂ’ouvre aujourdÂ’hui devant la cour d'assises de Sankt-Pölten, à 60 km de Vienne.

ANGLETERRE : Selon un sondage effectué pour la BBC, 72% des personnes interrogées réclament la nomination dÂ’une commission dÂ’enquête sur la guerre en Irak.

AUSTRALIE : Les autorités ont annoncé que près de la moitié des plages polluées par la fuite des 230.000 tonnes de fuel, de citernes transportées par un bateau, ont déjà été nettoyées.

ESPACE : La navette Discovery a été envoyée avec succès dans lÂ’espace à partir du Centre Kennedy de Cap Carnaval, en Floride, vers la station spatiale internationale.

COREE : La Corée du Nord a rouvert sa frontière avec la Corée du sud, fermée ces derniers jours suite à la tension entre les deux pays, pour laisser le passage aux travailleurs du nord, qui sont près de 40.0000 à travailler dans une centaine dÂ’usines sud-coréennes.

AFGHANISTAN : Deux soldats britanniques ont été tués par lÂ’explosion dÂ’une charge actionnée contre la patrouille dans laquelle ils se trouvaient, au sud de lÂ’Afghanistan.

SALVADOR : Mauricio Funès, le chef du Front de libération nationale, a annoncé sa victoire aux élections présidentielles, une première accession au pouvoir de la gauche depuis la fin de la guerre civile ayant déchiré le Salvador de 1979 à 1992.


Médias et Internet

Face à la puissance de lÂ’idéologie

© Shmuel Trigano - CONTROVERSES
Quand nous avions programmé la mise en chantier de cette livraison de Controverses, nous ne pensions pas que le thème de notre dossier serait rejoint, voire submergé, par une actualité volcanique, découlant de lÂ’impact de la guerre de Gaza sur la société française.

Nous lÂ’avions choisi, en effet, pour poursuivre lÂ’examen de lÂ’idéologie dominante de notre temps dont lÂ’argument juif ou « sioniste » constitue lÂ’un des foyers de cristallisation les plus virulents.

Le projet de ce numéro est en effet de comprendre le système logique et rhétorique qui régit lÂ’usage des symboles juifs dans les discours contemporains les plus divers. Notre hypothèse de travail est que cet usage nÂ’est point irrationnel ni uniquement téléologique (cÂ’est à dire en vue dÂ’une manipulation idéologique servant une cause ou un intérêt) mais quÂ’il est structuré en fonction dÂ’une logique et dÂ’ une cohérence quÂ’il ne faut pas rechercher dans le domaine de lÂ’intelligence et de la pensée mais de la société et de la politique. CÂ’est ce que nos articles analysent, chacun à sa manière.

Un deuxième dossier est consacré à la résurgence du mythe du crime rituel dans lÂ’imaginaire contemporain. Depuis la « deuxième Intifada », nous assistons en Europe (et dans le monde arabo-musulman) à des débordements médiatiques et journalistiques qui, tous, stigmatisent une unique image dÂ’Israël, accusé de cruauté envers les enfants palestiniens. Si la rationalité du système du signe juif est dÂ’ordre sociétal, demandant à être recherchée dans les formes et les mouvements profonds de la société, ce dossier démontre que le contenu irrationnel des représentations des Juifs nÂ’est pas, lui aussi, le produit du hasard. Il sÂ’inscrit, pour qui a quelque connaissance historique, dans un héritage de lÂ’imaginaire collectif de lÂ’Europe qui prend ses sources dans le Moyen Age et dont nous constatons quÂ’il nÂ’a pas disparu de la mentalité de nos contemporains malgré plusieurs siècles de sécularisation. Les chercheurs ont démontré en effet que la conscience collective était structurée par des mythes archaïques qui se perpétuaient sur de très longues périodes dans chacune des cultures de lÂ’humanité.

Les conclusions auxquelles conduisent ces deux dossiers viennent conforter le sentiment que nous faisons face à une résurgence très inquiétante de lÂ’antisémitisme dont on nÂ’a pas assez pris la mesure. Il se produit en effet une conjonction explosive de logiques sociétales, sociales et imaginaires autour du signe juif, dont la crise économique va amplifier la virulence.

Si il y a une possibilité dÂ’analyser les structures et la logique de lÂ’économie du signe juif et de lÂ’imaginaire collectif, celà ne signifie pas pour autant que lÂ’antisémitisme aurait « des raisons dÂ’exister ». De même, il ne suffit pas de démonter la construction antisémite pour la vaincre. On perçoit à ce propos le fossé qui sépare une démarche analytique de la conscience courante. LÂ’acteur social ne peut entendre ce que le sociologue peut lui dévoiler des bases de son existence. Pour entrevoir les perspectives auxquelles ouvre ce numéro, il faut quelque peu sÂ’être distancié du milieu ambiant. De ce point de vue, lÂ’expérience de la marginalisation ou de lÂ’exclusion ouvre lÂ’accès à un point de vue spectral sur la réalité qui, en règle générale, est la chose la moins partagée du monde.

On mesure à ce propos la juste et modeste place de la pensée. Elle est en recul sur la réalité et ne peut la changer dans lÂ’immédiat. CÂ’est pourtant ce décalage qui fournit les instruments mentaux et conceptuels pour une action ultérieure. LÂ’effort de la raison ne suffit donc pas à terrasser lÂ’empire des croyances et de lÂ’idéologie. Il ne suffit pas de démontrer lÂ’inanité dÂ’un argument pour quÂ’il sÂ’effondre, quÂ’il ressortisse à lÂ’irrationnel ou quÂ’il soit le produit dÂ’une réalité sociétale. CÂ’est bien la situation à laquelle nous nous trouvons confrontés aujourdÂ’hui. Force est de remarquer que lÂ’effort considérable de démonstration et de probation, durant la « deuxième Intifada » et les premières manifestations du « nouvel antisémitisme », à travers colloques et publications, a été sans portée immédiate au regard des mêmes phénomènes qui se reproduisent aujourdÂ’hui. Il fut néanmoins capital sur le plan éthique et peut-être aussi pratique.

Si nous ne pouvons pas forcer les barrières de ce que Marx appelait « la fausse conscience », nous pouvons en effet contribuer à désacraliser et banaliser les tabous et les idées reçues. LÂ’analyse érode les évidences, elle aide à formuler lÂ’indicible et à déplacer les limites du pensable. Dans ce sens, le travail de la pensée engendre un milieu social, une clairière dans la foule chaotique, où la compréhension peut trouver une résonnance et modifier les comportements. Comprendre « ce qui se passe », cÂ’est être déjà plus libre et plus efficace.

Le décalage structurel que nous constatons, sÂ’il est inhérent à toute socialité, constitue néanmoins un indice de ce que nous sommes peut-être à la veille de graves bouleversements. CÂ’est une situation dÂ’avant crise quand le système est sur le point de se manifester en masse en submergeant les consciences et les actes des individus.

Ce constat nous rappelle la définition que le philosophe Hegel donne de la philosophie dans les Principes de la philosophie du droit : " la philosophie vient toujours trop tard. En tant que pensée du monde, elle apparaît seulement lorsque la réalité a accompli et terminé son processus de formation. Ce n'est qu'au début du crépuscule que la chouette de Minerve prend son envol.Ce que le concept enseigne, l'histoire le montre avec la même nécessité : c'est dans la maturité des êtres que l'idéal apparaît en face du réel." Nous ne nous inscrivons pas, quant à nous, dans lÂ’antinomie de lÂ’idéal et de la réalité mais du réel et de la réalité. Plutôt que de la tradition grecque, qui identifie la sagesse et la science à une chouette qui se lève à la tombée de la nuit, nous nous recommandons du bestiaire biblique, de la « Biche de lÂ’aurore » (Psaume 22,1), qui désigne à la fois lÂ’étoile du berger, la première à paraître au crépuscule et Vénus, la première à paraître à lÂ’aurore. Dans le temps biblique, en effet, chaque jour nouveau commence au crépuscule.

CONTROVERSES


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil