Gemayel met en garde contre les armes illégales du Hezbollah et des Palestiniens au Liban

Libnanews

lundi 24 novembre 2008, par Desinfos

A l’occasion de la deuxième commémoration de l’assassinat de l’ancien ministre de l’Industrie Pierre Gemayel et pour le soixante-douzième anniversaire de la création du parti Kataëb, l’ancien président de la République Amine Gemayel s’est adressé hier à des milliers de membres du parti des Kataëb dont il est le dirigeant, et a prononcé un discours au cours duquel il a rendu hommage au martyr de son fils, tout en attaquant l’Etat dans l’état imposé par le parti chiite du Hezbollah ce qui représente une atteinte au système politique libanais.


Depuis le Forum de Beyrouth où les principaux ténors de l’alliance du 14 mars étaient présents excepté le chef du Courant du Futur Saad Hariri en déplacement au Royaume saoudien, Gemayel a mis en garde contre les dangers que représente ce qu’il a désigné par « mini-état » du Hezbollah envers l’unité et l’existence du pays des cèdres, avant de proposer une nouvelle vision pour que le système politique libanais puisse progresser alors qu’il se trouve dans un triste état actuellement.

Appelant les forces politiques à décider du sort politique du Liban, Gemayel a estimé qu’il est temps de briser tout engagement avec les états étrangers, de mettre fin à l’état de sécession, de mettre un terme à l’existence des armes illégales en dehors de l’armée libanaise, de refuser l’implantation et de respecter le droit de l’Homme dans ce pays démocratique, avant de mettre l’accent sur l’importance des prochaines législatives et de souligner qu’un échec des fidèles à la révolution des cèdres constituerait une catastrophe sur tous les plans, notamment le retour du climat général qui régnait au Liban avant 2005.

Se déclarant pour une stratégie de pais et non de guerre, le chef des Kataëb a signalé que l’état libanais ne peut tolérer la présence d’armes illégales sur son territoire, que ce soit les armes palestiniennes ou celles du Hezbollah, et a affirmé qu’il est grand temps que toutes ces armes reviennent à l’état libanais, avant d’indiquer que l’état libanais doit réunir tous les Libanais et contraindre toute ingérence étrangère politique ou militaire au Liban, et de déclarer que « La paix du Liban est sa vraie défense ».

Mettant l’accent sur le rôle promoteur des Chrétiens lors de la reconnaissance de l’entité libanaise et de l’indépendance libanaise, l’ancien président de la République a averti contre toute atteinte porté contre l’unité et l’entité libanaise, exhortant les Chrétiens libanais à assumer leurs responsabilités et à s’unir pour la garantie de l’unité du peuple libanais.

Enfin, lançant un appel à toutes les factions libanaises, de la Majorité comme de l’Opposition, afin de trouver un aboutissement consensuel à travers les institutions étatiques, Gemayel a souligné que les résolutions de Paris I, II, et II ne peuvent aller de paire avec les missiles Zalzal I, II, et III, précisant que l’existence de ces armes ne nuit pas uniquement politiquement et stratégiquement au Liban, mais surtout sur le plan économique, faisant fuir tous les investisseurs en raison de l’instabilité qu’engendre la présence des armes illégales. Il a enfin clôt son discours en affirmant que les Kataëb n’ont pas attendu 2005 pour faire partie du 14 mars, mais qu’ils ont été le 14 Mars depuis 1936, date de leur création.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil