Communiqué : « MOHAMED AL DURA » : Ou en est-on ?

Gérard Huber

mercredi 11 mars 2009, par Desinfos

L’urgence est donc toujours la même : mettre en place une Commission d’enquête internationale et indépendante pour établir la vérité. Le Président Sarkozy auquel j’ai adressé une Lettre Ouverte en ce sens, le 1er juillet 2008, l’a transmise au ministre des Affaires étrangères. J’attends. Les Palestiniens, Israéliens et Français doivent désormais exiger la vérité. Quant aux journalistes, ils doivent regarder la réalité en face.


Le 30 septembre 2000, Charles Enderlin, diffusait sur France 2 ce qu’il estimait être la mort en direct d’un enfant palestinien, nommé Mohamed Al Dura, victime, selon lui, de tirs de soldats israéliens qui l’auraient pris pour « cible ». Ces images servirent d’étendard à la cruauté de la seconde Intifada et mondialisèrent l’antijudaïsme. Les faux amis d’Israël s’empressèrent de croire que Tsahal était capable d’assassiner froidement un enfant sans défense. Ses ennemis en profitèrent pour diaboliser Israël, qui n’était, selon eux, qu’un État discriminatoire et assassin. Ses vrais amis mesurent encore, huit ans et demi après, le mal qui a été fait.

Il faut dire que même Israël n’a pas été capable de se mobiliser pour faire la lumière sur ce qui s’est exactement passé. Pourtant, dès 2003, j’ai contre-expertisé de très nombreux rushes de différentes chaînes de télévision ainsi que de très nombreux articles et interviews, et j’ai montré que, les corps de l’enfant et de l’adulte ne comportant aucune trace de balle ni de sang, les démentis, désaveux, contradictions et autres incohérences des protagonistes menaient à la conclusion que ces images sont un théâtre de propagande filmé par la télévision palestinienne et diffusé sans précaution par France 2. Récemment, le 4 mars 2009, Esther Schapira est parvenue aux mêmes conclusions. Elle les expose dans le reportage Das Kind, der Tod und die Wahrheit, diffusé sur ARD.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil