ET ASHDOD ?

Jane B

mercredi 24 mars 2004


La communauté internationale, pour n’avoir pas condamné comme il se doit les attentats terroristes perpétrés contre des civils israéliens, mais pour avoir choisi de les expliquer, de les justifier, parfois aussi de les glorifier, et enfin de les banaliser voire de les ignorer, a tout bonnement encouragé le terrorisme mondial.
Ce qui vient de se passer à Madrid est de la responsabilité de tous ceux qui ne consacrent qu’un entrefilet dans leurs news et un minimum de condoléances aux victimes innocentes en Israël contre des heures et des heures d’antenne pour tout autre acte terroriste partout ailleurs dans le monde.

Ce qui vient de se passer est de la responsabilité de ceux qui soutiennent depuis des années le champion du terrorisme de métier, de l’apprentissage du terrorisme constitutionnel, et ce champion a inspiré des vocations que plus rien ne pourra arrêter.

Un acte terroriste, d’où qu’il provienne, et où qu’il frappe, reste un acte terroriste qui imprime chez ceux qui l’ont vécu une appréhension permanente jusqu’à la fin de leurs jours.

Les morts, quelles que soient les circonstances, et quel que soit le lieu, restent des morts, il n’y a pas de bons et de mauvais morts comme on voudrait nous le faire croire.

Les victimes souvent handicapées à vie restent des victimes même si elles sont si vite oubliées et la terreur demeure à jamais en elles et envahit leur famille et leur entourage.

Mais si cela semble évident, cela ne l’est pas pour ceux qui ceux qui approuvent que l’on reçoive à bras ouverts le commanditaire du terrorisme palestinien, et qui croient encore que « ça n’arrive qu’aux autres » et si, en plus, ces autres sont juifs …

L’Europe sent pousser les tentacules du monstre qu’elle a nourri :
« massacres insensés… victimes innocentes…choc, commotion, douleur…plus qu’un carnage…des enfants, des vieux, toute la population…la rage, l’incompréhension… des gens qui vont travailler, qui ne demandent rien à personne, c’est injuste… Ces gens (les terroristes) ne méritent pas de vivre, on n’a pas le droit d’enlever la vie à un animal, alors, à un enfant qu’on ne connaît pas ?... tous les espagnols sont catastrophés »

Les espagnols du monde entier sont interpellés pour témoigner de leur tristesse, quoi de plus normal ?
Le 11 septembre, ils étaient tous américains, quoi de plus normal, même si ça n’a duré que le temps de vie d’un papillon ?

Mais Ashdod ? qui se soucie des larmes, de l’horreur ?
Jamais le lien n’est fait entre les victimes civiles israéliennes qui sautent pourtant bien sur des bombes, elles aussi, et les autres victimes plus innocentes sans doute aux yeux du monde.

Ce défaut d’inclure ces victimes est la preuve de la connivence antisémite qui fonctionne comme El Qaida, de manière délibérée et sournoise, et dont la facture du black out n’a pas fini de tomber.


Le courrier des lecteurs

Mots-clés

Accueil