La Syrie continue à jouer avec le feu

Par Albert Soued, www.chez.com/soued pour www.nuitdorient.com

dimanche 5 octobre 2008

Cette année, nombreux sont ceux qui se sont demandés si les invitations de Mr Nicolas Sarkosy à divers dictateurs du Proche et Moyen Orient avaient pour but de garnir le porte feuille de commandes des usines françaises ou d’apaiser une opinion musulmane locale qui commence à compter. Mais personne n’a cru un seul instant que Mr Sarkosy cherchait à apaiser la région. En fait, en invitant le dictateur syrien Bashar el Assad, sur les tribunes du défilé du 14 juillet, il a allumé un nouveau feu dans le maquis politique du Moyen Orient.


Comme son hôte, Bashar el Assad cherche à jouer sur tous les tableaux. En se rapprochant de l’Occident via la France, il cherchait surtout à se dédouaner de l’assassinat de Rafik Hariri, ex-1er ministre libanais, meurtre sanglant qu’il avait sans doute commandité (1) et dont les résultats de l’enquête semblent imminents. S’il a accepté la médiation de la Turquie dans des pourparlers de paix avec Israël, tout en sachant que ceux-ci n’aboutiraient que sur de « banales redites », c’était surtout pour cacher deux opérations en préparation, la réoccupation militaire du Liban et la reconstruction et la dissémination de nouveaux sites nucléaires, à l’instar de l’Iran, et avec l’aide de la Corée du Nord.

L’Iran, commanditaire de la Syrie et le H’ezbollah, son relais au Liban, se sont inquiétés du virage syrien et ont averti, via des attentats devenus classiques dans la région, que Bashar el Assad ne devait pas aller trop loin. Divers attentats anti-syriens en Syrie sont la preuve que le jeune Bashar est moins doué que son père Hafez, dans la manipulation mafieuse (2).

Assad préparait l’invasion du Liban

La France n’a pas protesté après les accords de Doha où le groupe libéral du 13 mars mené par le fils Hariri a dû céder devant le quasi coup d’état du Hezbollah qui a bloqué pendant des mois le fonctionnement des institutions publiques du pays. Le Hezbollah a ainsi obtenu une minorité de blocage au Parlement Libanais, et la reconnaissance que sa milice était une 2ème armée du Liban.

Comptant sur la non-réaction ou la neutralité française, profitant de la crise financière et des élections américaines, Bashar al Assad vient de masser entre 10 000 et 25 000 hommes à la frontière Nord du Liban, avec des chars, des blindés et des hélicoptères de combat, sous le prétexte de lutter contre des trafiquants et contre des milices de Fatah’ al Islam, liées à al Qaeda, suspectées d’avoir fomenté des attentats-suicide et des assassinats dans la région de Tripoli (3).

Mais le 28/9/08 Condoleeza Rice a rencontré à New York le ministre des Affaires Etrangères syrien Walid Mouallem le menaçant de représailles en cas d’attaque du Liban. Le lendemain, le sous-secrétaire d’état David Welch lui en a précisé les lignes rouges.

La Syrie ne renonce pas au nucléaire

Des informations en provenance de médias arabes font état d’avancement dans la dissémination de nouveaux sites nucléaires sur le territoire syrien, à l’instar de l’Iran. On sait que la Syrie refuse le contrôle de ses installations militaires demandé par l’IAEA. Dans la perspective nucléaire, la Syrie chercherait l’aval et la protection russe.

Profitant du désir de Poutine de réaffirmer la Russie comme puissance mondiale, notamment devant la montée de la Chine, la Syrie lui a offert le port de Tartous pour y amarrer une dizaine de navires de guerre. De plus, le croiseur nucléaire Pierre le Grand accompagné de 4 navires y fera escale le 8/10/08.

Si Israël ne peut pas se permettre un Iran nucléarisé, encore moins une Syrie nucléarisée. Celle-ci a-t-elle oublié le coup du 6/9/07 ?

Décidément, la Syrie continue à jouer avec le feu, pas très habilement.

Notes

(1) On peut émettre l’hypothèse que la France considère qu’avec le Hezbollah, inféodé à l’Iran, le Liban est perdu pour l’Occident, du fait de la prééminence grandissante du pouvoir shiite. Et qu’alors elle préfèrerait avoir affaire à la Syrie comme interlocuteur. Dans cette hypothèse, la France ne serait pas opposée à la réoccupation du Liban par la Syrie.

(2) La politique syrienne est ponctuée par des meurtres de personnalités, aussi bien au Liban qu’en Syrie. Rien qu’en 2008, le 12/02, Imad Moughnieh, haut responsable du Hezbollah, a été tué dans l’explosion de sa voiture à Damas. Le 02/08, le général Mohamed Sleimane, un proche de Bashar el Assad et responsable de la sécurité du Centre d’études et de recherches scientifiques syrien, a été assassiné à bout portant à Tartous. Le 19/09, un attentat à la bombe a tué le député chrétien anti-syrien Antoine Ghanem, franco-libanais membre du parti chrétien Kataëb (Phalanges), et huit autres personnes à Sin el-Fil, dans un quartier chrétien de la banlieue est de Beyrouth.

Le 25/09, l’explosion d’une voiture piégée a fait 17 morts et des dizaines de blessés dans le sud de Damas, sur la route de l’aéroport. Un général syrien Georges Ibrahim Al-Gharbi figurerait parmi les victimes.

(3) La famille des Assad et les services secrets syriens président au trafic d’armes, de drogues et de fausse monnaie dans le pays. La Syrie a hébergé, entraîné et financé de nombreuses milices terroristes dont la milice Fatah al Islam (dirigée par un Palestinien Shaker al-Absi payé par la Syrie) qui a opéré contre l’armée libanaise au camp palestinien de Nahr el Bared, dans le but de s’emparer de Tripoli.


Sources : www.debka.com http://www.debka.com/> , www.elaph.com http://www.elaph.com/ , www.mediarabe.info http://www.mediarabe.info/


Les textes

Mots-clés

Accueil