14 juillet

par Jacquot Grunewald | israel-infos.net

mercredi 9 juillet 2008

Bal musette à Tel-Aviv, bal des pompiers à Jérusalem, on fête le 14 juillet en Israël. Pas de feu d’artifice. Mais les belles bleues, la France a déjà données. Et laissé le souvenir du plus fabuleux embouteillage qu’on ait connu sur le pourtour de la Méditerranée.


Voir en ligne : Lire tous les billets de Jacquot Grunewald sur : http://judaisme.sdv.fr/

Le 14 juillet est aussi, (un peu, beaucoup, pas du tout... ça dépend à qui vous en parlez) une fête juive. Parce qu’on doit à la Révolution française un sacré morceau de l’émancipation des Juifs. Et puis ses fondements étaient et sont les mêmes dans le judaïsme.

La Tora proclamait l’Egalité par la création d’un seul Adam, père de toute l’humanité ;

le Talmud lisait la Liberté dans la Loi « gravée » (’harout = ’hérout, assurait-il) sur les deux Tables.

Reste la Fraternité... Là c’est un peu plus compliqué... Parce qu’il ne s’agit plus d’un principe directeur, mais des relations de voisinage au quotidien. La bienveillance (guemilout ’hassadim) dans laquelle Shimon le Juste, le plus ancien des maîtres nommément connus en Israël, reconnaissait le troisième pilier de l’univers, peut y aider.

Mais la bienveillance n’est pas l’affaire des Etats, des administrations et des y a-qu’à. C’est la nôtre. Bien mieux que le cogito -savoir qu’on est parce qu’on pense- la bienveillance prouve à chacun qu’il existe. Et que l’autre existe aussi. L’autre qui est son frère.


Les textes

Mots-clés

Accueil