La Jordanie menace de “revoir ses relations avec Israël”

par David Geller | Arouts 7

lundi 5 janvier 2009, par Desinfos

Le royaume hachémite de Jordanie est agité par de violentes manifestations depuis le début de l’offensive de Tsahal à Gaza. Sous la pression de l’opinion publique et de nombreux parlementaires qui exigent l’expulsion pure et simple de l’ambassadeur israélien à Amman, le Premier ministre jordanien Nader Dahabi a menacé ce dimanche de “revoir les relations de son pays avec Israël”.


Ces déclarations sans précédent ne signifient toutefois pas que la Jordanie va réellement rompre ses relations avec Israël. Il faut savoir que près de 75 % de la population jordanienne se considère comme “palestinienne”. Pour maintenir en place son régime, le roi Abdallah de Jordanie se voit donc obligé de calmer les esprits par l’intermédiaire de discours anti-israéliens.

Le président égyptien Hosni Moubarak fait face à une situation assez similaire. Les Frères musulmans (un mouvement islamiste proche du Hamas) sont ses pires ennemis et constitue la plus farouche opposition à son régime laïc. Mais il n’a pas d’autre choix que de se joindre au concert de protestations contre l’offensive terrestre de Tsahal à Gaza. D’autant plus que le gouvernement du Caire est déjà soupçonné d’avoir été de mèche avec Israël avant le lancement de l’opération “Plomb durci” contre les terroristes du Hamas. Dans l’ensemble, les gouvernements arabes se sont fort peu mobilisés pour défendre les islamistes de Gaza, principalement parce que la stabilité de ces régimes est constamment menacée par l’opposition islamiste radicale.

Les pressions internationales exigeant d’Israël de cesser les opérations à Gaza s’intensifient néanmoins ce dimanche. La Russie, la Norvège, la Suède, la Scandinavie et la Suisse ont ainsi publié des communiqués appelant à mettre fin immédiatement aux hostilités dans la bande de Gaza. Les Etats-Unis “couvrent” pour l’instant l’offensive israélienne en usant de leur droit de veto à l’Onu. Le temps dont dispose Tsahal pour mettre à genou le Hamas est limité, d’où l’importance d’une offensive terrestre puissante et rapide à Gaza.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil