Sans Guilad Shalit ?

israelinfos.net

vendredi 13 février 2009, par Desinfos

Le numéro deux du bureau politique du Hamas, Abou Marzouk, a déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi que l’Egypte annoncerait l’aboutissement des négociations entre Israël et le Hamas sous 48 heures. Selon lui, les islamistes se sont engagés à cesser le feu pendant 18 mois, en contrepartie d’une ouverture totale des points de passage.


Voir en ligne : Lire l’ensemble de la revue de presse de israelinfos.net

Par contre, la libération de Guilad Shalit n’est pas incluse dans cet accord, la question de l’échange des prisonniers ayant « compliqué » de manière notoire les pourparlers, et devant faire l’objet de négociations séparées.
Israël qui avait donné son feu vert à la remise en liberté de très nombreux prisonniers palestiniens à l’exception de quatre terroristes « lourds » (voir notre article précédent), n’a pas encore réagi à ces déclarations.

Noam Shalit, le père de l’otage israélien détenu par le Hamas depuis 965 jours, a pour sa part demandé au délégué du quartet au Moyen-Orient, Tony Blair, qu’il a rencontré jeudi, d’intensifier au maximum les efforts pour aboutir à la libération de son fils, au plus tard avant la constitution d’un nouveau gouvernement israélien.

Monde arabo-musulman

«L’Iran paye très cher son isolement international»

Dans un premier discours électoral depuis l’annonce officielle de sa candidature aux prochaines élections présidentielles qui auront lieu en Iran, Mohammad Khatami, a ouvertement critiqué l’actuel président Mahmoud Ahmadinejad, contre lequel il va se mesurer en juin prochain.

Parlant de l’isolement du pays sur le plan international, le candidat du «camp réformiste» a notamment affirmé que «la situation actuelle n’est pas souhaitable», et averti que l’Iran continuerait d’en pâtir si celle-ci devait se poursuivre. «Nous avons besoin d’une diplomatie active pour réduire les pressions étrangères et notre isolement» a encore ajouté celui qui fut déjà président de l'Etat entre 1997 et 2005.
En début de semaine, il s’était fait accueillir par des militants du mouvement conservateur d’Ahmadinejad, aux cérémonies du 30e anniversaire de la révolution islamique, par des cris de «mort à Khatami».

Rappelons que les candidatures à la présidence doivent être validées par le Conseil des Gardiens de la Révolution, organisation à la tête de laquelle se trouve l’ayatollah Ali Khamenei, proche des conservateurs.


ELECTIONS

Publication des résultats finaux

Les résultats définitifs des législatives qui ont eu lieu en Israël le 10 février, ont été publiés jeudi en fin d’après-midi par la Commission centrale des élections, après le décompte de toutes les voix, y compris celles des ambassades à l’étranger, des marins, des militaires et des hôpitaux.

Les chiffres précédents n’ont pas changé suite à ce dépouillement, et Kadima reste donc en tête avec 28 mandats. Le parti centriste est suivi par le Likoud (droite - 27), Israël Beitenou (droite nationaliste - 15), Avoda (travailliste - 13), Shas (orthodoxe séfarade - 11), Yahadout Hathora (orthodoxe - 5), Ahih’oud Haléumi (nationaliste religieux - 4), Raam-Tahal (arabe - 4), H’adash (communiste - 4), Meretz (extrême gauche - 3), Habayit Hayehoudi (sioniste religieux - 3), et Balad (arabe - 3).


Politique

Les leaders des 3 grands partis s’expriment

Avigdor Lieberman, dont la formation, Israel Beitenou, est devenue la troisième force politique du pays, avec 15 députés élus, a déclaré que son premier objectif - dans le cas où il serait membre du prochain gouvernement ("de préférence à droite") - sera la «liquidation du Hamas».

Tzipi Livni s’est pour sa part adressée directement à Netanyahou : «Je t’ai proposé avant les élections de t’associer à un gouvernement d’union nationale sous ma conduite, pour faire face aux défis auxquels est confronté Israël. Tu as refusé en disant que c’est le peuple qui doit décider. Or le peuple a décidé Kadima. Il ne te reste donc qu’à honorer son choix».

Le leader du Likoud s’est dit quant à lui convaincu, qu’il arrivera à former un gouvernement «grand et stable» et qu’il s’adressait en priorité, dans le but de le constituer, à ses «partenaires naturels du camp nationaliste».


Religions

Benoit XVI se joint à la prière de Jean Paul II

Le pape a reçu jeudi une délégation de représentants de la communauté juive américaine, conduite par le rabbin Arthur Schneier, dans un contexte où la communauté juive d’Israël et de diaspora est fortement émue de la levée de l’excommunication de l’évêque négationniste britannique, Richard Williamson.

Benoit XVI avait d’abord nettement pris ses distances avec les affirmations du prélat, de qui il avait finalement exigé, la semaine passée, de revenir sur ses déclarations à la télévision suédoise selon lesquelles les chambres à gaz n’avaient jamais existé et que tout au plus 300.000 juifs étaient morts dans les camps de concentration - ce que Williamson a d’ailleurs refusé, déclarant à l’hebdomadaire Der Spiegel, qu’il fallait lui fournir «des preuves» de la Shoah.

Le pape a confirmé à la délégation juive, qu’il se rendrait prochainement en Israël, «terre sainte pour les chrétiens comme pour les juifs» et qu’il faisait sienne la prière de pardon prononcée en l’an 2000 par son prédécesseur Jean Paul II, qui disait : "Dieu de nos pères, tu as choisi Abraham et sa descendance pour que ton Nom soit apporté aux peuples. Nous sommes profondément attristés par le comportement de ceux qui les ont fait souffrir, eux qui sont tes fils. En te demandant pardon, nous voulons nous engager à vivre une fraternité nouvelle." (Source : Le monde).


Etranger

Le député G. Wilders expulsé d’Angleterre

Le député hollandais Geert Wilders, auteur du film "Fitna" qui critique violemment l’islam, a été arrêté par les autorités britanniques à son arrivée à l’aéroport de Londres, et sera renvoyé dans son pays.

Le leader de la formation néerlandaise d’extrême droite, "Parti de liberté" qui compte 9 députés au parlement, devait assister à la projection de son film à la chambre des Lords, mais il n’a pas été autorisé à rentrer en Angleterre, ses propos contre les musulmans étant considérés comme "une menace pour l’ordre public".

Rappelons que le tribunal d’Amsterdam a récemment décidé de traduire en justice Geert Wilders, pour cette vidéo islamophobe diffusée en avril 2008 sur internet, et qui montre des versets du Coran, suivis de scènes de violence qui les illustrent - parfois extrêmement dures - perpétrées par des terroristes musulmans.
Cette séquence d’une quinzaine de minutes, qui a valu à son auteur une fatwa, est consultable en cliquant ici.


Divers

Télescopage dans l’espace

Un satellite russe de 990 kilos, envoyé dans l’espace en 1993, et qui était hors service, a percuté au dessus de la terre, un engin américain pesant 550 kilos. Ce dernier, mis en orbite en 1997, assurait pour la société privée Iridium des fonctions de communications.

La collision entre ces deux satellites - évènement extrêmement rare dans l’espace - a provoqué des nuages de débris qui sont suivis attentivement par la Nasa, dont la station spatiale ISS vole à 354 km, une orbite toutefois beaucoup plus basse que celle où a eu lieu le télescopage (840 km).
Cette station à d’ailleurs déjà manœuvré à huit reprises par le passé pour éviter d’être endommagée par des débris spatiaux.
Sur les quelque 6.000 engins envoyés dans l’espace depuis Spoutnik-1 en 1957, on estime que 3.000 sont actuellement opérationnels.


Médias et Internet

Algérie : Régression à vie ! © Mohamed Sifaoui

«Ou va l'Algérie ?», c'était le titre qu'avait utilisé Mohamed Boudiaf, en 1963, pour son livre qui, au lendemain de l'indépendance, posait une question cruciale sur le projet de société qui allait être choisi pour ce pays qui sortait d'une colonisation de 132 ans.

Près de cinq décennies après le recouvrement de la « souveraineté nationale », cette question, tout comme l'ouvrage de Mohamed Boudiaf, est toujours d'actualité. L'Algérie est le pays qui aura, en un demi-siècle, tout essayé sans avoir pu penser, encore moins appliquer, le seul projet qui l'aurait emmené vers la modernité et le progrès : la construction d'un État laïque, républicain et démocratique. Vingt-sept ans (1962 - 1989) de nationalisme arabe exacerbé guidant un dirigisme économique, une pensée unique et inique et un autoritarisme exercé par un parti et sa police politique qui ont favorisé un enfermement intellectuel dont on connait les résultats. Trois ans d'ouverture démocratique (1989 - 1992) qui ont permis une petite respiration très vite étouffée par une montée fulgurante d'un fascisme islamiste qui a été, en définitive, le prologue d'une longue histoire qui allait se raconter aux quatre coins du monde à travers une barbarie innommable qui n'a d'égal que l'idéologie rétrograde qui l'alimente. Sept années (1992-1999) de terrorisme barbare et de répression, parfois aveugle, qui ont traumatisé pour toujours toute une génération. Dix années (1999-2009) de règne tribal assuré par Abdelaziz Bouteflika, l'homme du passé qui, en deux mandats, a été incapable de construire un début d'avenir pour une population livrée de plus à plus à la gabegie et au clientélisme d'un pouvoir qui n'a plus rien à envier aux pires régimes autoritaires africains.

À 72 ans, atteint d'une maladie incurable, usé et dépassé par les exigences du 21e siècle, Abdelaziz Bouteflika piétine, malgré tout, et devant le silence complice de la Communauté internationale, la Constitution algérienne, la taille à la mesure de ses ambitions personnelles et s'en va, toute honte bue, annoncer sa candidature afin qu'il puisse succéder à lui-même le 7 avril prochain. L'Algérie est tombée très bas. Les pays les plus sous-développés avancent, mais l'État algérien se complaît dans une régression qui, à l'évidence, n'a plus aucune limite. Une fois de plus, les Algériens seront injuriés. Ils l'ont été durant plusieurs élections quand ils durent accepter des résultats électoraux à la Staline. Ils l'ont été pendant toutes ces « consultations populaires » où leur voix n'a compté que pour faire grimper le taux de participation. Le seul chiffre qui représente une inconnue aujourd'hui pour le plébiscite annoncé du 7 avril prochain est justement ce taux de participation. Les Algériens - et notamment les victimes du terrorisme et leurs familles - ont été injuriés aussi lorsque ce même Bouteflika s'est substitué à la justice pour amnistier, sans jugement, des criminels et les absoudre de leur barbarie et ce, au nom d'une pseudo politique de « réconciliation nationale ».

Quel gâchis ! L'Algérie est un pays maudit. Non pas en raison des nombreuses catastrophes qui se sont abattues sur lui, mais maudit par les dirigeants qui ont entre leurs mains les destinées de cet État. Ce sont des gens qui se sont distingués par une incompétence rare et souvent par une malhonnêteté tout aussi rare. Ils sont capables de transformer l'or en cuivre, mais certainement pas de réaliser le contraire. La régression va donc continuer. Elle est désormais à vie...

© Mohamed Sifaoui - www.mohamed-sifaoui.com


Nouvelles brèves

Israël, le 12/02/09

JUSTICE : Suite à des peines considérées comme légères, prononcées contre deux druzes de Ramat Hagolan, condamnés à 3 et 4 ans de prison pour transmission d’informations sur Tsahal au Hezbollah, lors de la 2e guerre du Liban, le parquet du nord a demandé au Procureur général de faire appel contre ces sentences, inadaptées à la gravité des accusations.

SECURITE : La levée de plusieurs barrages en Judée-Samarie, décidée par Ehud Barak, inquiète vivement les habitants juifs des implantations qui craignent un regain d’activités terroristes.

DIPLOMATIE : Le ministre de la Défense Ehud Barak, s’est entretenu en fin de journée avec l’envoyé spécial du Quartet, Tony Blair, notamment des efforts faits par égyptiens pour empêcher la contrebande d’armes en faveur du Hamas, et de la question du nucléaire iranien.

POLITIQUE : Le chef du Ihoud Leoumi (nationaliste religieux), Yaakov Katz, a déclaré avant sa rencontre avec Netanyahou, que sa formation politique n’était «dans la poche d’aucun parti».

BANDE de Gaza : 25.000 fleurs en provenance de la bande de Gaza, seront exportées vers l’Europe - via Israël - à l’occasion de la St Valentin, le 14 février.

POLITIQUE : Le P.M Ehud Olmert qui a assisté ce jeudi matin à l’inauguration du centre des rescapés de la Shoah, à Guivatayim, s’est déclaré satisfait que son gouvernement ait pu apporter une aide concrète aux survivants du génocide.

ECONOMIE : La banque Discount a décidé de baisser le salaire de ses plus hauts dirigeants, de 7,5% pour le président du Directoire et le PDG, et de 10% pour les autres membres de la direction générale.

SECURITE : Tsahal a arrêté au cours de la nuit passée, 20 Palestiniens recherchés par les forces de sécurité, dans la région de Ramallah et de Betlehem, auxquelles ils ont été remis pour interrogatoire.


Nouvelles brèves, International

Monde, le 12/02/09

AUTRICHE : Un professeur musulman a distribué à ses élèves un tract appelant à boycotter les commerçants juifs de la ville de Vienne. Il a été renvoyé de son poste, et la ministre autrichienne de l’Education, Claudia Shmidt, a exigé que lui soit retiré son diplôme d’enseignant.

ANGLETERRE : La police britannique enquête sur des irrégularités qui auraient été commises sur des produits financiers, au sein de la branche britannique de la société américaine d’assurances AIG.

AUSTRALIE : Un surfeur âgé de 33 ans, a été attaqué par un requin, près du port de Sidney, qui l’a grièvement blessé à la main gauche. C’est la deuxième attaque d’un squale dans la région, en deux jours.

AFRIQUE DU SUD : Des élections générales seront organisées dans le pays le 22 Avril. Jacob Zuma semble favori pour être élu président bien qu’il soit soupçonné être lié à des affaires de corruption.

INDONESIE : 49 personnes ont été blessées suite à un tremblement de terre dans l’est du pays, d’une force de 7,2 sur l’échelle de Richter, et des centaines d’habitations ont été détruites.

JAPON : La société Pioneer a annoncé 10.000 licenciements dans le monde entier, pour cause de crise économique.

THAILANDE : Trois policiers sont morts et un autre a été blessé lors de l’explosion d’un engin piégé, dans le district de Patani au sud du pays.

RUSSIE : Quatre policiers et cinq rebelles ont été tués lors d’échanges de coups de feu dans la République d’Ingushetia au sud de la Russie, à la frontière avec la Tchétchénie. 4 autres agents de police ont été blessés.

PAKISTAN : Le ministre de l’intérieur pakistanais, Rehman Malik, a reconnu pour la première fois, que son pays avait bien servi de base arrière aux attentats de Bombay.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil