La « France ne renoncera pas à la libération de Gilad Shalit » (Dati)

France Info - AFP

jeudi 30 octobre 2008, par Desinfos

La ministre de la Justice Rachida Dati a assuré mercredi à Vérargues, près Montpellier, que la « France ne renoncera pas à la libération de Gilad Shalit », détenu depuis 2006 dans la bande de Gaza par le mouvement palestinien Hamas.


« La position de la France est particulièrement claire : le soldat franco-israélien (Gilad Shalit) doit retrouver la liberté. C’est une exigence de justice. Croyez-bien que la France ne renoncera pas à la libération de Gilad Shalit », a déclaré la ministre invitée d’honneur du dîner annuel de la délégation du Languedoc-Roussillon du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Mme Dati répondait au président du Crif Languedoc-Roussillon, Hubert Allouche, qui, dans son discours, l’interrogeait sur le rôle que la France pouvait jouer pour la libération de M. Shalit.

Questionnée sur « le racisme et l’antisémitisme qui continuent à se propager », la garde des Sceaux a dit : la « France est un des pays les plus répressifs au monde » contre l’antisémitisme. « Quand on agresse un juif parce qu’il est juif, c’est la République et tous ses citoyens qui sont agressés. Il n’y a pas de justification à chercher. C’est exactement la même chose quand deux jeunes d’origine maghrébine se font tirer dessus à Ajaccio », a-t-elle souligné.

« Depuis juin 2007, 277 infractions à caractère antisémite ont été signalées en France sur les cinq millions de procédures transmises à la justice chaque année. C’est peut-être peu mais c’est beaucoup trop...A chaque fois, j’ai demandé aux tribunaux de faire preuve de la plus grande sévérité », a déclaré Mme Dati. Elle a notamment assuré que la justice « mettait tout en oeuvre » pour retrouver les auteurs des tags racistes et antisémites découverts au collège René Cassin d’Agde (Hérault) début septembre et les punir avec « la plus grande fermeté ».


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil