Israël rejette le cessez-le-feu

Agences

mercredi 31 décembre 2008, par Desinfos

Israël maintient la pression. Après quatre jours de conflit, l’Etat hébreu fait preuve de fermeté, écartant d’emblée l’idée d’un cessez-le-feu réclamé par l’ensemble de la communauté internationale. Et loin de s’essouffler, les bombes continuent de s’abattre sur la bande de Gaza. Mercredi, le bilan officiel fait état de 345 morts et plus de 800 blessés.


« Il n’y a pas de place pour une trêve. » Meir Sheetrit, le ministre israélien de l’Intérieur, a le mérite de la franchise. Enjoint par l’ensemble de la communauté internationale de cesser les bombardements sur la bande de Gaza, Israël maintient le cap qu’il s’est fixé : rétablir la sécurité dans le sud du pays et affaiblir le Hamas. Et pour cela, l’Etat hébreu est officiellement prêt à combattre « pendant des semaines » si nécessaire.

Dans la nuit de lundi à mardi, une quarantaine de raids de l’aviation israélienne a fait beaucoup de dégâts. Cinq édifices ministériels -le siège du Premier ministre, les ministères de la Défense, des Affaires étrangères et des Finances et un club lié au Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas- ainsi qu’une partie de l’Université islamique ont été détruits. Une nuit de bombardements qui aurait fait dix morts côté palestinien. Un centre sportif du Hamas ainsi que deux camps d’entraînement du parti islamiste ont également été touchés et Gaza a été plongé dans le noir. Et l’obscurité devrait perdurer.

« Après l’opération, il ne restera plus aucun bâtiment du Hamas debout à Gaza »

L’Etat hébreu n’a en effet aucunement l’intention de relâcher la pression, bien au contraire. « Le gouvernement est déterminé à faire cesser la menace de tirs (de roquettes) contre le sud », a annoncé Meir Sheetrit. « De fait, l’armée israélienne ne doit pas interrompre cette opération avant d’avoir brisé la volonté des Palestiniens du Hamas de continuer à prendre Israël pour cible », a-t-il poursuivi, avant de conclure : « C’est notre objectif et il doit être atteint ». Un volontarisme que les roquettes lancées depuis le territoire palestinien ne risquent pas d’entraver. « Si les tirs criminels contre Israël et ses citoyens ne cessent pas totalement, Israël aura recours à tous les moyens et tous les types d’actions légaux dont il dispose pour faire en sorte que l’ennemi mette un terme à ses agressions illégales », a ainsi affirmé le ministre de la Défense Ehoud Barak dans un communiqué. Le vice-Premier ministre Haïm Ramon, numéro deux du gouvernement, a de son côté affirmé que « le but de l’opération » était de « faire tomber le régime » du mouvement islamiste, alors que le chef d’état-major adjoint israélien, le général Dan Harel, a déclaré : « Après l’opération, il ne restera plus aucun bâtiment du Hamas debout à Gaza. »


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil