4,4 milliards de dollars pour Gaza

israel-infos.net

mardi 3 mars 2009, par Desinfos

Voir en ligne : Lire l’ensemble de la revue de presse de israelinfos.net

Le ministre des Affaires étrangčres égyptien, Ahmed Abou el Gheit a annoncé lundi soir qu’avaient été récoltés 4,4 milliards de dollars pour la reconstruction ŕ Gaza, lors du sommet des pays donateurs, alors que les organisateurs tablaient initialement sur moins de 3 milliards.


Au cours de ce sommet, l’envoyé spécial américain du président Obama pour le Moyen-Orient, George Mitchell, s’est montré optimiste pour l’avenir des Palestiniens, qui, selon lui, pourra être amélioré dès que le nouveau gouvernement israélien sera en place.

La secrétaire d’Etat Hillary Clinton, s’est quant à elle entretenu avec les présidents égyptien, Hosni Moubarak, et français, Nicolas Sarkozy, avec le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, ainsi qu’avec son homologue égyptien, avant de participer à une réunion du quartet (USA, ONU, Union européenne et Russie), œuvrant à faire progresser la paix entre Israël, les pays arabes et les Palestiniens.

Politique

Le dilemme d'Ehud Barak

Selon les proches du leader travailliste, Ehud Barak se trouve confronté à une prise de décision difficile - suite à son entrevue avec le chef du Likoud, Benjamin Netanyahou, dimanche soir à Tel-Aviv - concernant lÂ’entrée ou non de son parti dans la coalition.

Alors quÂ’il avait annoncé à lÂ’issue de sa première rencontre avec le chef du futur gouvernement, que "les électeurs ont envoyé les travaillistes dans lÂ’opposition", lÂ’actuel ministre de la Défense, et militaire le plus décoré dÂ’Israël, estime que la situation sécuritaire dÂ’Israël, pourrait lui faire reconsidérer cette position.
Les deux hommes doivent se rencontrer à nouveau prochainement.


Diplomatie

Ouverture du sommet de Sharm el-Sheikh

La réunion des pays donateurs pour la reconstruction dans la bande de Gaza, sÂ’est ouverte ce lundi matin sous lÂ’égide de lÂ’Egypte, à Sharm el-Sheikh, où 45 présidents et ministres internationaux des Affaires étrangères ont été conviés, dans le but de collecter 2,8 milliards de dollars.

Le président Hosni Moubarak a déclaré être prêt à continuer son rôle de médiateur entre Israël et le Hamas, et quÂ’il «sÂ’attend à la signature, cette année» dÂ’un accord entre lÂ’Autorité palestinienne et lÂ’Etat hébreu.

La secrétaire dÂ’Etat américaine, Hillary Clinton, a pour sa part affirmé que «lÂ’administration sous la direction du président Barack Obama est engagée dans le processus de paix et la solution des deux Etats». «Nous ne supporterons pas dÂ’atermoiement ou de marche-arrière concernant des décisions qui auraient déjà pu être prises» à assuré la chef de la diplomatie américaine, qui a annoncé que les Etats-Unis contribueront à hauteur de 900 millions de dollars, à lÂ’effort de reconstruction à gaza, pour un tiers, et pour deux tiers aux besoins financiers de lÂ’Autorité palestinienne de Cisjordanie.

Le président français Nicolas Sarkozy a pour sa part appelé les Palestiniens à sÂ’unir autour de Mahmoud Abbas, et réitéré son exigence de libérer lÂ’otage franco-israélien du Hamas, Guilad Shalit.
Le président de lÂ’Autorité palestinienne a remercié tous les pays donateurs de leur contribution, mais a tenu à préciser que celle-ci ne servirait quÂ’à peu de chose si un accord définitif avec Israël nÂ’était pas conclu sous peu.


Société

112.000 enfants palestiniens perçoivent des allocations

Le ministre de lÂ’Intérieur Meïr Chetrit, a déclaré à la tribune de la Knesset, quÂ’environ 16.000 femmes palestiniennes vivant en Cisjordanie, mais étant déclarées comme citoyennes de Jérusalem, perçoivent de lÂ’Etat dÂ’Israël des allocations familiales, pour quelque 112.000 enfants.

«Ce nÂ’est pas une situation normale, mais cÂ’est celle qui prévaut» a affirmé Chetrit qui a précisé que nombre de ces femmes qui vivent à Naplouse, Ramallah ou Hébron sont mariées à des officiers de sécurité palestiniens.
Rapportant lÂ’activité de son ministère pendant la Knesset précédente, le ministre a également annoncé un renforcement et une centralisation des contrôles aux frontières, ainsi que lÂ’émission future de cartes dÂ’identité et de passeports biométriques, réputés très difficles à falsifier.


Sécurité

Masque à gaz inefficaces

Selon le dernier rapport du Contrôleur de lÂ’Etat, le juge Micha Lindenstrauss, les masques à gaz se trouvant en la possession des citoyens israéliens, ne cessent de se dégrader, et ceux-ci ne seraient susceptibles dÂ’assurer quÂ’une protection limitée en cas dÂ’attaque chimique.

Les services de la défense passive de Tsahal ont indiqué pour leur part quÂ’un renouvellement progressif - dÂ’abord dans les «zones à risque», puis dans tout le pays - était prévu, jusquÂ’en 2013, et que le budget de la première année, pour ce projet de remplacement des masques, est fixé à 175 millions de shekels.


Justice

Le meurtrier dÂ’un juif yéménite, condamné à une amende

Abd el-Aziz el-Abadi, accusé de lÂ’assassinat du professeur juif Moshé Yaïsh Nahari, le 11 décembre dernier à Raida, a été condamné par un tribunal du district dÂ’Omran a dédommager financièrement la famille de la victime, pour un montant de 5,5 millions de rials (environ 21.500Ä).


Le tribunal a estimé que le meurtrier, âgé de 39 ans, nÂ’était pas passible dÂ’emprisonnement car nÂ’étant pas «équilibré» au moment des faits, et nÂ’ayant donc pu «contrôler son comportement». La famille de la victime, a annoncé quÂ’elle allait faire appel à ce verdict.

Rappelons quÂ’el-Abadi, un ancien pilote de lÂ’armée, avait rencontré le défunt au marché de la ville et lancé à son égard : «juif, reçois ce message de lÂ’islam» avant de lui tirer dessus avec la kalachnikov en sa possession. Par ailleurs, le prévenu, assassin sa propre femme deux ans auparavant, avait également pu payer un dédommagement financier à la famille de son épouse, pour éviter la prison.


Economie

«Egorger la vache sacrée quÂ’est la Banque dÂ’Israël»

Au cours dÂ’une réunion de la Knesset concernant lÂ’avenir des industries «Vita Pri-Galil», menacées de fermeture, le député arabe israélien, Ahmed Tibi, sÂ’en est pris aux responsables de la Banque dÂ’Israel, accusés de distribuer des bonus financiers aux employés alors quÂ’une «mer de licenciements» frappe le marché israélien.

Alors que lÂ’institution financière prévoit de distribuer 6.000 shekels à tous ses employés, Ahmed Tibi a assuré quÂ’il faut «égorger la vache sacrée quÂ’est la Banque dÂ’Israël» signalant que cette somme était le double de ce que percevaient mensuellement certains travailleurs de Pri-Galil, menacés de perdre leur emploi.

Plusieurs parlementaires, à lÂ’initiative desquels cette réunion sÂ’est tenue, se sont par ailleurs adressés à la direction des banques - principales créancières de lÂ’entreprise en difficulté - pour tenter dÂ’obtenir des délais supplémentaires pour le recouvrement des créances dont le montant total se situe entre 160 et 270 millions de shekels.


Médias et Internet

Geert Wilders : "Je nÂ’ai rien à voir avec Le Pen..."

© Riposte Laïque - Lundi 2 mars 2009, par Radu Stoenescu
Geert Wilders : Je nÂ’ai rien à voir avec Le Pen, je suis ami avec Ayaan Hirsi Ali, et je ne veux pas que lÂ’islam impose sa loi.
Le 19 février dernier, Geert Wilders a fait une conférence à Rome, au Grand Hotel Palatino. Il était invité par des militants anti-fondamentalistes italiens. Fitna, a été projeté, et un débat a eu lieu avec lÂ’auditoire. A lÂ’issue de ce débat, Radu Stoenescu a pu sÂ’entretenir avec Geert Wilders, et obtenir cette interview exclusive pour Riposte Laïque.

Riposte Laïque : Dans votre film, Fitna, vous avez comparé le Coran à Mein Kampf, pourquoi ?

Geert Wilders : Je pense que lÂ’islam ne devrait pas être considéré une religion comme une autre. Bien sûr, cÂ’est une religion dans le sens où il y a un Dieu, des symboles religieux, des lieux de culte, mais cÂ’est avant tout une idéologie totalitaire. Nous pensons que lÂ’islam est incapable de sÂ’adapter ou de sÂ’intégrer dans une société non islamique. CÂ’est une idéologie suprématiste, qui veut régir non seulement la vie de ses fidèles, mais aussi la société même. On devrait la comparer au stalinisme ou au fascisme, non au christianisme ou au bouddhisme. CÂ’est pourquoi je compare le Coran à Mein Kampf, et je nÂ’ai pas été le seul. Winston Churchill lÂ’a fait dans un livre pour lequel il a reçu le prix Nobel en 1953.


LÂ’islam est une menace pour toutes nos valeurs. Croyez-moi, si lÂ’islam réussit à sÂ’imposer, il nÂ’y aura plus de place pour rien dÂ’autre que lui. Il nÂ’y aura pas de place pour les athées, pour les apostats, pour les chrétiens, car cÂ’est une idéologie totalitaire. Cependant, je fais une distinction entre lÂ’idéologie et les personnes : je vois lÂ’islam comme une menace barbare, mais je nÂ’ai rien contre les musulmans. Je ne hais personne. En effet, la majorité des musulmans de mon pays respectent la loi, et sÂ’occupent de leurs vies, mais si lÂ’importance de lÂ’islam croît, notre société changera. Selon la conception musulmane de la « takkya », les musulmans peuvent mentir sur la nature de leurs idées quand ils vivent dans un pays non musulman.

CÂ’est pourquoi mon parti propose de stopper lÂ’immigration venant des pays musulmans. Les Pays-Bas ne sont pas un pays musulman. La plus grande maladie actuelle de lÂ’Europe, cÂ’est le relativisme culturel. Non pas le multiculturalisme, mais cette fausse idée politiquement correcte et gauchiste, qui prétend que toutes les cultures sont égales, ce qui est absurde. Quand on compare la culture chrétienne avec la culture musulmane, on peut constater énormément de différences. Comme Wafa Sultan lÂ’a dit : comparer le christianisme à lÂ’islam, cÂ’est comparer la rationalité à la barbarie.

Riposte Laïque : Que pensez-vous de la nouvelle administration américaine ?

Geert Wilders : CÂ’est un peu tôt pour se prononcer. Je respecte le vote du peuple américain, mais personnellement je nÂ’aurais pas voté pour Obama, même si 90% des Néerlandais auraient voté pour lui. Donnons lui du temps pour voir quelle sera sa politique au Moyen Orient, par rapport à lÂ’Iran, et Israël notamment.

Riposte Laïque : En Europe, nous avons des lois qui interdisent les mouvements politiques totalitaires. Il existe une décision datant de 2001 de la Cour Européenne des Droits de lÂ’Homme, concernant un parti islamiste turc, qui dit explicitement que les associations qui font la promotion de la Charia sortent du cadre démocratique, et sont une menace pour les Etats. Pourquoi ne traduisez-vous pas en justice les groupements musulmans, si vous considérez que lÂ’islam est un mouvement totalitaire ?

Geert Wilders : Tout dÂ’abord parce que les groupes musulmans sont assez malins pour ne pas déclarer ouvertement quÂ’ils veulent instaurer la Charia. Je suis pour une totale liberté de parole, et je pense que personne ne devrait être inquiété pour ses propos. JÂ’aimerais quÂ’il y ait une sorte de Premier amendement à lÂ’américaine en Europe. La liberté dÂ’expression devrait être totale, avec ce bémol que lÂ’on nÂ’a pas le droit dÂ’inciter à la violence.

CÂ’est vrai que promouvoir la Charia, cÂ’est inciter à la violence, et il faut trouver les moyens légaux de combattre cela. La plus grande menace en Europe, ce sont ces groupes qui veulent instaurer des lois inspirées de la Charia. Nous avons même vu au Pays-Bas, un ministre de la justice, M. Donner, qui a déclaré au Parlement que si la majorité des Néerlandais était pour la Charia, il lÂ’accepterait. Il nÂ’est même pas musulman, et il a déclaré que si une majorité de Néerlandais décidait démocratiquement dÂ’abandonner la démocratie, il lÂ’accepterait ! CÂ’est ce genre de dhimmi, de couard qui gouvernent nos pays aujourdÂ’hui. Ils céderaient sur tout.

CÂ’est pourquoi il faut certes combattre ces mouvements qui promeuvent la Charia, mais aussi et surtout combattre cette classe politique qui ignore le problème de lÂ’islamisation de notre société, et regarde ailleurs. Il y a quelques années, lors dÂ’un sondage aux Pays-Bas, un tiers des Marocains de moins de 21 ans qui y vivent était pour lÂ’instauration de la Charia au lieu de la démocratie. Cela montre la gravité du problème, car ces jeunes pèseront sur notre avenir. Pour ne pas parler de Gordon Brown et de ce quÂ’il vient de faire : pour la première fois dans lÂ’histoire de lÂ’Europe, un parlementaire européen est arrêté et détenu alors quÂ’il est invité par un autre parlementaire. CÂ’est pourquoi la première chose à faire, est de retrouver un sens de la fierté et de lÂ’honneur, et de voter pour les partis qui veulent défendre la liberté.

Riposte Laïque : Est-ce que vous pensez que ces politiciens ne voient pas le problème parce quÂ’ils sont paresseux ou bien est-ce un aveuglement volontaire ?

Geert Wilders : Ils ignorent le problème pour plusieurs raisons : la première, cÂ’est quÂ’ils ont peur. Ils ont peur dÂ’être considérés comme politiquement incorrects, dÂ’être qualifiés dÂ’extrémistes, de xénophobes ou de racistes. Il y a énormément de personnes qui essaient de nous mettre, mes collègues et moi, dans cette case, et de nous marginaliser. Mais nous ne sommes pas des marginaux : un électeur néerlandais sur six voterait pour mon parti aujourdÂ’hui.

Ensuite, beaucoup de ces politiciens et de ces partis gauchistes dépendent du vote musulman. A Rotterdam par exemple, aux dernières élections, le Parti socialiste nÂ’a gagné que grâce au vote musulman. La troisième raison, cÂ’est quÂ’on manque de dirigeants politiques véritables en Europe. Ce que je veux dire, cÂ’est quÂ’il nÂ’y a plus de véritable volonté politique, qui, lorsquÂ’elle identifie un problème, cherche à le résoudre, même si la solution nÂ’est pas agréable ou populaire.

Cependant, le vent est en train de tourner. Pas seulement au Pays-Bas, avec mon parti, mais à travers toute lÂ’Europe, la voix de personnes qui ne sont pas des xénophobes, mais des démocrates qui veulent arrêter lÂ’islamisation et défendre leurs libertés, se fait de plus en plus entendre. Il est minuit moins cinq, mais cÂ’est un signe positif tout de même. Il y a un fossé énorme entre les politiciens et le peuple. Mais la voix du peuple exprime de plus en plus souvent son souci quant à lÂ’islamisation de la société.


Riposte Laïque : Avez-vous des problèmes judiciaires, à cause de votre film et de votre combat anti-islam ?

Geert Wilders : Oui, jÂ’ai beaucoup de soucis, et on peut voir que ce nÂ’est pas très payant de parler contre lÂ’islamisation, car on devient très vite une cible. Tout dÂ’abord, la Jordanie envisage toujours de me traduire devant ses tribunaux. CÂ’est pourquoi à chaque fois que je vais à lÂ’étranger, mon gouvernement demande au gouvernement du pays qui mÂ’accueille une déclaration écrite quÂ’il ne me remettra pas au gouvernement jordanien, si jamais celui-ci demandait mon extradition. Pourquoi ? Parce que jÂ’ai insulté Allah, ou Mahomet, et cela est puni selon la loi jordanienne.

Deuxièmement, un imam intégriste aux Pays-Bas mÂ’a traduit devant les tribunaux pour avoir utilisé son image dans Fitna, et exige des centaines de milliers dÂ’euros de dédommagement, pour lÂ’avoir soi-disant « diffamé ». Si vous connaissiez le gars, vous verriez que cÂ’est vraiment très difficile. Troisièmement, jÂ’ai ce problème maintenant avec la Grande Bretagne. Je dois faire appel, voir un juge britannique, car le gouvernement néerlandais, dans sa couardise, ne veut pas passer par les instances européennes pour contester mon expulsion de Grande Bretagne. Quatrièmement, la Cour dÂ’Appel dÂ’Amsterdam a trouvé recevable la plainte pour incitation à la haine, que la Cour de justice avait initialement rejetée. Donc, jÂ’ai encore un procès sur le dos. Mais je ne me laisse pas abattre, et mon parti devient plus fort chaque jour.

Riposte Laïque : En France, on vous catalogue comme raciste, comme un émule de Le Pen. Comment vous définiriez-vous ?

Geert Wilders : Je ne suis pas un extrémiste, et je nÂ’ai rien à voir avec Le Pen. Je me bat juste pour la défense de ma culture, pour que les Pays-Bas ne deviennent pas un petit Maroc ou une petite Turquie, pour la séparation de lÂ’Eglise et de lÂ’Etat, pour que la Charia nÂ’y soit pas introduite, pour lÂ’égalité des hommes et des femmes, des homosexuels et des hétérosexuels. Je ne fais pas de distinctions basées sur la couleur de la peau ou sur le sexe. Je ne veux par exemple avoir aucun contact avec le British National Party, ce sont véritablement des racistes. Cependant, je ne suis pas un relativiste en ce qui concerne la culture. Je pense que notre culture judéo-chrétienne est meilleure que lÂ’islam.

Riposte Laïque : Les musulmans ne sont pas des relativistes culturels non plus, non ?

Geert Wilders : Oui, en cela on devrait prendre exemple sur eux.

Riposte Laïque : Les chantres du relativisme culturel disent aux immigrants dÂ’être fiers de leurs racines. Ne sommes-nous pas, les autochtones, les seuls « immigrants » à ne pas être autorisés à être fiers de leurs racines ?

Geert Wilders : Vous avez totalement raison.

Riposte Laïque : Comment votre vie a-t-elle changé après être devenu la cible des musulmans ?

Geert Wilders : En fait, jÂ’ai totalement perdu ma liberté : jÂ’ai vécu dans des baraques de lÂ’armée pendant six mois, jÂ’ai même dormi en prison. Depuis un an, depuis la sortie de Fitna, cÂ’est encore pire, car jÂ’ai aussi reçu des menaces dÂ’Al Qaïda. Certains musulmans sont fanatiques. Et certains sont vraiment dérangés. Ils ne veulent pas débattre, mais juste vous tuer. Quelques jours avant lÂ’assassinat de Théo van Gogh, jÂ’ai été placé sous protection policière 24 heures sur 24.

Quelques semaines après la sortie de Fitna, jÂ’ai invité six imams à un débat public, trois modérés et trois intégristes, et aucun nÂ’est venu. Un mÂ’a traduit devant les tribunaux, un autre a dit que je devais mÂ’excuser pour mon film, et les autres nÂ’ont donné aucun signe. Malheureusement, ils ne sont pas capables de supporter la critique. Je suis donc toujours entouré par beaucoup de forces de police. Je dois prévenir les forces de sécurité deux jours à lÂ’avance de tous mes déplacements et de mes rendez-vous. On perd toute vie privée.

Riposte Laïque : Vous vivez donc en fait comme dans un régime totalitaire, puisque vous avez perdu toute vie privée ?

Geert Wilders : Oui, jÂ’ai démarré le Parti de la Liberté, mais jÂ’ai perdu la mienne. Je suis content de vivre dans un pays qui assure ma protection.

Riposte Laïque : Quelles sont vos relations avec Ayaan Hirsi Ali ?

Geert Wilders : Nous étions collègues dans le même parti. Nous avons écrit des articles ensemble, organisé des conférences ensemble, nous avons même vécu dans les mêmes baraques de lÂ’armée. Nous sommes de très bons amis. JÂ’ai un peu perdu le contact avec elle depuis quÂ’elle est partie aux Etats-Unis, mais elle me soutient, je pense quÂ’elle est dÂ’accord avec 90% de ce que je dis.


Riposte Laïque : A votre avis, quelles sont les raison pour lesquelles la presse française en a fait une icône, tandis quÂ’elle vous diabolisait ?

Geert Wilders : CÂ’est plus facile de faire une icône dÂ’une immigrée somalienne, qui défend les droits des femmes, ce pourquoi je la soutiens intégralement, que dÂ’un politicien blond, qui parle dÂ’une manière directe et sans fioritures, mais cependant honnête. LÂ’élite politique est effrayée par cela car ils savent que cela peut leur coûter des voix, et quÂ’il se pourrait aussi que jÂ’aie raison sur nombre de points quÂ’ils ne veulent pas changer. Donc leur tactique, cÂ’est de dire que vous êtes un xénophobe, et si cela ne marche pas auprès du public, de vous copier. Mais les gens, au moins au Pays-Bas, ne sont pas dupes. En France, on ne me connaît pas.

Riposte Laïque : Est-ce que vous serez candidat aux élections européennes ?

Geert Wilders : Mon parti se présente à ces élections, oui. Mon parti est nouveau, il y a quelques années, nous avons participé pour la première fois aux élections néerlandaises, et nous avons eu 6% des voix, cÂ’est-à-dire neuf sièges sur les cent cinquante de la chambre basse de notre parlement. AujourdÂ’hui, si on regarde les sondages aux Pays-Bas, on nous crédite de 15% dÂ’intentions de vote, ce qui fait de nous la seconde force politique du pays. Donc oui, nous participerons aux élections européennes, et je pense que nous ferons un très bon résultat.

Riposte Laïque : Quelle sera votre politique au niveau européen ?

Geert Wilders : Notre parti nÂ’est pas très favorable à la manière dont lÂ’UE fonctionne aujourdÂ’hui. DÂ’abord, nous pensons quÂ’il doit y avoir moins dÂ’Europe, moins de décisions supranationales, et plus de souveraineté nationale. Nous sommes contre le traité de Lisbonne, car il nous ferait perdrait encore plus de souveraineté, par exemple en ce qui concerne les décisions à propos de lÂ’immigration. Nous voulons que ce soit le gouvernement néerlandais qui décide qui peut entrer sur le territoire national, et non Bruxelles. Ensuite, nous voulons une UE plus petite. Nous voulons laisser de pays comme la Roumanie ou la Bulgarie quitter lÂ’UE. Je pense que ce sont des pays corrompus, et quÂ’ils nÂ’auraient jamais dû entrer dans lÂ’Union. Les Pays-Bas sont un des plus grands contributeurs nets au budget de lÂ’UE : nous y versons environ 4,5 milliards dÂ’euros par an. Et spécialement en ces temps de crise, je pense que cet argent devrait être dépensé dans notre pays. Au niveau européen donc, nous voulons maintenir un coopération économique, mais nous ne voulons pas dÂ’une Europe politique.

Riposte Laïque : Au niveau européen, avec quelles forces politiques travailleriez-vous ?

Geert Wilders : Peut-être que nous serons indépendants. En tout cas, nous ne serons pas dans le groupe de Le Pen, de Mussolini, ou de Vadim Tudor. Il y a des possibilités dÂ’alliance, avec le Parti du peuple danois par exemple, qui nous ressemble. On verra notre force après les élections.

Riposte Laïque : Quelles sont les mesures que vous prendriez pour arrêter lÂ’islamisation de la société ?

Geert Wilders : La première, cÂ’est dÂ’arrêter lÂ’immigration. Il y a déjà eu deux invasions islamiques : la première a été arrêtée à Poitiers, lÂ’autre à Vienne en 1683. AujourdÂ’hui, on assiste à la troisième invasion, et ce nÂ’est pas par une guerre, mais par lÂ’immigration. Parfois, jÂ’aimerais que ce soit une guerre ouverte, car alors, on verrait lÂ’ennemi en face, alors quÂ’aujourdÂ’hui lÂ’invasion se fait légalement, par lÂ’immigration et la natalité. Deuxièmement, mettre lÂ’accent sur une politique de retour des immigrés dans leurs pays dÂ’origine. Rendre plus attractive cette option volontaire, car je ne veux mettre personne dehors par la force. Troisièmement, on voit que les personnes de culture musulmane sont surreprésentées dans les statistiques criminelles, et je suis favorable au renvoi dans le pays dÂ’origine des immigrés délinquants. Même si elles ont la double nationalité, on étudiera des moyens de les déchoir de leur nationalité néerlandaise. Bien sûr, par pour nÂ’importe quel délits, mais pour les crimes. Sarkozy nÂ’aurait pas dû abolir la « double peine ». Quatrièmement, il faut restreindre la présence des symboles musulmans dans la sphère publique.

Riposte Laïque : Etes-vous optimiste pour lÂ’avenir ?

Geert Wilders : Je suis un réaliste, mais quand je vois les gouvernements européens actuels je suis assez pessimiste. Cependant, lorsque je regarde les personnes, les électeurs, je vois un changement. Les gens en ont marre.

Propos recueillis par Radu Stoenescu
© Riposte Laïque


Nouvelles brèves

Israël, le 02/03/09

POLITIQUE : Barak a affirmé à Livni que Netanyahou «est plus souple que ce que nous croyons» concernant sa position sur les négociations avec les Palestiniens, et quÂ’il avait affirmé au leader du Likoud «tu as plus besoin de nous que nous avons besoin de toi».

BANDE DE GAZA : Les autorités égyptiennes ont saisi 450 kilos dÂ’explosif à la frontière avec la bande de Gaza.

AUTORITE PALESTINIENNE : Mahmoud Abbas a déclaré lors du sommet des pays donateurs pour la reconstruction à Gaza, que «le prochain gouvernement dÂ’Israël, doit sÂ’engager sur le principe des deux Etats et respecter les accords signés».

ENVIRONNEMENT : Le niveau du lac du Kinéret est remonté de 9 centimètres au cours de la seule journée dÂ’hier, totalisant ainsi un relèvement de 30 centimètres depuis le début du weekend dernier, particulièrement pluvieux.

TERRORISME : Plusieurs véhicules israéliens circulant à proximité de Kalkiliya ont été lapidés par des Palestiniens. Aucun blessé nÂ’est à déplorer mais des dégâts matériels ont été causés aux voitures.

SECURITE : Neuf Palestiniens soupçonnés dÂ’activités terroristes ont été arrêtés cette nuit par Tsahal, en différents points de Judée-Samarie.

DEFENSE : Les services de défense passive ont annoncé que différents exercices auront lieu aujourdÂ’hui et demain à la base aérienne de Tel-Nof au cours desquels seront entendus des explosions et signaux dÂ’alerte. En cas dÂ’alarme réelle, le signal sera alternativement montant et descendant, pendant 90 secondes.

ECONOMIE : LÂ’opérateur de téléphonie mobile Cellcom a annoncé un bénéfice net en hausse de 12,6% pour lÂ’année 2008, par rapport à lÂ’année précédente, qui se monte à 985 millions de shekels pour un C.A. de 6,417 milliards.

JUSTICE : Un acte dÂ’accusation a été déposé contre un chauffeur de poids lourd qui conduisait en état dÂ’ivresse, et a tué lors dÂ’un accident la semaine passée, un policier au carrefour de Morasha.


Nouvelles brèves, International

Monde, le 02/03/09

IRAK : Un soldat américain a été tué au nord de Bagdad, ce qui porte le total des militaires américains morts en Irak depuis 2003, à 4.254.

SOMALIE : Le marine américaine a remis aux autorités 9 Somaliens suspectés dÂ’être des pirates. Plus de 100 bâtiments maritimes ont été attaqués par des forbans lÂ’année passée.

IRAK : LÂ’ancien président iranien, Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, est en Irak pour une première visite officielle dans ce pays, où il rencontrera les principaux dirigeants politiques.

GUINEE-BISSAU : Le président de lÂ’Etat, Joao Bernardo Vieira, a été tué ce lundi à lÂ’aube par des militaires voulant venger lÂ’assassinat du chef dÂ’état major, survenue la veille.

IRAK : La cour suprême de Bagdad a prononcé une peine de mort contre trois anciens hauts responsables du régime de Saddam Husein, dont son neveu Ali Hassan al-Majid. Deux peines dÂ’emprisonnement à vie ont également été décrétées, mais Tarek Aziz, lÂ’ancien vice Premier ministre a été gracié ainsi que deux de ses collègues.

NEPAL : Les autorités ont prévenu quÂ’elles empêcheraient toute tentative de manifester devant lÂ’ambassade de Chine à Katmandou, avertissement surtout adressé aux Tibétains vivant au Népal, qui souhaiteraient marquer lÂ’anniversaire de la révolte ratée contre la Chine, le 10/05/09.

AFGHANISTAN : Les forces de lÂ’OTAN ont reconnu que les affrontements du 23/02 avec des rebelles au sud du pays, avaient fait 8 morts et 17 blessés parmi les civils.

GUINEE-BISSAU : Des explosions ont été entendues ce lundi dans la capitale, alors que dimanche soir, le chef dÂ’état-major, le général Tagmé Na Waié, a été tué dans un attentat.

RUSSIE : Le parti de Vladimir Poutine «Russie unie» a remporté haut la main les élections municipales dans les 9 circonscriptions où elles étaient organisées.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil