Hussein et Israël : d’une chasse aux sorcières à l’autre

par Meïr Waintrater, directeur de la rédaction de L’Arche, le mensuel du judaïsme français

mercredi 19 novembre 2008, par Desinfos

Vous vous souvenez de l’émotion qui s’était emparée de certains milieux, au commencement de la campagne pour l’élection présidentielle aux Etats-Unis, lorsqu’on apprit que l’un des candidats à la nomination démocrate, un sénateur nommé Barack Obama, avait pour second prénom Hussein. Aussitôt est né le mythe selon lequel Obama serait un agent islamiste préparé et programmé pour prendre le pouvoir à Washington.


Ce mythe d’un Obama islamiste fut diffusé dans des campagnes de mails alimentées, semble-t-il, par des adversaires d’Obama au sein du parti démocrate autant que par ses concurrents républicains. Comme ces mails étaient adressés notamment à des Juifs, une riposte juive fut nécessaire. Le 15 janvier 2008, les dirigeants de dix grandes organisations juives américaines, représentant toutes les tendances de la communauté, publièrent une lettre ouverte dénonçant fermement cette campagne de rumeurs.

Près d’un an plus tard, Obama est élu président des Etats-Unis et il choisit pour diriger la Maison Blanche un homme, Rahm Emanuel, dont le second prénom n’est pas Hussein mais Israël. Et voilà une nouvelle campagne qui commence, alimentée par des antisionistes fanatiques.

On nous affirme que non seulement Rahm Emanuel est le fils d’un Israélien (ça, c’est vrai, il l’assume et il en est même plutôt fier), mais encore qu’il est un agent du fameux complot international qui ne dit pas son nom. Et ces rumeurs circulent désormais sur Internet, en anglais et aussi en français, sur des sites pro-palestiniens ou musulmans, des sites d’extrême droite ou d’extrême gauche. Et quelques journaux imprimés s’en font déjà le relais.

Se trouvera-t-il des dirigeants musulmans ou palestiniens pour dénoncer cette chasse aux sorcières, comme les responsables juifs américains ont protesté en janvier 2008 contre la campagne anti-Obama ?

Pour l’instant, la seule voix à s’être fait entendre en ce sens est celle de James Zogby, un chrétien d’origine libanaise qui préside l’Institut arabe américain. James Zogby s’en prend vivement à ceux qui diffusent des fausses informations sur Rahm Emanuel. Il est vrai que ce dernier est assez grand pour se défendre tout seul. Mais on aimerait que l’exemple de Zogby soit suivi par d’autres, aux Etats-Unis ou en France.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil