Le terrorisme diplomatique du colonel Kadhafi, oů la main mise de la Libye sur les instances internationales

Malka Marcovich...enjeux internationaux

samedi 14 mars 2009, par Desinfos

Comme il semble lointain le temps oů tous semblaient s’indigner du fait que la Libye fut Présidente de la Commission des droits de l’homme de l’ONU en 2003 ! En cinq ans de temps la Colonel Khadafi a su se hisser ŕ des rangs de plus en plus élevés dans la communauté internationale.


Voir en ligne : Lire le texte sur : http://malkamarcovich.canalblog.com/

Il aura suffit du feuilleton de l’Ă©tĂ© 2007 et de la libĂ©ration mĂ©diatisĂ©e des « infirmières bulgares et du mĂ©decin palestinien » pour que le PrĂ©sident Nicolas Sarkozy l’intronise comme interlocuteur lĂ©gitime et reconnu. Vive le dialogue !

Quelques semaines plus tard, la Libye Ă©tait Ă©lue PrĂ©sidente du ComitĂ© prĂ©paratoire de la confĂ©rence d’examen de Durban dite de « Durban 2 », avec l’Iran comme vice-prĂ©sidente et Cuba Rapporteur, sans que cela semble poser le moins du monde de soucis Ă  la France.

En dĂ©cembre 2007, le Colonel Ă©tait reçu en grandes pompes Ă  Paris avec ses tentes et ses femmes, « prince du dĂ©sert » oblige ! Et les rues de la capitale furent bloquĂ©es pour la plus grande humiliation des parisiens.
La visite de Khadafi avait Ă©mu la SecrĂ©taire d’Etat aux droits de l’homme Rama Yade qui dĂ©clara que la « France n’est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s’essuyer les pieds du sang de ses forfaits ».
Propos qu’elle relativisa quelques jours plus tard.

Au mĂŞme moment, la Libye Ă©tait Ă©lue au Conseil de sĂ©curitĂ© pour deux ans et prĂ©sidait en janvier 2009, la haute instance de l’ONU en charge de la sĂ©curitĂ© du monde.

En fĂ©vrier 2009, le « guide de la rĂ©volution libyenne », Ă©lu prĂ©sident de l’’Union africaine, Ă©tait intronisĂ© « roi de rois traditionnels d’Afrique ».

Et aujourd’hui il semble qu’il y ait consensus dans le groupe Africain pour que la Libye assume la PrĂ©sidence de la 64ème AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale de l’ONU Ă  partir de septembre 2009.

Comme le soulignait l’ancien dĂ©putĂ© europĂ©en FodĂ© Sylla, ancien prĂ©sident d’SOS racisme, membre du Conseil Ă©conomique et social, dans son allocution le 1er mars Ă  la rencontre organisĂ©e par Africa International et l’IFIE sur les dangers de Durban 2 :
« Il y a non assistance Ă  continent en danger. Il faut refuser le califat libyen sur l’ensemble de l’Afrique. Le racisme vis Ă  vis des populations noires et les Ă©migrants noirs en Libye est sans commune mesure, insultĂ©s, tuĂ©s, dĂ©portĂ©s dans des bus au milieu du dĂ©sert oĂą on les abandonne et on les laisse mourir de faim. »

Et de rajouter au sujet de l’annonce de retrait des USA le 28 fĂ©vrier 2009 :
« Le prĂ©sident noir de la plus grande dĂ©mocratie du monde est arrivĂ© Ă  la conclusion que cette confĂ©rence ne servirait pas la cause antiraciste et qu’il fallait s’en retirer. Nous savons d’ores et dĂ©jĂ  qu’il sera impossible comme en 2001 de parler du racisme en Afrique, de l’esclavage, des violences et discriminations contre les homosexuels, des discriminations vis Ă  vis des femmes, de la traite transsaharienne, des PygmĂ©s que l’on pourchasse avec des fusils comme les animaux, des conditions des Ă©migrĂ©s noirs dans les pays arabes etc... L’Europe et la France s’honoreraient de ne pas rentrer dans le chantage Ă  l’antiracisme et de se retirer de Durban 2 ! »


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil